Recherche avancée       Liste groupes



      
SYMPHONIC PIRATE METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Elvenking
 

 Site Officiel (173)
 Myspace (160)
 Chaîne Youtube (131)

ORDEN OGAN - To The End (2012)
Par JEFF KANJI le 12 Janvier 2015          Consultée 1518 fois

ORDEN OGAN se fait progressivement une place sur la scène Heavy Metal allemande. D’une première démo en 1997 à un premier opus qui sort péniblement sept années plus tard, le groupe n’a pas ménagé ses efforts, et il aurait pu mourir dix fois dans son ascension. Mais "Vale" puis surtout "Easton Hope" ont permis d’entrevoir le potentiel de cette formation, goûtant autant le Power que le Symphonique ou encore que le Folk. Si "Vale" et "Easton Hope" laissaient entrevoir un côté BLIND GUARDIAN, notamment par le biais du chant un peu écorché de Sebastian Levermann et d’un arrangement des vocaux enclin à l’utilisation d’épaisses couches de chœurs pour donner une dimension épique à ses fresques guerrières baignant dans l’univers de la piraterie, plus proche néanmoins d’un ALESTORM que d’un RUNNING WILD, toujours la référence dans l’utilisation de cette imagerie, le discours marque une inflexion indiscutable dans la ligne directrice de la formation germanique.

En 2012, l’heure de la consécration semblait arriver pour ORDEN OGAN et son label AFM avait mis les petits plats dans les grands : packaging superbe, cover magnifique signée Andreas Marschall (quel bonheur de goûter à nouveau au coup de pinceau si caractéristique du maître, responsable de tableaux intemporels pour BLIND GUARDIAN ou encore GRAVE DIGGER), et mise à disposition de moyens conséquents afin de produire l’album dans les meilleures conditions possibles, avec entre autres l'allocation d’une douzaine de choristes. Doit-on s’attendre, comme BLIND GUARDIAN lorsqu’il a enregistré "A Night At The Opera", à un déferlement sonore ininterrompu tout au long des dix nouveaux titres proposés par ORDEN OGAN sur "To The End" ?

Il y a un peu de ça effectivement. Les claviers conjugués de Nils et de l’omnipotent Seeb occupent l’espace sonore comme jamais avec des tonalités entre symphonique et éthéré afin de coller au mieux à l’ambiance polaire recherchée par le groupe, à la fois à travers son visuel et les titres de ces morceaux ("The Ice Kings", "This World Of Ice"). Toutefois, aux dix titres originaux, il convient d’ajouter les deux bonus tracks, qui se hissent sans peine dans le haut du panier, notamment "The Battle Of Waterloo" dont le balancement du refrain devient vite incontrôlable pour les poings des poilus et les popotins des dames. Amateur de ces grandes fresques épiques, ORDEN OGAN a également choisi de revisiter l’une de ses premières occurrences dans le domaine, à savoir le "Angels War" de "Testimonium A.D.".

Le comparatif entre les deux titres permet d’ailleurs de mettre un doigt sur ce qui est à la fois réussi et gênant sur "To The End". Alors oui, au niveau sonore, le groupe ne pourra vraisemblablement pousser beaucoup plus loin et l’épaisseur du tout est sans commune mesure avec les précédents opus du combo. Toutefois, pour ceux qui s’attendaient à un successeur dans la lignée de "Easton Hope", il y aura de quoi rester sur sa faim, la part belle étant laissée au mid-tempo et aux arrangements. De plus le chant de Seeb se fait bien plus posé, à part sur les trois premiers titres, les plus vindicatifs, semblant lier cet opus et le précédent. Et autant la recherche marche à merveille sur ces titres, autant le choix de privilégier l’aspect Metal Symphonique est selon moi une erreur. S’il n’y perd pas sa personnalité, le groupe y perd en punch et en efficacité et ne s’en sort vraiment brillamment que sur "Take This Light" dont le piano plus épuré permet de respirer au milieu de cet océan compressé où les légères incartades Folk peinent à se faire de la place ("The Things We Believe In").

ORDEN OGAN donne l’impression d’avoir voulu donner un nouveau départ à sa carrière en redéfinissant ses marques de fabrique, avec entre autres l’actualisation de "Angels War" qui s’inclut parfaitement dans ce moule, et en tentant d’y allier le côté Heavy Metal offensif qui a fait vanter les mérites du groupes sur ses deux précédents opus. Donc sans être une déception, "To The End" laisse une drôle d’impression, d’autant plus qu’après un départ en trombe, la tension baisse progressivement après "The Ice Kings" avant de véritablement repartir sur le plus direct "Masks" dans la lignée du précédent opus et le final "The Battle Of Waterloo" qui domine l’album avec son refrain fédérateur. C’est d’ailleurs le seul morceau avec "The Things We Believe In" où les chœurs n’alourdissent pas trop l’ensemble (ils sont même particulièrement puissants sur ce dernier).

La limite entre puissance et lourdeur est parfois mince, et le groupe semble encore peu habitué à manier un arsenal sonore aussi important, même si sans doute les gars ont du beaucoup faire mumuse avec tout ce qu'ils avaient à leur disposition en studio. À l’image de son artwork et de sa thématique, ORDEN OGAN m’a un peu refroidi avec cette cuvée 2012, qui promet beaucoup avec sa somptueuse intro et ses premiers titres, son artwork réussi et son gros son, mais la mixture retombant trop régulièrement, la bonne brioche devient vite un étouffe-chrétien.

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


ARIA
Through All Times (2014)
ARIA retrouve toute sa verve




SAXON
Sacrifice (2013)
Réglé comme une horloge

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez







 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Tobi (guitare)
- Nils (claviers, orchestration, chant)
- Sebastian ‘seeb ‘ Levermann (chant, guitare, claviers)
- Niels Löffler (basse)
- Dirk Meyer-berhorn (batterie)
- Fabian Reinke (piano sur 11)
- Roger Öjersson (solo sur 4)
- + Plein De Choristes


1. The Frozen Few
2. To The End
3. The Things We Believe In
4. Land Of The Dead
5. The Ice Kings
6. Till The Stars Cry Out
7. This World Of Ice
8. Dying Paradise
9. Mystic Symphony
10. Angels War
11. Take This Light
- Bonus Tracks
12. Masks
13. The Battle Of Waterloo



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod