Recherche avancée       Liste groupes



      
GRIND/DEATH/PUNK HXC  |  STUDIO

Commentaires (4)
Questions / Réponses (1 / 2)
Lexique grindcore
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Nausea
- Membre : Insidious Disease, Menace
- Style + Membre : Carcass
 

 Site Officiel (260)
 Chaîne Youtube (278)
 Myspace (276)

NAPALM DEATH - Apex Predator - Easy Meat (2015)
Par CHAPOUK le 3 Mars 2015          Consultée 3600 fois

Bonjour mesdames et messieurs, asseyez-vous confortablement je vous en prie, et merci d'avoir choisi notre établissement. Au menu ce soir, que diriez-vous d'un petit NAPALM DEATH de 2015 ? Ne vous laissez pas intimider par la pochette hideuse, vous verrez ça va bien se passer !

Sous ces airs de boucherie dégueulasse, cette galette témoigne d'une dualité toujours d'actualité chez les Anglais : le système financier VS les pauvres gens exploités par celui-ci.
D'ailleurs la pochette crabeurk, outre le fait qu'elle illustre une barquette de viande pourrie, représente également une tablette tactile (dans sa forme), et si on zyeute bien ce sont des organes humains qui pourrissent à l'intérieur. C'est donc une illustration du thème principal énoncé quelques lignes auparavant : le système financier, la publicité, qui poussent à acheter des gadgets technologiques (entre autres) dispensables, qui sont fabriqués par d'autres êtres humains réduits en esclavage. Une vision de l'humanité entière qui se gangrène.

Ceci étant dit, on comprend mieux pourquoi, dès l'intro, on pénètre dans une atmosphère étouffante et quasi incantatoire avec ces chœurs à la fois mystérieux et répétitifs, ces percussions et cette ambiance de secte. Ce titre tribal-Indus nous fait pénétrer dans un sanctuaire-abattoir malsain, où l'on sent que le culte qui s'effectue ici va s'avérer effrayant dans les minutes qui suivent.

Et effectivement c'est le cas ! Lorsque "Smash A Single Digit" déboule dans nos oreilles comme un diable, on a un bon gros mouvement de recul : la vache cette agression ! Du Grind surpuissant agrémenté comme souvent par les cris de taré de Harris, qui en viennent presque, dans le cas présent, à éclipser les hurlements de Greenway. En à peine 2 minutes vous vous êtes fait hurler dessus, vous n'avez rien compris à ce qui vous arrive et en même temps vous avez été pris d'une furieuse envie de rejoindre le mosh sur le break Punk Hardcore précédant le final.
Envie qui, finalement, ne vous quittera pas de l'album puisque les gros riffs à la fois Punks et mélodiques (façon Mort au Napalm, on s'entend bien) que l'on peut trouver sur "How The Years Condemn" ou "Bloodless Coup", ainsi que le D-Beat ravageur de "Stunt Your Growth", vous feront lever les genoux bien hauts pour asséner une douce caresse aux mentons de vos voisins de pit. Et s'ils n'en ont pas eu assez mettez-y aussi les coudes lorsque "Hierarchies" débarquera avec son côté Rock'N'Roll à la MOTÖRHEAD, ses chœurs à la ligne de chant intrigante et son solo !

Si vous préférez les tendances Death pas de problèmes : avec leurs lignes de basse groovy, vous pourrez bouger « grassement » et remuer des cheveux sur "Timeless Flogging", "Cesspits" ou encore "Beyond The Pale" sans aucun complexe. Le tout, en appréciant les riffs bien choisis et subtilement disséminés dans les morceaux, tandis que le final de "Cesspits" finira d'aggraver cette vilaine blessure aux cervicales que vous trainez depuis que vous fréquentez la sphère Metal. Elle est pas belle la vie ?!

Quant au Grind, je ne pense pas vous apprendre quoique ce soit en vous annonçant que vous en trouverez un peu partout, calés au chaud entre un riffing de keupon coreux et un groove malsain de deatheux. L'album est un mélange indéfinissable, et propre au groupe, de Death-Grind-Punk HxC. Rien de bien original me direz-vous. Certes mais c'est quand même une bonne recette car je pense que seule l'expérience du groupe permet de doser aussi savamment chaque ingrédient.

Et même si on ne parle plus d'originalité chez NAPALM DEATH depuis un petit moment, il est toujours appréciable de découvrir quelle surprise le groupe nous réserve. Sur le précédent skeud c'était le titre zinzin-saxophone "Everyday Pox". Ici ce sont les petits passages atmosphériques et dissonants répartis ici et là sur "Smash A Little Digit" ou "Stuborn Stains" qui sèment un chaos pas croyable sur ces titres (des restes du split avec CONVERGE ?). On trouve également un gros mid-tempo ambiancé Sludge sur la deuxième moitié de l'outro, qui finit bien de t'écraser la tête contre le sol. Mais le must reste quand même "Dear Slum Landlord…" ! Woow ! Retour de ces chœurs inquiétants, qui forment avec le riff principal une sorte de ritournelle occulte, bercée par un mid-tempo des plus massifs (limite Doom). Alors oui on ralentit un chouïa mais c'est pas pour autant qu'on respire mieux, ce titre instaure une atmosphère suffocante, mais tellement réussie qu'on en redemanderait presque !

Si on ajoute à tout cela le fait que les morceaux s'enchaînent bien sans longueur particulière et qu'ils ont tous un petit quelque chose de sympa. On m'a dit de me méfier, avant la première écoute de ce skeud, que l'ensemble allait être gâché par un son beaucoup trop « pur » : personnellement ça ne me choque absolument pas ! Moi je retiens surtout qu'on a la preuve que la recette NAPALM DEATHienne fonctionne toujours bien, même si elle reste vue et revue… Comme on dit c'est dans les vieux pots qu'on fait les meilleures soupes !

Sur ce, bon app' !

A lire aussi en GRINDCORE :


GRUNT
Scrotal Recall (2011)
Accessible et monstrueusement efficace, what else ?




JIG-AI
Jig-ai (2006)
Le kawaï à la tchèque


Marquez et partagez




 
   CHAPOUK

 
  N/A



- Mark 'barney' Greenway (chant)
- Shane Embury (basse)
- Mitch Harris (guitare, chœurs)
- Danny Herrera (batterie)


1. Apex Predator – Easy Meat
2. Smash A Single Digit
3. Metaphorically Screw You
4. How The Years Condemn
5. Stubborn Stains
6. Timeless Flogging
7. Dear Slum Landlord...
8. Cesspits
9. Bloodless Coup
10. Beyond The Pale
11. Stunt Your Growth
12. Hierarchies
13. One-eyed
14. Adversarial / Copulating Snakes



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod