Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Kamelot, Temperance, Lyra's Legacy, Vanishing Point
- Membre : Edenbridge, Warkings, Fairyland, Pathosray
- Style + Membre : Visions Of Atlantis, Phantasma
 

 Site Officiel (485)
 Reverbnation (317)
 Chaîne Youtube (394)

SERENITY - The Last Knight (2020)
Par JEFF KANJI le 29 Mars 2020          Consultée 1358 fois

Après Richard Cœur de Lion, il semblerait que SERENITY ait décidé d'enchaîner avec un autre monarque célèbre, en tout cas dans son pays : Maximilien 1er se désignait lui-même sous le titre de dernier chevalier. En 2019 furent célébrés les cinq cent ans de la disparition de l'un des empereurs romains (du Saint Empire) les plus illustres avec son petit-fils Charles Quint. Georg Neuhauser étant en outre un spécialiste des XVème et XVIème siècles, le sujet du septième album de SERENITY était tout trouvé. Mais qu'allait pouvoir nous proposer la formation autrichienne, resserrée depuis quelques années autour du songwriter Chris Hermsdörfer (par ailleurs guitariste de BEYOND THE BLACK), Georg Neuhauser, l'indéboulonnable figure de proue du navire, ainsi qu'une section rythmique désormais inamovible et rompue au Power Symphonique de SERENITY ?

De l'aveu de Chris, l'ambiance au sein du groupe étant exceptionnellement détendue, le processus de composition a été limpide, bien arrangé aux entournures par un Sascha Paeth qui n'a pas son pareil pour tirer le meilleur de ce genre de formations (rappelez-vous le "Black Halo" de KAMELOT en 2005). Il est parvenu à tirer la substantifique moelle sur "The Last Knight", à exacerber la personnalité de la formation qui s'est désormais totalement affranchie du chant féminin. Et après tout, même si l'époque "War Of Ages" proposait une alternative des plus enthousiasmantes, c'est le SERENITY du rutilant "Fallen Sanctuary", bien préparé par l'encourageant "Lionheart", que je retrouve ici.

Mais pas à l'identique pour autant. Le style d'écriture de "Lionheart" est toujours présent, et la principale évolution ne vient pas tellement du son (pourtant maousse costaud), mais de la progression dans les jeux vocaux, les chœurs étant désormais intégralement masculins, et Georg Neuhauser ne perdant pas une once de son charisme. La plus grande force de "The Last Knight", outre son écriture rigoureuse, ciselée et fluide comme presque toujours, réside dans les lignes de chant. Jamais SERENITY n'aura sonné aussi hymnique ! Alors "Set The World On Fire" ou "Queen Of Avalon", quasi radiophoniques, en rebuteront peut-être certains (je crois que Fredouille n'est pas hyper fan par exemple), mais chez moi ça passe crème, et "The Last Knight" est incontestablement un disque qui m'enthousiasme au plus haut point à l'image de ce lumineux "Invictus" qui vient ouvrir le bal, ou encore du magistral "Wings Of Pride" au tempo enlevé. J'attendais que le quartette autrichien remonte la pente et concrétise les espoirs placés en lui après une série d'albums impeccables au dernier changement de décennie ; il livre le recueil le plus direct de sa carrière, ce qui n'empêche pas le propos textuel d'être toujours teinté d'érudition.

Et alors ; Power Metal ou Metal Symphonique ? Il est vrai qu'il n'a pas toujours été évident de ranger définitivement le groupe dans une case. Si l'album dispose d'arrangements soignés, et que la patte Sascha Paeth est indéniablement présente, c'est davantage du côté du Heavy Power qu'on penchera, les claviers ne prenant absolument jamais les devants, "My Farewell" constituant une exception dans le sens où c'est une ballade et que c'est là que les guitares laissent généralement le plus d'ouvertures pour développer des arrangements plus amples et texturés. Il règne ici un équilibre qui à certains égards rappellera le KAMELOT de "The Black Halo" que j'évoquais plus haut. Et si l'on ne peut nier cette parenté vocale avec le meilleur de Tony Kakko, las des comparaisons assez stupides qui réduisent toujours SERENITY à un KAMELOT-like… Les deux formations ont certes partagé une parenté assumée au début de la carrière de SERENITY, mais l'une comme l'autre ont affirmé leur identité avec des visées et résultats assez différents. Repaissez-vous de ce très bel album de Power Metal classieux et finement arrangé comme il en sort hélas trop peu.

A lire aussi en POWER METAL par JEFF KANJI :


PYRAMAZE
Disciples Of The Sun (2015)
Un talent indestructible qui force le respect




KELDIAN
Outbound (2013)
2013 : le podium des outsiders


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Andreas Schipflinger (batterie, chœurs)
- Georg Neuhauser (chant)
- Fabio D'amore (basse, chœurs, chant sur 8)
- Christian Hermsdörfer (guitare)
- -
- Sascha Paeth (guitare additionnelle sur 2)
- Herbie Langhans (chant sur 3, chœurs)


1. The Last Knight
2. Invictus
3. Set The World On Fire
4. Keeper Of The Knights
5. Souls And Sins
6. My Kingdom Comes
7. Queen Of Avalon
8. My Farewell
9. Down To Hell
10. Wings Of Pride
11. Call To Arms



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod