Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  LIVE

Commentaires (1)
Questions / Réponses (1 / 0)
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Forbidden, Essence
- Membre : The Organization

DEATH ANGEL - The Bay Calls For Blood (2015)
Par CANARD WC le 30 Novembre 2015          Consultée 2441 fois

J’étais tout content de la sortie de ce Live du groupe Mort de l’Ange parce que j’avais pas aimé en son temps le "Fall For A Garce" ni le "Live At The Dynamo Kiev", même que j’en étais tout frustré depuis un moment de ne pas avoir ainsi eu l’occasion de vous parler des qualités « concert-istiques » du groupe. Aussi quand j’ai appris que ce « L’appel du sang de la baie » était sur les starting-blocks, j’étais donc tout content comme je viens de vous le dire, arrêtez donc de me faire répéter sans cesse les mêmes choses.

Sauf qu’en découvrant le menu, j’ai fait la grimace : aucun titre de "Act III" (mon album préféré du groupe), rien des vieux albums (hormis "Bored"). Même "Art of Dying" passe à la trappe, oui l’album de la reformation qui tue la putain de sa mère. "Bay Calls" est orienté quasi-exclusivement vers les trois derniers albums : "Killing" – "Relentless" – "Dream" qui ne sont de mon point de vue que des albums corrects à tendance moyenne. D’un autre côté, d’aucuns me diront qu’il est normal que le live de la tournée "Dreams Call Blood" fasse la part belle à l’album en question. Ok, mais dans ce cas-là, pourquoi dix titres et pas quinze plus panaché ? Bref, cette petite bande-son s’annonçait donc bande-mou. L’envie n’étant pas à son firmament, j’ai d’ailleurs mis un peu de temps à goûter la chose, tournant plusieurs fois autour avant de me décider à vraiment l’écouter. Alors qu’on parle de DEATH ANGEL, qu’on parle donc d’un groupe que j’aime beaucoup, c’est vous dire.

Dix petits titres, 48 minutes d’exécution puissante, son énorme, production maousse. Ceux qui aiment écouter du Thrash à fond les ballons dans leur bagnole en faisant des doigts d’honneur à ceux qui ne respectent pas la priorité (c’est un monde, ça) vont kiffer comme disent les jeunes. Premier bon point.

Ensuite, DEATH ANGEL et le live, c’est une combinaison qui fonctionne bien. Euphémisme. En concert, ce groupe assure « pour de vrai » et figure même dans mon panthéon personnel des cinq meilleurs groupes de Thrash à voir. Dévastateur. DEATH ANGEL dégage tellement d’envie, délivre des prestations tellement « à fond » que c’est un plaisir de se les manger depuis la fosse. Rien que pour avoir caser cette phrase, je suis content de vous pondre cette chronique. Deuxième bon point.

Le troisième bon point découle de la combinaison des deux précédents (a+b = c) : même avec des titres moins bons, DEATH ANGEL en live draine tout vers le haut, arrive à extirper de ses choix limités la substantielle moelle. Du coup, "Bay Calls Blood" déchire « naturellement » alors que la composition du menu le condamnait (sur le papier) à ne pas pouvoir franchir la barre du rubicond du 3/5 nimien. L’inverse est tout aussi vrai : si vous avez aimé (plus que moi, tout du moins) les trois derniers albums, alors il y a de quoi se pâmer et serrer le poing très fort. Ce qui m’amène à la triste conclusion qu’un certain METALLICA et autre SLAYER devraient en prendre de la graine (bon, vous allez me dire que ces groupes n’ont pas le même nombre de kilomètres au compteur mais quand même). Moralité : parmi les bienfaits du Thrash, on se rappellera qu’avec un peu de cœur à l’ouvrage, on retient surtout cette furia salvatrice.

De cette terrible prestation, il ressort une terrible homogénéité qui ne permet pas au final d’isoler vraiment un moment fort plutôt qu’un autre sans verser dans la question de goût pur et dur. En ce qui me concerne, ce sont les quelques zones d’accalmie qui m’ont charmé. Comme ce "Execution / Don’t Save Me" qui arrose le concert d’un zest d’émotion tout en électrique juste avant de se prendre un bon parpaing au coin du museau. Ou encore l’intro de "Detonate" (riff comète lointain, quelques notes solennelles) qui donne envie de partir en guerre une nouvelle fois. Après avoir heabbangué comme des cons pendant quarante minutes, DEATH ANGEL conclut son show avec "Territorial Instinct" de toute beauté, histoire de se quitter avec regret et laisser dans l’air un petit goût de « revenez-y ». De mon point de vue, un petit "Veil Of Deception" aurait été parfait de ce point de vue-là, mais bon. M’enfin, c’est pas grave.

DEATH ANGEL déchire même avec ses titres pas les meilleurs. Une info comme une autre. Pensez juste à prendre vos places la prochaine fois qu’ils passeront chez nous. Foie de Canard, vous ne le regretterez pas.


Note : 3,5/5 (que j’arrondis au supérieur parce que).


Moments forts : "Detonate", "Territorial Instinct".

A lire aussi en THRASH METAL par CANARD WC :


EXODUS
Pleasures Of The Flesh (1987)
Virage intéressant du groupe : une réussite !

(+ 1 kro-express)



UNCLE SLAM
Say Uncle (1988)
Préhistorique Suicidal Thrash.


Marquez et partagez







 
   CANARD WC

 
  N/A



- Mark Osegueda (chant)
- Rob Cavestany (guitare)
- Ted Aguilar (guitare)
- Damien Sisson (basse)
- Will Carroll (batterie)


1. Left For Dead
2. Fallen
3. Buried Alive
4. The Dream Calls For Blood
5. Execution/don't Save Me
6. Truce
7. Detonate
8. Bored
9. Caster Of Shame
10. Territorial Instinct/bloodlust



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod