Recherche avancée       Liste groupes



      
POST-GRUNGE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Seether, Three Days Grace, Saint Asonia, Staind, Creed, Alter Bridge, Bush
 

 Site Officiel (574)

3 DOORS DOWN - Us And The Night (2016)
Par METALINGUS le 24 Mai 2016          Consultée 7218 fois

Formé en 1996, 3 DOORS DOWN est rapidement devenu un groupe très connu auprès des jeunes auditeurs Américains aves des succès radiophoniques comme "Kryptonite", "When I’m Gone", "Let Me Go" et bien sûr "Here Without You".

5 ans, c’est le laps de temps entre cette sortie et la précédente. Que s’est-il passé entre-temps ? On peut dire que le groupe a fait parler de lui, mais pas nécessairement pour les bonnes raisons. Les Américains n’ont pas été avares en potins et péripéties en tout genre : en 2012 le guitariste Matt Roberts a annoncé son départ pour des raisons de santé. De son côté, le bassiste Todd Harrell a connu de multiples déboires judiciaires dû à une dépendance aux drogues et alcools en tout genre. Le groupe n’a finalement eu d’autre choix que de l’expulser en 2014. Chet Roberts (guitare) et Justin Biltonen (Bass) ont respectivement remplacé les deux hommes. Le groupe a part la suite tourné un peu partout à travers le monde. Un arrêt dans la ville de Lévis m’a permis de les voir performer, le résultat était plutôt décevant puisque ceux-ci semblaient en mode pilotage automatique. Ajouter à cela une relation minimale avec le public et un choix de titres plus que douteux, vous comprendrez pourquoi mon a priori était plutôt négatif la première fois que j’ai écouté les chansons de ce nouvel opus…

On peut dire dès le premier titre que nous sommes en terrain connu. La production est simplement parfaite, puissante et cristalline. Le thème abordé est le même que d’habitude : l’amour, les relations hommes/femmes. Le son si caractéristique du groupe est déjà là, soutenu par la jolie voie de Brad Arnold. Celle-ci est d’ailleurs toujours aussi présente, et on a parfois un peu trop l’impression que le chanteur porte le groupe sur ses épaules. Ce sentiment est tellement présent qu’il aurait été possible de nommer l’album BRAD ARNOLD plutôt que 3 DOORS DOWN tellement j’ai l’impression que les musiciens sont en retrait. Les gars n’utilisent simplement pas leur talent à 100 % et semblent simplement être présents afin de supporter les belles lignes vocales. Je me demande parfois pourquoi il y a 2 guitaristes si c’est pour les utiliser aussi peu. La faute aux petits nouveaux qui n’ont pas été en mesure de prendre leur place ?

Il y a une facilité dans tout ça, et un air de déjà vu qui reste très présent sur certains titres comme "The Broken", "I Don’t Wanna Know" et "Living In Your Hell". Elles paraissent toutes sortir du même moule. Concernant les ballades (obligatoires et présentes sur chaque album), elles sont aux nombres de 3. Si "Inside Of Me" peut passer pour un "Here Without You" de deuxième division, il est clair que "Pieces Of Me" et surtout "Fell From The Moon" son carrément mièvres et insipides. Elles vont sûrement plaire aux adolescentes, mais pour les gens qui suivent le groupe depuis plusieurs années c’est complètement raté. Les soli de guitare sont par ailleurs pratiquement absents des titres (sauf un bref instant sur "I Don’t Wanna Know"). C’est dommage, même si les Américains ne sont pas nécessairement connus pour cet aspect.

Si Harrell et Roberts ont quitté le navire, l’inspiration n’est pas complètement partie avec eux. En effet, il serait injuste de qualifier le disque de ratage complet. Il y a bien quelques titres potables qui sortent du lot : "In The Dark" accroche automatiquement l’oreille dès la première écoute (pas étonnant qu’il ait été choisi comme premier single). "Love Is A Lie" est bien enjoué et donne envie de bouger. Le titre le plus représentatif de la qualité du cd est néanmoins la chanson-titre : pas de quoi crier au génie, mais le titre atteint quand même son objectif.

Au final, je ne doute pas une seule seconde que l’album va se vendre comme des petits pains chauds (surtout aux États-Unis et au Canada), mais malheureusement la qualité n’est pas au rendez-vous. C’est dommage : 5 années d’absence pour un résultat aussi décevant. Beaucoup trop d’air de déjà-vu, beaucoup trop l’impression que le groupe est en pilotage automatique, un peu comme leur performance lors de leur passage à Lévis… j’avais raison d’avoir un doute.

Morceau préféré : "In The Dark".

A lire aussi en GRUNGE par METALINGUS :


SILVERCHAIR
Neon Ballroom (1999)
Le vrai SILVERCHAIR




SEETHER
Finding Beauty In Negative Spaces (2007)
Retour en force après séance de désintox


Marquez et partagez




 
   METALINGUS

 
  N/A



- Brad Arnold (chant)
- Chris Henderson (guitare)
- Greg Upchurch (batterie)
- Chet Roberts (guitare)
- Justin Biltonen (bass)


1. The Broken
2. In The Dark
3. Still Alive
4. Believe It
5. Living In Your Hell
6. Inside Of Me
7. I Don't Wanna Know
8. Pieces Of Me
9. Love Is A Lie
10. Us And The Night
11. Fell From The Moon



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod