Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL SYMPHONIQUE  |  DVD

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

- Style : Neopera, Xandria
- Membre : Hdk, Exivious, Mayan, God Dethroned, Sun Caged
- Style + Membre : After Forever, Delain
 

 Site Officiel (207)
 Myspace (247)
 Chaîne Youtube (160)

EPICA - Retrospect (2013)
Par JEFF KANJI le 24 Octobre 2016          Consultée 833 fois

Quand EPICA fête ses dix ans de carrière, il n'y va pas à moitié ! On n'a pas compris pourquoi "Classical Conspiracy" n'avait pas bénéficié à l'époque d'une sortie vidéo. C'est aujourd'hui de l'histoire ancienne puisque la formation néerlandaise met les petits plats dans les grands et boucle le Klokgebouw d'Eindhoven (vous noterez une fois de plus à quel point cette langue est sublime…) avec des fans venus de pas moins de cinquante pays différents, ce que se charge très vite de faire remarquer une Simone Simmons enceinte et rayonnante, face à une salle bondée et acquise à la cause du groupe.

Remettons les choses en ordre. EPICA, c'est un premier album acclamé par la critique sorti en 2003 qui a été la première pierre d'un catalogue de qualité accroché seulement par un "Requiem For The Indifferent" plus bancal. Le reste de la discographie a fourni son lot de pépites et en parallèle, EPICA s'est imposé comme une bête de scène avec les arrivées bénéfiques d'Isaac Delahaye et d'Ariën Van Weesenbeek, deux ex-GOD DETHRONED.

Ainsi, pour fêter ses dix ans, EPICA fait revenir le chœur du théâtre national de Miskolc (autant dire que les soixante-dix choristes sont tous des chanteurs accomplis) ainsi qu'un orchestre symphonique de presque quarante musiciens, conviés à revisiter très largement non pas le catalogue d'EPICA mais l'ensemble de sa carrière. C'est ainsi qu'on sera agréablement surpris de retrouver plusieurs pièces classiques interprétées sur "Classical Conspiracy" à commencer par ce "Stabat Mater" de PERGOLÈSE magnifique chanté en duo par Simone et Floor Jansen, le célèbre "Presto" extrait de l'Été de VIVALDI ainsi qu'un hommage vibrant à l'œuvre de John Williams avec deux extraits de ses compositions Star Wars dont une "Imperial March" arrangée à l'époque par Yves Huts.

Le bassiste gaucher que l'on retrouve accompagné d'Ad Sluijter et de Jeroen Simons le temps d'un "Quietus" joué par le line-up des deux premiers opus permet de constater l'apport d'Ariën avec sa force de frappe héritée de ses années à jouer du Death. Mais quel plaisir de voir les compères d'autrefois se retrouver avec complicité, en particulier Ad et Coen. Un joli moment comme le groupe nous en offre régulièrement dans ce Live avec un nouveau duo Simone/Floor sur "Sancta Terra" où l'autrefois frêle jeune rousse et sa petite voix coachée alors par Amanda Somerville s'est métamorphosée en véritable frontwoman sexy, bien aidée par Mark Jansen (qui tombera le haut sur le dernier titre pour le bonheur de ces demoiselles) et le discours final de Coen Janssen – véritable bout-en train celui-là, gros bosseur par ailleurs puisqu'il a coordonné tout le travail avec l'orchestre avec l'aide précieuse d'Oliver Palotai. J'avais vu EPICA sur la tournée "Design Your Universe" où le groupe était accompagné de REVAMP et STREAM OF PASSION (RIP) et l'actuelle chanteuse de NIGHTWISH bouffait complètement Simone, tant scéniquement que vocalement. On peut aussi apprécier la nouvelle composition écrite spécialement pour l'évènement – "Retrospect" – qui donnait déjà un bel aperçu de la direction artistique de "The Quantum Enigma" et celle de "Twin Flames" initialement un simple bonus de "Requiem For The Indifferent".

Le concert est épique sur bien des plans ; la musique d'EPICA jouée enfin dans des conditions optimales (avec un véritable orchestre), une setlist gargantuesque pour un peu plus de trois heures de Metal Symphonique de haut niveau, des surprises et des classiques parfois réarrangés pour l'occasion ("The Phantom Agony" est son passage tecktonik qui permet à Simone de se trémousser comme une ado ou encore "The Divine Conspiracy" qui subit un petit lifting). L'équilibre du concert est néanmoins fragile car la première partie (DVD 1), chargée en riffs démonte-nuques et en morceaux complexes est assez compliquée à ingurgiter d'une traite, en particulier si vous voulez vous faire les 2 DVD pour profiter du concert en intégralité. La proportion importante de titres du dernier album de l'époque est bien sûr aussi un petit handicap, mais par chance ses meilleures pièces ("Storm The Sorrow", "Delirium") sont là, magnifiées par la puissance et la richesse de l'orchestre qui apporte à la première une patate incroyable pour ce début de rappel qui avec l'épique "Consign To Oblivion" et ses "Loooooowwwww" éructés avec agressivité par Mark Jansen, concluent ce concert en beauté !

On a en sus des bonus de très bonne qualité avec notamment des interviews de tous les membres qui posent un regard personnel sur la carrière d'EPICA et ses rapports avec les autres (mettant en avant la dimension humaine que semble avoir cette formation, par rapport à ses concurrents directs entre autres) et un documentaire nous immergeant dans la préparation de l'évènement, s'ouvrant sur l'orchestre qui s'accorde, qui permet d'apprendre qu'Ad Sluijter a vraiment insisté pour que ce soit Isaac Delahaye qui le remplace. Bravo à lui d'avoir su se retirer dignement et assurer la suite, qu'Yves Huts est maintenant un agent immobilier bien rangé et que Jeroen continue sa vie dans la musique mais dans l'ombre.

En bref, EPICA nous a gâtés avec un bel objet livré dans un coffret superbe graphiquement, abritant en sus l'intégralité du concert sur 3 cds. À noter cependant, qu'à l'image du "Skyforger" d'AMORPHIS, les premières éditions de "Retrospect' présentaient un défaut sur le second DVD qui bugge au moment du speech de Coen Janssen et nous prive du final du concert sur "Outrospect". Contacter le service consommateurs de Nuclear Blast qui règle le problème, je dois d'ailleurs m'en occuper !

A lire aussi en METAL SYMPHONIQUE par JEFF KANJI :


RHAPSODY
Into The Legend (2016)
Alex retrouve le vrai RHAPSO

(+ 3 kros-express)



EPICA
The Holographic Principle (2016)
Peut-on encore parler de confirmation ?


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Simone Simons (chant)
- Mark Jansen (guitare, grunts)
- Isaac Delahaye (guitare)
- Coen Janssen (claviers)
- Rob Van Der Loo (basse)
- Ariën Van Weesenbeek (batterie)
- Extended Reményi Ede Chamber Orchestra
- Choir Of Miskolc National Theatre
- Floor Jansen (chant sur dvd1-9, dvd2-7)
- Ad Sluijter (guitare sur dvd2 – 4)
- Yves Huts (basse sur sur dvd2 – 4)
- Jeroen Simons (batterie sur dvd2 – 4)


- Dvd 1
1. Introspect
2. Monopoly On Truth
3. Sensorium
4. Unleashed
5. Martyr Of The Free World
6. Chasing The Dragon
7. Presto
8. Never Enough
9. Stabat Mater Dolorosa
10. Twin Flames
11. Serenade Of Self-destruction
12. Orchestral Medley
13. The Divine Conspiracy (anniversary Edition)
14. Delirium
15. Blank Infinity

- Dvd 2
1. The Obsessive Devotion
2. Retrospect
3. Battle Of The Heroes & Imperial March
4. Quietus
5. The Phantom Agony
6. Cry For The Moon
7. Sancta Terra
8. Design Your Universe
9. Storm The Sorrow
10. Consign To Oblivion
11. Outrospect



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod