Recherche avancée       Liste groupes



      
POST GRUNGE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Sully Erna

GODSMACK - 1000 Hp (2014)
Par CANARD WC le 20 Novembre 2014          Consultée 2048 fois

Donc voilà, fallait bien que ça arrive : premier album de merde pour GODSMACK.

Enfin, de merde… Disons, franchement raté et sans intérêt. Y a bien tous les ingrédients nécessaires à leur Post Grunge, c’est bien le « son » GODSMACK et Sully Erna chante toujours pareil avec sa voix « hetfieldienne » si caractéristique mais… Les compos ne décollent jamais (un comble vu le titre de l’album), tout est plat, sans relief et on s’ennuie passablement.

Voilà. La messe est dite, on va attendre le prochain album pour mesurer l’ampleur des dégâts : accident de parcours ou crise profonde. Qui vivra, verra. J’ai ma petite idée sur la question.

En attendant qu’est-ce que je vais bien pouvoir vous raconter ?

Que ça commence comme du MANOWAR avec le gras ronronnement d’un moteur, que ça a beau faire son gros dur, ce Post Grunge n’a pas les coucougnettes qu’il prétend. Même riff saccadé, puis le refrain à la colère contenue. Ça va, on connait, ils nous ont déjà fait mille fois le coup par le passé en passant par toutes les variations possibles. Titre suivant : "FML", pas mieux. Petit arpège acoustique qui accouche d’un mid tempo bien Heavy, c’est lancinant, pas mélodique – même pas mélodieux – et on s’emmerde tout pareil. Sauf qu’en plus le refrain est pénible ce coup-ci.

Et ainsi de suite, ainsi va la vie car tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se brise, bla bla bla.

Vu que GODSMACK a du savoir-faire, même sans travail ni inspiration, il y a bien quelques titres qui surnagent, de petits soubresauts qui nous permettront de ne pas complètement perdre le fil de l’album comme "Something Different" (presqu’un bon single), nerveux ce qu’il faut et accrocheur. Citons aussi le chouette passage éthéré sur "Generation Day" (vers 3’30 : oui j’ai vraiment écouté l’album) avec un bel arpège acoustique, quelques effets et le final qui reboucle bien : pas mal. Mais surtout "Nothing Comes Easy" : vénéneux et puissant. Histoire de chipolata, je dirais bien qu’il y a une minute en trop, mais à mon sens le meilleur titre de l’album avec ses belles lignes de chant sinueuses.

Pour le reste, circulez, y a presque plus rien à voir. GODSMACK a bidouillé en studio un album avec trois bouts de ficelle, aucune idée ni de riff qui tue dans sa besace. Alors le résultat est donc globalement chiant. Et c’est triste, ami lecteur même si tu t’en fous je sais bien, parce que ce « petit » groupe était justement en passe de devenir majeur, qu’il avait réussi à se constituer since 1998 une bonne discographie, sans fausse note ni faux col. GODSMACK avait émergé à la fin des années 90 en plein temps de crise pour le Metal et s’était maintenu la tête hors de l’eau, proposant une musique à la fois « originale » (si tant est qu’on considère le Post Grunge comme tel) et moderne. Bref, six albums « réussis », c’était assez exceptionnel, je commençais à citer ce groupe autour de moi, de plus en plus régulièrement. Et à cause de cet album moisi, je vais être obligé de sortir GODSMACK de mon top 5 des groupes de moins de 20 ans d’âge ayant réussi plus de cinq albums (AVENGED SEVENFOLD les précède).

Encore quelques années et MASTODON sera le seul en lice dans cette catégorie.

Je viens de dépasser ma page Word, mais je décide d’en remettre une couche.

Quand un groupe faiblit, je cherche pourquoi. Et plus j’aime le groupe en question, moins j’arrive à me raisonner, à me dire que ce n’est juste un faux pas. J’ai tendance à dramatiser, à chercher LA raison, alors que parfois il n’y en a pas. Sauf que là, il y a un truc qui me fait tiquer : Sully Erna. Monsieur GODSMACK a sans doute vidé de sa substance ce nouvel album en ayant au préalable voulu faire son petit album solo (pas terrible au passage), tout seul dans son coin. Et je suis intimement convaincu que les side-projects affaiblissent les groupes originaux dont ils proviennent. JUDAS PRIEST aurait dû se mettre d’accord avec Rob pour mettre toutes les compos dans le même panier, tout comme Brousse et MAIDEN. Quand on arrive à un âge vénérable – surtout à ce moment-là - il faut ne surtout pas diluer un talent qui s’amenuise. Donc quand le frontman a des envies d’albums solo, le groupe doit le contenir, doit tenter de le garder dans son giron. Si je reboucle mon propos avec GODSMACK et Sully Erna, il me semble évident qu’en prenant ses meilleures idées à lui, en ajoutant les trois bons titres de cet album et en bossant davantage, nous aurions pu avoir un sixième album consécutif qui tue. Ç’aurait été une prouesse que j’aurais aimé saluer.

Z’avez qu’à nous faire un Live sympa pour patienter (vu qu’on a déjà eu un Best Of).


"1000 HP" est donc un album bande-mou et c’est la faute à Sully Erna. Je ne parierai pas grand-chose en tout cas sur leur prochain méfait. « Homme de peu de foi » me direz-vous, non juste sceptique et déçu. Pourtant, ils le disaient eux même : « rien n’est facile » en ce bas monde. Va vraiment falloir mettre les bouchées doubles la prochaine fois.


Note : 2/5 (généreux)


Morceau préféré : "Nothing Comes Easy"
Bon single : "Something Different"
Intéressant : "Generation Day"
(pour le reste, on oublie)

A lire aussi en GRUNGE par CANARD WC :


PEARL JAM
Lightning Bolt (2013)
Envoûtant comme le chant des sirènes...




FOO FIGHTERS
Wasting Light (2011)
Quoi ? FOO FIGHTERS en sélection du site sur NIME ?


Marquez et partagez




 
   CANARD WC

 
  N/A



- Sully Erna (chant et guitare)
- Tony Rombola (guitare et chœurs)
- Robbie Merrill (basse)
- Shannon Larkin (batterie)


1. 1000hp
2. Fml
3. Something Different
4. What's Next?
5. Generation Day
6. Locked & Loaded
7. Livin' In The Gray
8. I Don't Belong
9. Nothing Comes Easy
10. Turning To Stone



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod