Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Elvenking
 

 Site Officiel (173)
 Myspace (160)
 Chaîne Youtube (131)

ORDEN OGAN - Gunmen (2017)
Par JEFF KANJI le 29 Septembre 2017          Consultée 1206 fois

Alliser vous toise du regard… Sa monture n'a pas l'air plus commode… Méfiez-vous, car l'ordre d'Ogan a pris plus d'ampleur que vous ne le croyez (notamment dans sa mère patrie germanique) et sa prestation cataclysmique et habitée du Wacken 2016 restera dans les mémoires, si bien qu'elle est proposée en bonus de l'édition limitée de "Gunmen", le déjà sixième opus des Allemands.

Cette fois-ci ce sera le Far West ! Les Allemands d'ORDEN OGAN aiment changer de décor à chaque album, davantage pour ses thématiques qu'autre chose, même si du coup, le prétexte à faire évoluer sa dimension visuelle live est évidente. De l'aveu de Seeb Levermann son maître à penser, ce sera sans doute un peu plus confortable dans les tenues de scène d'ores et déjà prévues pour la tournée. Vaut mieux, car le groupe, rasséréné par ces prestations en première partie d'HAMMERFALL puis de POWERWOLF, est amené à tourner maintenant en tête d'affiche et avec sans doute la même intensité qu'après "Ravenhead".

Il faut trimer quand on pratique le Heavy allemand, car le secteur est bouché depuis de nombreuses années par des leaders qui refusent de baisser le pavillon, et l'accumulation de réussites alliée au touring sont essentiels pour espérer devenir LE groupe à ne pas louper. Et ORDEN OGAN a pour le moment bien bossé (même si j'émets toujours des réserves sur "To The End" qui a voulu trop en faire), devenant l'une des locomotives d'AFM avec lequel il signe l'album terminant son contrat discographique.

"Gunmen" en a dans le ventre c'est certain malgré quelques défauts. Le soin apporté aux mélodies est toujours présent, et il y a fort à parier que comme moi, un "Fields Of Sorrow", un "Finis Coronat Opus" ou un "Come With Me To The Other Side" vous restent dans le crâne des heures durant, confinant à l'obsession ; Seeb Levermann, dans sa quête d'efficacité, a réduit la luxuriance mélodique de ses refrains pour miser sur les effets de masse que les chœurs typiques qu'il a architecturés et l'épaisseur qu'une grosse production permettent.

Et ce qui est amusant, c'est qu'on sent aussi une volonté d'allier l'efficacité qui a fait mouche sur "Ravenhead" aux orchestrations plus poussées de "To The End". Et la dimension épique repose une nouvelle fois sur les claviers et les chœurs comme ce fut le cas sur l'opus de 2012. Si bien que si "Ravenhead" ressemblait à un fils spirituel de "Easton Hope" (en se permettant d'en égaler la qualité), ce "Gunmen" ressemble à une version plus aboutie de ce qu'aurait pu (dû) être "To The End". L'aspect Heavy fédérateur est conservé et il faut avouer que cela fonctionne du tonnerre sur la plupart des morceaux.

Si ORDEN OGAN a su imposer ses marques de fabrique album après album, j'observe tout de même que Seeb a tendance désormais à se laisser aller à une certaine facilité parfois en les exploitant un peu trop, comme sur "Gunman" qui finit un peu par nous faire vomir sa mélodie, donnée aux claviers, puis à la guitare, et accompagnée de façon différente à chaque fois, comme si un exercice de style avait été pratiqué ; j'y vois aussi une réminiscence de l'antique penchant Folk d'ORDEN OGAN. De même, l'efficacité du refrain de "Gunman" dans son ensemble ne peut masquer un "hook" faiblard - "I am the gunman". On peut faire ce reproche à différents endroits de l'album, même si la pièce qui referme l'opus vient nous démontrer que ce mode de fonctionnement peut aussi donner un gros poids à la dimension épique d'un titre ; le final de "Finis Coronat Opus" prend le temps de nous amener vers son thème final, avant de le répéter inlassablement, jusqu'à extinction des feux, mettant l'amateur de Metal Épique à genoux.

Toutefois, si la surprise et l'engouement sont moins intenses que pour "Ravenhead", je dois reconnaître que "Gunmen" a su me dévoiler ses charmes au fil des écoutes et le point d'équilibre entre les facettes Heavy/Power ("Vampire In Ghost Town", "Fields Of Sorrow"), et Symphonique ("Down Here", "Finis Coronat Opus") semble trouvé, même si je pense qu'ORDEN OGAN parviendra sans doute à le développer encore mieux à l'avenir comme "Ashen Rain" ou "Come With Me To The Other Side" le laissent entrevoir, la dernière se voyant auréolée d'une participation divine de la douce Liv Kristine qu'on est heureux de retrouver, après ses déboires de l'an passé.

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


PRIMAL FEAR
Delivering The Black (2014)
Après 16 longues années




SATAN JOKERS
Addictions (2011)
Le coup de maître !


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Tobin Kersting (guitare)
- Seeb Levermann (chant, guitare, claviers)
- Niels Löffler (basse)
- Dirk Meyer-berhorn (batterie)
- --
- Liv Kristine (chant sur 5)
- Fabian Marmor (chœurs)
- Julian Jönck (chœurs)
- Carl Delius (chœurs)
- Fabian Mester (chœurs)
- Eva Leye (chœurs)
- Max Gockel (chœurs)
- Klaus Dirks (chœurs)
- Artur Rosiński (chœurs)
- Kaplic (chœurs)
- Patrick Rogalski (chœurs)
- Nils (chœurs)
- Andreas Müller (chœurs)
- Heiko Heseler (chœurs)


1. Gunman
2. Fields Of Sorrow
3. Forlorn And Forsaken
4. Vampire In Ghost Town
5. Come With Me To The Other Side
6. The Face Of Silence
7. Ashen Rain
8. Down Here (wanted Dead Or Alive)
9. One Last Chance
10. Finis Coronat Opus



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod