Recherche avancée       Liste groupes



      
GRINDCORE  |  STUDIO

Commentaires (16)
Questions / Réponses (1 / 1)
Lexique grindcore
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Nausea
- Membre : Insidious Disease, Menace
- Style + Membre : Carcass
 

 Site Officiel (265)
 Chaîne Youtube (280)
 Myspace (280)

NAPALM DEATH - Scum (1987)
Par POSSOPO le 14 Novembre 2003          Consultée 11939 fois

Issu des quartiers populaires de l’ouvrière Birmingham, CIVIL DEFENCE débarqua sur la scène rock en 1982. Combo très influencé par CRASS et la scène punk anarchiste anglaise du début des années 80, son évolution vers un son plus metal fut en grande partie la conséquence de la rencontre de Nick Bullen, fondateur de CIVIL DEFENCE, et du jeune guitariste Justin Broadrick. Peu après, Mick Harris, qui ne disposait même pas de son propre kit de batterie fit son apparition au sein du désormais trio.
Les débuts discographiques prirent forme grâce aux contacts, par connaissances mutuelles, du groupe avec Digby Pearsons, patron d’un minuscule label underground, Earache Records. La première partie de Scum était alors gravée sur vinyle mais pas encore éditée (notons que ce line-up ne sera pas crédité lors de la sortie du disque un an plus tard).

Beaucoup d’autres groupes évoluaient dans un genre musical proche du rebaptisé NAPALM DEATH, à base de rythmes ultrarapides et de brutalité crue. SIEGE, REPULSION, MACABRE, NAUSEA, LARM et d’autres ne se retrouvèrent pourtant affublés de la même étiquette «grindcore» que par l’impulsion des natifs de Birmingham. N’ayant pas, malgré l’insistante rumeur, inventé ce courant disgracieux, ils ont surtout permis son évolution et sa labellisation. Selon Mark Greenway qui entrera dans le groupe un peu plus tard, le terme «grindcore» ne vient pas de la presse mais de Mick Harris lui-même. Une nouvelle scène était officiellement née et NAPALM DEATH en devenait le leader naturel.

Des problèmes de motivation et de cohabitation entraînèrent une modification sensible du line-up. Des membres fondateurs dont Nick Bullen quittèrent l’entité et de nouveaux personnages pointèrent le bout de leur nez, parmi lesquels Bill Steer (sévissant à l’époque dans un combo appelé à connaître des jours radieux du nom de CARCASS) et Lee Dorian (aujourd’hui chanteur au look hippie chez CATHEDRAL). Le nouveau line-up auquel il faut ajouter la présence du bassiste Bill Whitley s’attela à la tâche pour composer et enregistrer la deuxième partie de l’album prétexte à cette chronique.

Sorti dans la deuxième moitié de 1987, Scum devient vite objet de culte pour tous les moshers, punks et autres thrashers de la planète.

Les deux faces du lp sont très similaires. Les morceaux sont très rapides et très courts (le record appartenant à you suffer qui ne dépasse pas les sept dixièmes de seconde!?!) et la production est extrêmement crue (qui a dit pauvre?). Le son des guitares est plus noisy que heavy, la basse horriblement saturée et les paroles incompréhensibles de Nick Bullen et Lee Dorian reprennent les thèmes classiques des hymnes punk, pollution, injustice, chaos social et consorts.
Cet ensemble chaotique, sale et laid de brûlots post-punk et de riffs hardcore, ne vous laisse pas respirer même lorsque le tempo diminue (scum et sa basse aux sonorités malsaines). Le but avoué de l’entreprise était de faire le pire, et le pire a été fait.

Scum obéit à toutes les règles d’un genre qui entamera bientôt sa troisième décennie d’existence et constitue «La» référence grindcore, un socle sur lequel des monuments tels que Extreme Conditions Demand Extreme Responses des américains de BRUTAL TRUTH ont pu se bâtir. Même le jazzman allumé JOHN ZORN cite fréquemment NAPALM DEATH parmi ses influences, c’est dire la portée de ce terrible forfait à ne laisser dans les mains que des plus chevronnés.

A lire aussi en GRINDCORE par POSSOPO :


BRUTAL TRUTH
Extreme Conditions Demand Extreme Responses (1992)
Grindcore

(+ 1 kro-express)



CARCASS
Symphonies Of Sickness (1989)
De la très bonne viande, c'est Fryer qui l'a dit.

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
   DEADCOM

 
   (2 chroniques)



- Nicholas Bullen (face 1: chant, basse)
- Justin Broadrick (face 1: guitare, chant)
- Mick Harris (face 1: batterie)
- Lee Dorrian (face 2: chant)
- Jim Whitely (face 2: basse)
- Bill Steer (face 2: guitare)
- Mick Harris (face 2: chant, guitare)


- Face 1:
1. Multinational Corporations
2. Instinct Of Survival
3. The Kill
4. Scum
5. Caught... In A Dream
6. Polluted Minds
7. Sacrificed
8. Siege Of Power
9. Control
10. Born On Your Knees
11. Human Garbage
12. You Suffer

- Face2:
1. Life?
2. Prison Without Walls
3. Point Of No Return
4. Negative Approach
5. Success?
6. Deceiver
7. C.s.
8. Parasites
9. Pseudo Youth
10. Divine Death
11. As The Machine Rolls On
12. Common Enemy
13. Moral Crusade
14. Stigmatized
15. M.a.d.
16. Dragnet



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod