Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (8)
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Inmoria
 

 Myspace (186)

ARTILLERY - By Inheritance (1990)
Par CANARD WC le 2 Août 2009          Consultée 4588 fois

L’un des trucs qui a été déterminant pour des groupes comme SLAYER ou METALLICA, c’était ce « son ». Plus tranchant, plus clair, plus puissant tout simplement. Ces groupes « sonnaient » mieux que les autres. Cet aspect en a transcendé les compos elles mêmes, tout en renforçant cette impression d’un Thrash qui tuait plus que tous les autres. Si vous replacez chaque « vieux » album dans son contexte historique, vous constaterez que par delà la qualité intrinsèque de leur musique, METALLICA (par exemple) avait réussi en son temps à se doter d’une putain de prod’. Question de moyens et de chance évidemment, car même avec la meilleure volonté du monde tous les groupes ne peuvent se payer le bon matos, le bon studio et tomber sur les bonnes personnes pour mixer tout ce bordel correctement. Par cet effet de contraste, beaucoup de groupes de Thrash très valables se sont retrouvés handicapés d’un défaut congénital quasiment irrattrapable (1).

ARTILLERY est l’illustration parfaite du problème : un premier album de qualité mais mal produit, puis un second album médiocre avec un son correct. Pas de chance. Pour la suite des événements, le groupe devait sortir la grosse artillerie (ah ah!) ou tomber à jamais dans l’oubli. Parfois, le hasard fait bien les choses…

En 1988, METALLICA sort "...And Justice For All" (AJFA). La prod’ et les choix de l’album sont critiqués, le groupe a de toute façon en tête de ne plus faire du Thrash à l’ancienne (2), donc on remercie ce bon vieux Flemming RASMUSSEN. Aller simple seconde classe pour le Danemark, ciao bye bye. En moins de quelques mois, le producteur d’un des groupes les plus prometteurs du Metal se retrouve comme un con tout seul, de Los Angeles au fin fond de la cambrousse danoise. Le mythe sur la rampe de lancement, Flemming reste à terre pour contempler les 4 étoiles filantes du Thrash s’ouvrir en grand les portes des charts.

Un producteur déchu et un groupe de Thrash sans envergure se retrouvent au même moment dans un coin paumé de Copenhague fin des années 80... Vous commencez à piger le scénario de cet album. Je me demande bien ce qui a bien pu se passer dans la tête de Flemming à ce moment là. J’imagine que passer de METALLICA à ARTILLERY devrait pouvoir générer toute sorte de remarque truculente sur la vacuité de l’existence, mais passons.

Dans cette affaire, ARTILLERY tire admirablement son épingle du jeu. Évidemment. Ce sont eux les grands gagnants de cette histoire aussi bizarroïde qu’étonnante. Tout "By Inheritance" transpire de l’envie de RASMUSSEN de faire la preuve par A + B qu’"AJFA" était voulu et non une erreur de parcours. Alors le brave Flemming a décidé de tout exploser avec ARTILLERY pour montrer ce dont il était capable, même avec une « arme » plus limitée entre les mains. Et le résultat est phénoménal. Le fossé entre le premier ARTILLERY et ce "By Inheritance" est simplement de l’ordre de la galaxie intersidérale. RASMUSSEN s’est clairement fait plaisir, a joué des manettes, a tenté de mettre le moindre décibel en valeur pour faire ressortir ce qu’il y avait de meilleur chez ces petits thrasheurs danois. De ce travail « en famille », il ressort un album de Thrash absolument surpuissant, au son dévastateur – la réponse personnelle en terme de prod’ de l’ami Flemming au "Black album" par continent interposé.

Pour que le miracle ait lieu, il fallait qu’ARTILLERY se montre à la hauteur et élève obligatoirement son niveau. A l’occasion de ce troisième album (l’album de la maturité bien souvent), les Danois se sont juste surpassés et ressortent métamorphosés de cette collaboration inespérée. Proche de l’état de grâce, on retrouve tout ce qui peut faire la force du Thrash lorsqu’il est solidement exécuté : des riffs incisifs, soli furieux, breaks jouissifs, martèlements de futs rageurs… Tout y est. Même le chanteur (le point fort du groupe selon moi) semble vouloir se dépasser et insuffle le lyrisme nécessaire pour que le côté épique du Thrash d’ARTILLERY nous semble encore plus évident ("Bombfood").

Cerise sur le gâteau, ARTILLERY a articulé son Thrash autour de nombreux effets « arabisants » du plus bel effet ("Khomaniac"). Que ce soit un riff, un bout d’acoustique ou un bête « air », "By Inheritance" en est délicieusement truffé. Outre le fait de donner une saveur nouvelle à l’ensemble, ce parti-pris rehausse d’un cran la mélodicité de l’album et lui confère ce regain de grâce qui manque trop souvent au Thrash.

Note : un gros 4/5 avec les félicitations du Jury.

Morceaux préférés du Canard : "Khomaniac", "Bombfood".


(1)De nos jours, ce problème du « son » s’est plus ou moins naturellement résolu, tant il est vrai que n’importe quel mec un peu débrouillard peut bidouiller chez lui sa musique pour un résultat qui rend mieux que le chantre des années 80.

(2)Suivra dans cette logique la collaboration avec Bob ROCK, le Black Album et tout un tas de trucs qui feront le malheur des fans de la première heure etc.

A lire aussi en THRASH METAL par CANARD WC :


EXODUS
Pleasures Of The Flesh (1987)
Virage intéressant du groupe : une réussite !

(+ 1 kro-express)



SLAYER
South Of Heaven (1988)
Le virage "thrash" le plus intéressant du groupe.

(+ 4 kros-express)

Marquez et partagez




 
   CANARD WC

 
   FENRYL

 
   (2 chroniques)



- Flemming Rønsdorf (chant)
- Michael Stützer (guitare)
- Morten Stützer (guitare)
- Peter Thorslund (basse)
- Carsten Nielsen (batterie)


1. 7:00 From Tashkent
2. Khomaniac
3. Beneath The Clay (r.i.p.)
4. By Inheritance
5. Bombfood
6. Don't Believe
7. Life In Bondage
8. Equal At First
9. Razamanaz (nazareth Cover)
10. Back In The Trash



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod