Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK/POST  |  STUDIO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 



TOMBS - Savage Gold (2014)
Par MEFISTO le 23 Juillet 2014          Consultée 1715 fois

Le secret le moins gardé de Brooklyn, USA, nous revient en cet été 2014 avec son troisième opus, "Savage Gold", un titre agréablement représentatif de ce que nous font bouffer les Américains. Leur œuvre est sauvage et vaut de l'or. De l'or noir.

TOMBS, depuis ses débuts, tangue dangereusement sur la frontière entre la plus opaque des musiques et... quelque chose d'autre. J'appelais cela du Sludge sur ses deux premiers albums en raison des ambiances pesantes et du rythme classique associé au Sludge. Si la formule sur "Path Of Totality" m'avait bien botté et mis de mauvaise humeur (ce qui est un gros point positif !), je sentais que le groupe se cherchait encore une identité. On comprenait à demi-mot que TOMBS voulait errer du côté des marais, mais en tenant la main à une goule, pas à une belle blonde ! Eh bien, sur "Savage Gold", les zicos s'envolent davantage en mélangeant savamment le Black et le Post-Hardcore, tout en ne reniant pas ses premiers amours en nous balançant des hymnes boueux d'une sourde violence. Le meilleur de tous les mondes, pardi !

La grosse force du combo est la qualité de ses grattes, tantôt épileptiques, tantôt trempées dans la mélasse, et les atmosphères très crues, très dures. Les initiés auront deviné, sans même connaître le pedigree de TOMBS, qu'il provient du pays de l'Oncle Sam. Ce son cliquant, ces riffs suintants et véloces, on s'approche du Black Shoegaze américain sans aucun doute. Mais heureusement pour les détracteurs de ce style, TOMBS appartient bel et bien à l'écurie Hardcore, ingrédient difficile à digérer dans ce stew bien noir, aux épices fortes et intimidantes. On est soufflé par ce mal-être, cette colère intrinsèque de la troupe menée par Mike Hill.

Ce qui me fout les jetons chez TOMBS, c'est comment le groupe réussit à matérialiser musicalement son... nom. On nage bel et bien dans des eaux mortuaires mes chers amis. Ça pue la tombe, l'urne funéraire et le nihilisme à plein pif. J'aime aussi cette très subtile touche épique, orientale, saupoudrée ici et là, qui rend le skeud encore plus universel et exportable dans toutes les oreilles. Déjà que la qualité du groove du quatuor devrait rendre la majorité du monde d'accord, la tapisserie en arrière-plan nous donne des raisons de plus de prendre notre pied.

"Savage Gold" arrache la peinture sur les murs, mais n'est pas dénué de longueurs ou de pièces, selon moi, très moyennes. OK, vous me direz qu'un "Deathtripper" nous permet de reprendre notre souffle après les quatre bêtes enragées du début, mais je considère que si on est scotché à l'univers des Américains avec ce carré d'as, je ne vois pas pourquoi on devrait se farcir une telle pause en pleine milieu d'album. "Severed Lies" a au moins le mérite d'ouvrir sur une clôture musclée, mais bon... Plus ça va et moins je suis patient avec ces pistes brisant des élans couillus ! Mais qu'est-ce qui marche pas chez moi...

Le côté sludgien des premiers skeuds m'avait plu, c'est là où j'avais embarqué à pieds joints sur le vaisseau des Américains. Mais je préfère cette cuvée 2014, car TOMBS se révèle à moi aujourd'hui comme un groupe capable de foutre des claques d'une puissance hallucinante. Des uppercuts comme "Edge Of Darkness" et le reste du podium, auquel on peut ajouter des pistes telles que "Legacy" et "Spiral", qui contribuent à balancer adéquatement l'album en seconde moitié. On a ainsi de quoi se remplir la panse du début à la fin, ce qui fait de "Savage Gold" une féroce sortie et un digne successeur à "Path Of Totality", qui brassait déjà pas mal.

Un futur grand de la scène Black américaine, qui a déjà mon absolu support et celui du Prince des Enfers.

Podium : (or) "Edge Of Darkness", (argent) "Thanatos", (bronze) le duo "Seance" et "Echoes".

A lire aussi en BLACK METAL par MEFISTO :


ENSLAVED
Axioma Ethica Odini (2010)
Conventum musical réussi pour le colosse norvégien




MAYHEM
Esoteric Warfare (2014)
S/t de caverne

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Mike Hill (guitare, chant)
- Ben Brand (basse)
- Garrett Bussanick (guitare)
- Andrew Hernandez Ii (batterie)


1. Thanatos
2. Portraits
3. Seance
4. Echoes
5. Deathtripper
6. Edge Of Darkness
7. Ashes
8. Legacy
9. Severed Lives
10. Spiral



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod