Recherche avancée       Liste groupes



      
POST GRUNGE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Seether, Three Days Grace, Saint Asonia, Staind, Creed, Alter Bridge, Bush
 

 Site Officiel (358)

3 DOORS DOWN - Seventeen Days (2005)
Par METALINGUS le 19 Juillet 2021          Consultée 354 fois

3 DOORS DOWN a eu un succès instantané comme beaucoup d’artistes ne peuvent que rêver. Armés d’une dizaine de morceaux Post Grunge délicieux qui était alors à la mode au début des années 2000, les gars ont pris d’assaut les ondes radio avec leur tout premier album, le bien-nommé "The Better Life". Avec des chansons comme "Kryptonite", "Loser" et le nostalgique "Be Like That", tout était mis en place pour que les gars connaissent un succès immédiat.

Bien sûr, il était impossible de s’arrêter en si bon chemin. Battre le fer pendant qu’il est chaud, voilà une bonne idée. Seulement deux ans après le premier essai, 3 DOORS DOWN sortaient une nouvelle fournée avec "Away From The Sun". Ce fut un alors un triomphe encore plus élevé avec la fameuse power-balade "Here Without You", mais aussi la chanson-titre ou "When I’m Gone" : des morceaux accrocheurs, faciles à mémoriser.

Puis, le groupe a tout simplement débandé. Avec des sorties toujours rapides, les gars ont tout simplement tiré tous leurs cartouches au cours des deux premiers essais. Après avoir déclenché un torrent de hits, 3 DOORS DOWN n’a donc plus aucun jus. "Seventeen Days" est bel et bien du Post Grunge classique, avec la belle voix de Brad Arnold, mais rien ne se passe. Il y a évidemment le single "Let Me Go", mais on semble l’avoir entendu au moins cent fois auparavant. Il manque carrément une âme à ce disque, voilà tout. Nos amis semblent simplement à cours d’envies, ne plus en vouloir comme auparavant. Est-ce de l’épuisement ? Du désintérêt ? Mystère…

Seule exception à la règle voulant que "Seventeen Days" soit un album sans saveur, le délicieux "Landing In London" qui est interprété… en duo avec Bob Seger. La voix de l’homme aide vraiment à donner une âme au titre et nous transporte avec une nostalgie/mélancolie certaine. Seger nous aide également à percer la source du problème de "Seventeen Days" : le manque de personnalité, de sensation, de personnalisation des morceaux. Un peu comme si les gars avaient composé des chansons en espérant que les chansons prennent vie par elles-mêmes, comme par magie.

Pour ajouter la cerise sur un gâteau déjà infect : que dire de la pochette absolument catastrophique ? Quel affreux bébé que voilà, entouré par un buffet : mauvais goût quand tu nous tiens. Que reste-t-il de toute cette musique ? Pas grand-chose je dirais. Je ne retiens que "Landing In London", encore et toujours. Trois albums sortis beaucoup trop rapidement, voilà ce qui s’est passé avec 3 DOORS DOWN. Les gars sont en perte d’inspiration, Brad Arnold a toujours cette voix si caractéristique, mais n’y croit plus.

Morceau préféré : Deviner lequel…

A lire aussi en HARD ROCK :


UFO
Lights Out (1977)
UFO change de dimension

(+ 1 kro-express)



BABYLON A.D.
Babylon A.d (1989)
Post grunge


Marquez et partagez




 
   METALINGUS

 
  N/A



- Brad Arnold (chant)
- Matt Roberts (guitare solo)
- Chris Henderson (guitare rythmique)
- Todd Harrell (basse)
- Daniel Adair (batterie)


1. Right Where I Belong
2. It's Not Me
3. Let Me Go
4. Be Somebody
5. Landing In London (feat. Bob Seger)
6. The Real Life
7. Behind Those Eyes
8. Never Will I Break
9. Father's Son
10. Live For Today
11. My World
12. Here By Me



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod