Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Atheist, Cynic, Death
- Style + Membre : Cannibal Corpse, Deicide, Terrorizer, Vile, Malevolent Creation

MONSTROSITY - Imperial Doom (1992)
Par DARK MORUE le 1er Juillet 2014          Consultée 1719 fois

S'il est un groupe qui a bien marqué son temps, mis tout le monde d'accord, mais dont plus personne a rien à secouer de nos jours, c'est bien MONSTROSITY. Une série d'albums ultra bien fichus et bien ancrés dans leur époque, une traversée des âges exemplaire compte tenu des problèmes de line-up, véritable modèle du genre, qui nous a quitté en 2007 avec un dernier album franchement moyen et plus trop de nouvelles depuis. Quelques apparitions par-ci par-là, mais rien de prévu en studio depuis... 7 ans, ce qui commence à faire un peu beaucoup je le reconnais. Même pas fichu de nous faire un bon gros split tonitruant, non, on disparaît dans l'ombre et on se fait oublier.
Et du coup, maintenant, là tout de suite, la plupart des gens se souviennent de MONSTROSITY comme "ah ouais, le premier groupe du chanteur de CANNIBAL CORPSE !". Alors que c'est quand même bien plus que ça, et qu'à l'époque ça avait une belle longueur d'avance sur CANNIBAL CORPSE purée...

Donc OUI, il y a Corpsegrinder ici. Faites vos groupies en chaleur. Même si on ne reconnaît pas trop trop sa voix, bien plus growlée et sale que dans son groupe actuel, son timbre reste caractéristique et plaira aux amateurs (dont je ne fais pas trop partie normalement, mais là le côté Old School fait carrément passer la pilule). Mais on peut tout de suite arrêter les comparaisons avec l'autre groupe dont j'ai déjà écrit le nom deux fois, on ne joue tout simplement pas dans la même catégorie.
Comment dire... Artwork de Dan Seagrave (pas son plus réussi par contre) et production au Morrisound. Tu les sens mes grosses années 90 là hein ? Les bons gros débuts du Death Metal qui bourrent et sonne pas en toc ? L'authenticité, la vraie ? Ben pas tant que ça au final car MONSTROSITY sonne résolument moderne et un peu en avance sur son temps. Parce que si ça latte la gueule comme au bon vieux temps, le tout reste très très technique, et pas crétin pour un sou. Enfin voilà, suffit de jeter un œil au line-up pour tomber à la renverse, car autour du batteur et vocaliste fondateurs, on a quand même rassemblé deux rescapés de MALEVOLENT CREATION ainsi qu'un guitariste de session en la personne de Jason Goble de CYNIC. Ouais rien que ça.

Bon, on est loin de la scène Tech-Death qui commence à débarquer en Floride (genre cette myriade de combos formés d'ex-membres de DEATH là vous voyez) vu qu'on reste dans le caverneux, mais quand même. Quelques passages ambiancés aux teintes stellaires tenteront de me contredire ("Vicious Mental Thirst") mais au final le tout reste frontal et on aligne les petites bombes de Death Metal puissant et fin. L'éponyme d'ouverture en met directement plein la gueule et on comprend : sur "Imperial Doom" on trouvera de tout et ces mecs sont autant à l'aise dans le gros riff néandertalien qui racle la tronche que dans les trémolos nocturnes et les riffs bien plus complexes qui sont de la partie assez régulièrement. Le tout renforcé par un son mastoc qu'on connaît tous et un batteur en béton armé même si manquant gravement de feeling.

Du coup, c'est bon on tient l'album parfait sommet discographique de la mort ? Ben un peu ouais. Pas grand chose à reprocher pour être franc. Tout ce qu'on pouvait espérer est là. Mangez vous les riffs lourds et sombres de "Final Cremation" et son passage cataclysmique avant le solo, on fait plus les malins là hein. Ou l'autre hymne "Definitive Inquisition" et sa rythmique plus Thrashy qui fonce dés le début et enfonce son refrain dans le crâne pour en faire le titre le plus immédiat de tous. Sauf que le soucis, c'est que tout ça reste stéréotypé à fond. Quand on pense "Death Metal de 1992", les notes aléatoires qui se jouent dans notre tête doivent ressembler à peu près à un morceau au pif de cet album. Alors certes, on a quand même les deux titres totalement cultes que sont l'ultime "Vicious Mental Thirst" et le brutal "Burden of Evil" pour rallier le monde à la cause, mais quand même. Si tout ça a remarquablement bien vieilli, on reste coincé dans le pur Death typique de son statut spatio-temporel. En très très travaillé, bien troussé, avec ses moments forts, rien en dessous et une plastique complètement satisfaisante.

Alors on va pas râler. Parce que MONSTROSITY ben ça tue, et que cet album est le plus culte (mais pas le meilleur pour moi, y'a "In Dark Purity"pour ça). Une référence n'ayant absolument pas vieilli comme d'autres mais ayant mis un moment avant d'obtenir le statut qu'elle a aujourd'hui, la faute à la frénésie de la scène, aux comparaisons inévitables tant le groupe rassemblait tous les ingrédients typés qui en devenaient des clichés (y comprit la signature chez Nuclear Blast) et à une attente trop forte compte tenu du line-up qui faisait espérer autre chose que "juste" le gros missile de Death Metal pur et puissant qu'il est au final.
Alors bon, autant rattraper le temps. Surtout que même en 2014, ça s'écoute tout seul. Et c'est tellement meilleur que ce que livrait CANNIBAL CORPSE en parallèle... Bon j'arrête de rager gratos d'accord.

Monstre : L'essence du Death Floridien dans sa version brute de fonderie mais raffinée, désormais un indispensable pour tous ceux qui s'intéressent à la scène de l'époque.

A lire aussi en DEATH METAL par DARK MORUE :


HOUR OF PENANCE
The Vile Conception (2008)
La puissance sauce pesto




GOREZONE
Brutalities Of Modern Domination (2009)
La brutalité moderne règne en maître


Marquez et partagez




 
   DARK MORUE

 
  N/A



- George 'corpsegrinder' Fischer (chant)
- Jon Rubin (guitare)
- Jason Gobel (guitare)
- Mark Van Erp (basse)
- Lee Harrison (batterie)


1. Imperial Doom
2. Definitive Inquisition
3. Ceremonial Void
4. Immense Malignancy
5. Vicious Mental Thirst
6. Burden Of Evil
7. Horror Infinity
8. Final Cremation
9. Darkest Dream



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod