Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Site Officiel (325)
 Myspace (235)
 Chaîne Youtube (334)

SORCERY [SWE] - Arrival At Six (2013)
Par DARK MORUE le 30 Avril 2013          Consultée 2959 fois

Parce que oui, SORCERY est sale, avec le bon gros son qui tronçonne façon débuts Sunlight, les pédales HM2 à fond les ballons et tout ce qu'il faut pour honorer son statut de fondateur dans un genre pratiqué très très proche de ce que pouvait proposer ENTOMBED, dans les sonorités, dans la rage, dans les riffs ultra catchy et même dans la voix d'ogre qui n'est pas sans rappeler LG Petrov. On sent bien que le groupe ne surfe pas sur la vague Revival en brandissant leurs idoles en mode copier/coller mais faisaient bien partie de la première division, avec donc à la clé un sacré lot de tubes et un côté bien rôdé de vieux briscards qui continuent de faire tourner leur passion.
Non, cette chronique n'a pas d'intro. Parce que le premier morceau de l'album n'en a pas non plus, à tel point qu'on se demande s'il manque pas un truc sur le CD jusqu'à ce qu'un pote nous dise que c'est pareil sur le sien. Remarquez, ça se rattrape.

Alors, SORCERY, ces bons vieux SORCERY, la toute première vague de Swedish Death, les débuts du son Sunlight, la base. Et surtout ce "Bloodchilling Tales", une des pierres angulaires du Death Metal Nordique début 90's, qui hélas n'est pas si bon que ça d'où son oubli relatif de nos jours...
Bref, tout ça pour dire quoi ? Qu'après 18 ans d'inactivité, ils sont revenus en 2009 avec la rage aux dents. Et paf, on publie des compils d'inédits et de démos, on ressort le premier album sous le nom de "Legacy Of Blood" agrémenté d'un EP et surtout d'une pochette totalement potable...
Et voilà qu'on atterrit bien évidemment chez Xtreem Music, LE label qui fait revivre les légendes du Metal Mort, et qu'en ce début 2013, "Arrival At Six" déboule. Et casse tout.

Du line-up d'origine, seuls restent Paul Johansson et Ola Malmström. C'est à dire au moins le minimum syndical pour garantir l'identité du groupe. Nouveau batteur, nouveau bassiste, et nouvel album, avec une pochette aussi superbe que foncièrement rigolote parce que non, je pige pas du tout où ils ont voulu en venir à jouer au petit train fantôme sur une musique qui se prête plutôt au concassage de morts-vivants. Et la musique, on peut s'y attendre, condense totalement tous les cannons du Death Old School à la suédoise. Sauf qu’auparavant, SORCERY galérait un poil à insuffler une véritable dynamique et l'énergie à leurs compos, on avait le son, on avait les riffs, mais on avait pas l'envie de tout casser. Maintenant, on s'éloigne un petit peu de tout ça pour jouer une musique un poil moins croustillante, et bigrement énervée, accrocheuse et capable d'accoucher de sacrés hymnes. On se rapproche un petit peu plus de ce que peuvent jouer BLOODBATH ou HAIL OF BULLETS, mais avec une grosse touche sonore qui fait qu'on reconnaît la patte du tellement célèbre Sunlight Studio...

Parce qu'on a un hymne d'office, le terrible "We Who Walk Among The Dead" avec un final scandé qui doit faire mal en live, suivi par un énorme obus marchant dans les traces de DISMEMBER ; énervé, corrosif et bardé de riffs parfaits, avec même un chant tirant sur les mêmes gimmicks que Matti Kärki. Rien à dire, les six premiers morceaux sont parfaits. Le Death Old School à la suédoise comme on veut l'entendre : accrocheur, mémorisable, violent, écrasant. Vous voulez un autre hymne à hurler sous la douche ? "United Satanic Alliance" est fait pour vous ! Vous cherchez de quoi vous déboîter la nuque à grands coups de masse ? Eh ben alors foncez sur "Warbringer", l'un des moments forts de l'album, et surtout l'énormissime "Master Of The Chains" qui défonce tout en tronçonnant là où ça fait mal en coups de butoirs rythmiques incessants (ce riff tellement simple mais tellement efficace...). Les trois derniers morceaux ne sont pas en reste, avec une "Matriculated Life" qui bute bien avec son trémolo super sympa et "Reborn Through Hate" qui thrashe bien plus qu'avant, mais ne changent pas la formule d'un iota par rapport aux morceaux précédents, et souffrent donc davantage de leur position dans la tracklist que d'éventuelles faiblesses de composition niveau intérêt. Ben ouais, on ne peut pas dire que SORCERY soit foncièrement original, mais c'est ça qu'est bon. C'est pas ce qu'on demande à un patron d'un genre, on veut juste qu'il nous resserve la même tambouille avec le sourire pour pouvoir tout gober et rebelote.

Bref, voilà donc encore un groupe qui va se faire copieusement chier dessus par tous ceux qui vomissent sur le Revival Death en hurlant à l'absence de personnalité. Mais n'importe qui de sensé n'en aurai rien à foutre. Ce qu'on veut entendre, quitte à écouter de la musique, c'est qu'elle soit bien et fasse son effet. Au diable l'innovation si la formule appliquée marche encore du feu de dieu. Même les pires gimmicks éculés (la fin de "Master Of The Chains" après son solo répond à absolument tous les clichés imaginables) nous prennent ici à la gorge et font inévitablement leur effet. Rien n'est à jeter, si vous aimez le Death Metal pur et dur, dans sa version originelle et Scandinave, sentant bon le cadavre congelé dans les fjörds et massacrant la tronche à toute forme de modernité à coups de Rangers crasseuses, alors vous adorerez "Arrival At Six".
Surtout au vu des énormes qualités de composition qui fait que pratiquement chaque morceau est taillé pour le live, pour être hurlé en chœur dans un stade, le poing levé et les cheveux emmêlés. Un album de grande qualité œuvrant dans le meilleur genre de Death au monde. Mais bon sang, que demander de plus que ça ?
Plus de 20 ans après son unique album culte mais bancal, un combo oublié fout la misère à tout le monde en sortant la quintessence de ce qu'on attend du Revival repompant ENTOMBED. Et PAF.

Tchou-tchou : vous aimez votre Death Metal joué à l'ancienne, au format tubesque, simple et sans prise de tête mais executé de main de maître par des vieux briscards qui savent ce qu'ils font ? Tant mieux, moi aussi. Foncez sur SORCERY.

A lire aussi en DEATH METAL par DARK MORUE :


AMORPHIS
Privilege Of Evil (1993)
Un peu différent de ce qu'ils font actuellement...




The CHASM
Deathcult For Eternity (1998)
Aaaaaah ben voilà !


Marquez et partagez




 
   DARK MORUE

 
   T-RAY

 
   (2 chroniques)



- Ola Malmström (chant)
- Paul Johansson (guitare)
- Mikael Carlsson (basse)
- John Falk (batterie)


1. We Who Walk Among The Dead
2. Created From Darkness And Rage
3. Master Of The Chains
4. United Satanic Alliance
5. Arrival At Six
6. Warbringer
7. Marulated Life
8. Beyond The Wall
9. Reborn Through Hate



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod