Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK MÉLO ÉPIQUE  |  STUDIO

Commentaires (3)
Questions / Réponses (1 / 2)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Khonsu
 

 Site Officiel (811)

KEEP OF KALESSIN - Kolossus (2008)
Par MEFISTO le 26 Septembre 2009          Consultée 4573 fois

La Norvège recèle de tant de groupes vedettes, de « méga groupes », qu'on oublie parfois que des combos moins prolifiques mais tout aussi doués sont issus de cette contrée nordique fascinante. Quatre albums en quinze ans n'est pas ce qu'on peut appeler être bourreau de travail, mais KEEP OF KALESSIN a une bonne réputation ; il ne fait pas attendre ses fans pour rien. "Kolossus", sorti l'an dernier, est leur meilleur album.

Ce qui prend à la gorge dès le départ est ce parfum héroïque, voire homérique, qui flotte dans l'arène. Sorte de péplum mélodique à la grandeur infinie, d'une pureté à laquelle nous préparait la pochette, et d'une profondeur inouïe. Vous serez sans doute surpris dès les premières écoutes de la « simplicité » de la production et de l'exécution malgré des compos captivantes. Ne vous attendez pas à un son cristallin comme de l'eau de roche ou à un orchestre fabuleux jetant de la poudre, KEEP OF KALESSIN n'a pas besoin d'artifices, il peut les créer naturellement avec brio. Et paraît-il qu'il enregistre en direct, sans bidouillage, alors c'est tout à son honneur de ne pas bruiter automatique ou prémâché !

La musique est ainsi à la hauteur de la narration pompeuse de l'opus. "Kolossus" est une suite logique, selon le leader Obsidian Claw, de leur excellent avant-dernier album, "Armada", duquel une armée X était sortie victorieuse. On retrouve ces soldats deux ans plus tard aux côtés d'un empereur herculéen, bataillant cette fois pour détruire les Dieux afin… de devenir eux-mêmes des Dieux et punir les traîtres vautrés dans leur cotonneux nuages. Intéressant, non ? Heu, bon…

Je parlais de profondeur plus haut ; ceux qui ont jeté une oreille sur "Armada" ont constaté que KEEP OF KALESSIN est un groupe capable de gratter comme personne (parfois à une vitesse supersonique) et que la guerre, il peut la représenter facilement entre quatre murs avec des instruments et des amplis. Or, si les conflits ne sont pas terminés et qu'un nouvel empereur s'apprête à guider son destin sur "Kolossus", le point d'orgue de ce nouveau chef-d'œuvre réside dans l'alternance des passages mélodiques, que ce soit en soli ou à la guitare sèche (écoutez le long pont sur "The Rising Sign" et vous tomberez des nues) et des mitraillages en règle.

Les Norvégiens ne sont pas des brutes sans subtilité, ils sont tout le contraire : ils arrivent à nous faire voyager tout en nous arrosant de baffes enflammées décochées par une batterie puissante, le chant tantôt growlé tantôt aérien de TheBon et les fantastiques ambiances composées par Obsidian Claw. Ils nous séduisent avec des cordes pincées et des vapeurs de clavier tout en nous rembarrant à coups de pied au cul gracieuseté d'un Black vengeur se pointant de temps en temps. Mais moins que sur "Armada", qui se voulait davantage belliqueux. Forte de son expérience, à l'épée ou aux commandes de son arsenal musical, la formation use de diplomatie pour forger la place qu'elle vise auprès des gouvernants célestes.

"Kolossus" est un enchaînement de tubes d'une longueur moyenne de près de 6 minutes dont on ne ressort pas indifférent, à moins d'être insensible à la beauté. Chaque titre peint un tableau distinct de cette quête de vengeance de l'empereur nouveau-né contre le ciel. Les moments de bonheur intense sont nombreux et permettent de solidifier, de buriner, tous les éléments, épiques, primaires et atmosphériques, fourrés dans la galette. Sans oublier les saveurs Thrash et Death disséminées ici et là, qui permettent à ce Black Mélo d'évoluer sans cesse dans de fabuleuses dimensions.

Outre la magistrale "The Rising Sign" et ses riffs glissants forts surprenants, "Against The Gods" et sa facture très Black Viking, "Warmonger" et son appel aux armes en forme de refrain et son solo de la mort, "A New Empire's Birth" et ses cordes arabisées et ses mélodies respirant le grand air, "Kolossus" et son jam introductif (quel morceau truffé de breaks, ouf, ça c'est du labyrinthe…), se détachent d'un lot déjà tissé serré.

Cet album, mes chers amis, est un Black Mélodique d'une qualité unique et mérite largement ses quatre étoiles pointant vers le haut. Pour ma part, il figure dans mon top cinq du genre. Tout comme l'empereur victorieux de "Kolossus", KEEP OF KALESSIN est un quatuor qui aspire au Panthéon, aux plus grands honneurs. Et cela même s'il est mortel.

A lire aussi en BLACK MELODIQUE par MEFISTO :


MISTUR
In Memoriam (2016)
En mémoire de WINDIR ?




DARK FORTRESS
Venereal Dawn (2014)
Inspirant revirement de situation !


Marquez et partagez






Par MEFISTO




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Thebon (chant)
- Obsidian Claw (guitare, clavier)
- Wizziac (basse)
- Vyl (batterie)


1. Origin
2. A New Empire's Birth
3. Against The Gods
4. The Rising Sign
5. Warmonger
6. Escape The Union
7. The Mark Of Power
8. Kolossus
9. Ascendant



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod