Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER SYMPHONIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Kamelot, Vanishing Point
- Membre : Pathosray, Fairyland
- Style + Membre : Visions Of Atlantis
 

 Site Officiel (129)
 Reverbnation (76)
 Chaîne Youtube (106)

SERENITY - Death & Legacy (2011)
Par JEFF KANJI le 28 Janvier 2016          Consultée 1117 fois

S'ils n'ont pas chômé entre "Words Untold & Dreams Unlived" et le superbe "Fallen Sanctuary", les Autrichiens de SERENITY reviennent gonflés à bloc avec leur troisième album début 2011 après un peu plus de deux ans de travail, et nous offrent généreusement une belle palanquée de titres qui montrent une évolution du Metal Symphonique vers un Power Sympho plus orienté Metal. Le tracklisting que je vous ai joint est celui de l'édition limitée qui contient les bonus "Youngest Of Widows" et surtout le magistral et speed "To India's Shores" ; cela nous fait un total de seize titres pour quasi 1H10.

Et SERENITY ne s'est pas moqué de nous, car en plus de revenir les poches pleines d'idées, il est particulièrement inspiré et donne un successeur tout à fait digne à "Fallen Sanctuary". Il est peut-être même meilleur du point de vue de la personnalité, même si le côté Heavy orchestré de KAMELOT reste présent. Mais en faisant appel à Oliver Phillips pour ses orchestrations et en renforçant l'aspect Power de sa musique, SERENITY n'a souhaité sacrifier aucun élément de sa personnalité et il a trouvé un concept lyrique qu'il utilise encore aujourd'hui : l'Histoire.

"Death & Legacy" n'est pas à proprement parler un concept-album, mais chacun de ses titres traite d'un personnage historique européen. Et il y en a pour tout le monde, de Marco Polo à Hernán Cortéz, en passant par Jacques De Molay ou Casanova ! Chacune des histoires est bien menée, et SERENITY prend un soin particulier à peaufiner la qualité de ses textes. En outre, comme le groupe l'avait fait sur "Fairytales", le chant féminin s'invite de nouveau et apporte un relief des plus agréables, surtout que Georg ne s'est pas entouré de petites rigolotes, car Aylin (SIRENIA), Amanda Somerville (AINA, EPICA, KISKE/SOMERVILLE) et Charlotte Wessels (1) (DELAIN) étant des cadors dans leur style. La délicatesse et l'extrême féminité qu'elles apportent sont un véritable atout pour SERENITY qui peu de temps après débauchera Clémentine Delauney chez WHYZDOM pour venir interpréter ces duos en concert, ce qui débouchera sur une véritable dualité (à la VISIONS OF ATLANTIS) sur l'abouti "War Of Ages".

L'album commence très fort avec le morceau-fleuve "New Horizons" où Georg Neuhauser se montre particulièrement à son aise, plus conquérant que jamais, et toujours entouré de ces sections de chœurs qui ont fait le succès de "Velatum" sur l'opus précédent. En outre, le travail sur les orchestrations et le mixage est particulièrement soigné, ce qui permet d'apprécier toutes les nuances d'exécution du groupe qui a dû faire face au départ de son bassiste (pas l'instrument le mieux mis en valeur chez SERENITY, cela changera avec l'arrivée imminente de Fabio D'Amore qui se charge déjà de la traduction de "Lament" dans la langue de Dante). Thomas Buchberger, principal compositeur en compagnie de Georg s'est ainsi chargé d'enregistrer les parties de quatre-cordes de "Death & Legacy".

On pourrait penser que la longueur de ce troisième album constitue un handicap, surtout dans un style symphonique où la surcharge d'informations peut vite tourner à l'écœurement ; et bien il n'en est rien. Le boulot abattu par les quatre protagonistes est poussé au maximum sur les nuances et la science de l'arrangement. De plus, SERENITY ressort de ce "Death & Legacy" avec un sens de l'accroche renforcé par ce côté Power qui lui va très bien. En l'espace de deux albums, SERENITY est devenu clairement le leader de la scène autrichienne, reléguant ses aînés loin derrière lui. Et chacun des titres de ce troisième opus suffit à le démontrer. Les adeptes de raretés pourront, comme sur "Fallen Sanctuary" accéder à un ultime ré-enregistrement de la démo "Engraved Within" avec "Guiding Light" (présent sur la version japonaise de l'album).

(1) que le chanteur retrouvera en 2015 au sein de PHANTASMA

A lire aussi en METAL SYMPHONIQUE par JEFF KANJI :


EPICA
The Holographic Principle (2016)
Peut-on encore parler de confirmation ?




BENIGHTED SOUL
Start From Scratch (2011)
Si nos riens donnaient d'aussi beaux résultats


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Andreas Schipflinger (batterie, chœurs)
- Mario Hirzinger (claviers, chœurs)
- Thomas Buchberger (guitare, basse)
- Georg Neuhauser (chant)
- -
- Oliver Philipps (claviers additionnels, orchestrations)
- Aylin (chant sur 3,6)
- Amanda Somerville (chant sur 8)
- Charlotte Wessels (chant sur 10)


1. Set Sail To… [intro]
2. New Horizons
3. The Chevalier
4. Far From Home
5. Heavenly Mission
6. Prayer [interlude]
7. State Of Siege
8. Changing Fate
9. When Canvas Starts To Burn
10. Serenade Of Flames
11. Youngest Of Widows [-]
12. Below Eastern Skies [interlude]
13. Beyond Desert Sands
14. To India's Shores [-]
15. Lament [interlude]
16. My Legacy
- Japanese Bonus Track
17. Guiding Light



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod