Recherche avancée       Liste groupes



      
BRUTAL DEATH  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Necrophagist, Triptykon, Suffocation, Obscura, Decrepit Birth, Abigail Williams, J.j. Hrubovcak , Alkaloid, Menace, Alas, World Under Blood
- Style + Membre : Malevolent Creation, Morbid Angel, Pestilence
 

 Site Officiel (167)
 Facebook (203)

HATE ETERNAL - Infernus (2015)
Par MEFISTO le 4 Septembre 2015          Consultée 3661 fois

Fort de son récent contrat avec Season Of Mist et de son nouveau marteleur Chason Westmoreland (batteur live de THE FACELESS et FALLUJAH), une vraie bête derrière l'artillerie lourde, Erik Rutan est prêt à en découdre comme jamais avec son Brutal Death asphyxiant, sec comme un erg une belle journée d'été, sans pitié comme un bourreau avide de nerfs tranchés. Et avec un tel titre, "Infernus", pas besoin de vous faire un dessin ; Rutan a l'intention d'asseoir sa légitimité sur l'univers Death, après 18 ans d'écorcheries, surtout que "Phoenix Amongst The Ashes" avait créé une vraie commotion en 2011.

Eh bien, soyez bienheureux, mes frères et sœurs, car le maître Rutan a encore réussi à nous perforer le cerveau à vitesse grand V avec sa machine de mort, qu'il a créée, améliorée et perfectionnée. Et en plus, il en est le producteur, aussi habile qu'il est avec la guitare que derrière les manettes. Quel animal ce type, la qualité de son travail est inouïe, suffit d'être le moindrement sensible aux détails. Car oui, il faut être attentif pour les trouver dans cette tempête de soufre qu'est HATE ETERNAL, une musique d'une violence catégorique, d'une efficacité maladive. Une musique sans charme, mais qui sait séduire par la somme de ses atouts.

La production en premier lieu, car il n'y a que HATE ETERNAL pour nous empoigner à la gorge ainsi et ne pas avoir peur de serrer. Notre visage alors empourpré se retrouve assailli de toutes parts par les trois instruments : la guitare, malsaine dans les riffs et vicieuse dans les solos, la basse, bouillonnante et combative, et la batterie, véritable arsenal atomique sous la houlette de Westmoreland. Ça frappe vite et dur et quand il faut y aller plus calmement, ça nous happe aussi fort. Alors on s'attend au « pire » et on est servi dans tous les cas. Et le plus extra est qu'on entend absolument tout dans cette purée de pois, Rutan est un as. C'est la formule de "Phoenix Amongst The Ashes" qui nous fend le crâne de nouveau.

Mais la véritable force des Floridiens est sans aucun doute la précise brutalité de son exécution. Si l'album ne surprend pas toujours par l'originalité de ses riffs, impossible de rechigner sur la tabasse en règle qu'"Infernus" nous impose. On le dit et redit depuis sa naissance : HATE ETERNAL a un petit quelque chose d'unique qui nous fait souffrir le martyre.

Et ce sixième album enfonce la boîte de clous au complet pour barricader le cercueil. L'envie de répliquer sera vaine, cette tannée vous contentera après un tour de piste. Alors ne vous étonnez pas d'être épuisé après ces 46 minutes bien tassées. Rutan marque les esprits et il est écrit en filigrane dans son mode d'emploi : « À digérer tranquillement pour de plus vigoureux souvenirs ». Le podium vous montrera la voie de ce côté, mais la pièce-titre et la clôture "O' Majestic Being, Hear My Call" risquent aussi de se tailler une place dans votre subconscient. Le reste, c'est à votre discrétion ; disons qu"Infernus" offre à manger à qui a le moindrement faim.

HATE ETERNAL incarne encore la furie déchaînée et la perfection studio. Ce groupe est une référence dans le genre et s'éloigne des clichés du Death floridien. On pourra le comparer à la brutalité des combos européens du même style, mais la bande à Rutan possèdera toujours sa griffe à cheval entre une barbarie des plus sauvages, une ambiance affreusement écrasante et un contrôle technique à faire saliver les plus maniaques.

Bon eh bien… bravo ? Certes. Quatre fois même.

Podium : (or) "The Chosen One", (argent) "Locust Swarm", (bronze) "La Tempestad".

A lire aussi en DEATH METAL par MEFISTO :


VADER
Necropolis (2009)
Invocation mortelle altérant tout sur son passage




BELPHEGOR
Blood Magick Necromance (2011)
Les masochistes sataniques au sommet de leur art !

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez







 
   MEFISTO

 
   T-RAY

 
   (2 chroniques)



- Erik Rutan (guitare, chant)
- Chason Westmoreland (batterie)
- J.j. Hrubovcak (basse)


1. Locust Swarm
2. The Stygian Deep
3. Pathogenic Apathy
4. La Tempestad
5. Infernus
6. The Chosen One
7. Zealot, Crusader Of War
8. Order Of The Arcane Scripture
9. Chaos Theory
10. O' Majestic Being, Hear My Call



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod