Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL SYMPHONIQUE  |  STUDIO

Commentaires (23)
Questions / Réponses (1 / 22)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : After Forever, Therion, Evanescence, Elis
- Membre : Maiden United, My Indigo
- Style + Membre : Delain
 

 Site Officiel De Within Temptation (757)
 Site Officiel Français (960)
 Myspace (252)
 Chaîne Youtube (338)

WITHIN TEMPTATION - The Heart Of Everything (2007)
Par METAL-O PHIL le 25 Avril 2007          Consultée 4482 fois

On ne peut pas reprocher à WITHIN TEMPTATION de ne pas évoluer ! L’atmosphère pesante du metal gothique feutré d’Enter appartient maintenant à un passé enterré.

Les sorties des hollandais sont relativement espacées : 3 ans entre Enter et Mother Earth, 4 pour The Silent Force et il nous a fallu nous impatienter (ou pas ...) encore 3 années pour que The Heart Of Everything voie le jour. Pendant ces périodes de latence, divers singles, EPs ou DVD live ont comblé le vide de sorties. Cet espacement peut s’expliquer par la recherche de nouvelles sonorités ou d’un nouvel esprit musical. Qu’on se le dise, WITHIN TEMPTATION ne refera plus un album aussi végétal que Mother Earth ! Dommage, pensent la plupart des aficionados de la première heure. En tout cas, c’est une prise de risque devant laquelle je m’incline. Pas d’Enter 2 ni de Father Earth, alors apprécions la rareté ! Heureusement pensent peut-être ceux à qui The Silent Force ne manquera pas.
De sorties en sorties, ce groupe dont nous fêtons le 10ème anniversaire rendait sa musique plus lisse et plus accessible. L’apogée de ce processus semblait atteinte avec The Silent Force. C’était sans compter sur The Heart Of Everything.

L'ALBUM :

L’évolution ici n’est pas aussi prononcée. L’album s’inscrit dans la continuité de son prédécesseur, c’est-à-dire dans un style Pop Metal contenant beaucoup d’orchestrations et où les guitares, très simples, ne sont là que pour créer une espèce de mur sonore. Cependant là où The Silent Force était homogène, cette nouvelle galette est plus variée et c’est sa plus importante qualité.

La rythmique de « The Howling », bande son du jeu vidéo The Chronicles of Spellborn, peut faire penser à « See Who I Am ».
« Our Solemn Hour » et son latin utilisé pour faire classe, un peu à la manière d’un médecin face au malade imaginaire, est un « Jillian » en plus direct (les chœurs sont les mêmes).
Ces deux titres sont éminemment plus accrocheurs donc plus réussis

Beaucoup ont dit que The Silent Force versait dans le neo metal. Suprême insulte pour un métalleux, à ranger avec les jurons classiques du genre, comme l’infâme « ça fait EVANESCENCE ». Or, si l’on peut y trouver des chansons plus grand public, il ne faut pas pour autant faire l’amalgame avec ce courant. Vous voulez du neo ? C’est par ici qu’il faut chercher ! « The Heart Of Everything », « Final Destination », les voilà les compos typiquement nu metal ! Sharon surprend en abandonnant sa voix de tête, elle chante même très grave. Ca choque à la première écoute. « Wow, elle a dû se faire mal à la gorge » ai-je pensé au départ (véridique ...). Ce petit côté méchant un peu surjoué risque d’en faire sourire plus d’un.
Le mélange avec l’orchestre symphonique est intéressant, les riffs bien accrocheurs et ... groovy (je ne croyais pas que j’allais utiliser cet adjectif pour une chronique de WITHIN ... comme quoi tout arrive). Bref, « Final Destination » passe. « The Heart Of Everything », sa copie carbone, est ratée, le refrain est parfaitement naze.

Parlons maintenant du single, ce fameux duo avec Keith Caputo (LIFE OF AGONY), j’ai nommé « What Have You Done ». Le terme de tube n’est pas galvaudé. Rien à dire, le « couple » est efficace. Dieu sait que The Silent Force était truffé de potentiels singles (il y en a d’ailleurs eu trois ...), mais rétrospectivement, aucun n’atteint ce « What Have You Done ». Un riff rock très simple, une efficace utilisation des orchestrations symphoniques pour rendre l’ensemble énergique ET mélodique, un bon dialogue entre Keith et Sharon, c’est un véritable tube à l’efficacité scientifiquement calculée. Le seul défaut réside dans la répétition poussive du « What Have You Done Now » rappé par Caputo.
Allez, petit scandale de métalleux pour la route : "What Have You Done" ressemble comme deux gouttes d’eau à « Leaving You From Me », duo enregistré entre Tarja Turunen (ex-NIGHTWISH) et Martin Kesici. Je précise que cette dernière chanson est antérieure d’un an à celle de WITHIN.
Il ne faut pas se leurrer c’est ce qu’on appelle une « chanson de substitution ». Lorsqu’on ne veut pas écouter l’une, on écoute l’autre. C’est la même, mais en différent. Après l’avoir achetée sur Emule, vous vous délecterez de l’admirable repompage (volontaire ou pas, je n’ai pas mené d’enquête) de la structure, des paroles jusqu’aux passages rappés en fond sonore. Enfin ne soyons pas de mauvaise foi. C’est vrai qu’au lieu de crier « What Have You Done », Martin Kesici chantait « What Have I Made », cela fait toute la différence ...
Je précise une seconde fois que je ne porte aucun jugement et que je ne fais que m’extasier devant l’étonnante similarité de ces deux chansons. Cela n’enlève pas à « What Have You Done » sa fraîcheur qui en fait un tube implacable. Désolé, quoiqu’on en dise, cette chanson reste foutrement accrocheuse.

« Hand Of Sorrow », plus originale, est la chanson la plus aboutie de l’album, et n’est pas sans rappeler « Blank Infinity » d’EPICA : même construction, mêmes rythmiques, même ambiance. Ca tombe bien, c’était également un excellent titre !
Le morceau articule à la merveille un couplet accrocheur avec un refrain intense en incluant au passage des moments plus doux, le tout enrobé d’une dimension épique. Le guitariste se fait même plaisir et exécute un solo ! Sharon, quant à elle, jongle entre sa voix pop dynamique et sa voix de tête digne d’une fée. Mention spéciale au pré-solo où, sur fond de claviers et de violons, la chanteuse émeut en atteignant des notes tellement lointaines. Ce morceau peut faire penser aux précédents albums. Cela dit, il lui manque peut-être une petite pointe de magie et finira par lasser.

Le cas de « The Truth Beneath The Rose » est un peu différent. Elle aussi rappelle The Silent Force et surtout Mother Earth. Mais à part son intro bien classe qui fait BOUM BOUM BOUM (et moi j’aime bien les BOUM BOUM BOUM), le morceau est vide et fait penser à l’emmerdant « Forsaken ».

« The Cross » est ... bizarre. Son piano introductif qui sonne très hip hop, Sharon qui fait du R’n B au départ, les plus réfractaires à cette scène musicale vont fuir cette chanson comme la peste. On a au final une compo classique de métal à chanteuse. Le fait que Sharon se prenne pour Shakira sur le refrain (écoutez-moi donc ce « My Deeeaaaaaarrrrrrr ») me rappelle quelques bons souvenirs. Ah, j’oubliais : c’est un mauvais morceau.

Un album varié donc, qui contient son lot de morceaux réussis. Pas des chefs d’œuvres, mais des tubes que l’on aura plaisir à écouter. « Forgiven », qui conclut l’album, est une bien belle ballade, dans le ton de « Our Farewell », même si l’on est loin d’atteindre le niveau de romantisme de cette dernière. La frontière entre le romantisme et la mièvre est bien fine et on penche un peu entre les deux ici.
Détail amusant, lors du pré-refrain, l’instant de quelques microsecondes on croit entendre le refrain de « Restless » (du premier album Enter), même mélodie, même intonation de voix. Bon, moins amusant, le reste du temps, on pense plutôt à « My Immortal » ... La débandade ...
Non, je plaisante cette fois. C’est une très belle ballade et Sharon y brille par sa voix de tête.

L’autre moitié de chansons sont ce qui rentre chez moi dans la classification des chansons inutiles. Pas forcément mauvaises (quoique). Mais surtout vides, vides de sens, vides de refrain. Rien n’est pire que l’indifférence. Nous avons des morceaux qui se veulent accrocheurs et qui ne le sont pas. Et « The Heart Of Everything », « The Truth Beneath The Rose », « Frozen » suscitent l’indifférence. C’est-à-dire que vous allez les aimer aléatoirement une fois sur deux. De temps en temps, il m’arrive de trouver un intérêt à l’intro de « The Truth », d’écouter « Frozen » pour me détendre, d’apprécier le riff de « The Heart Of Everything ». Le reste du temps, elles passent à la trappe et la durée de l’album tombe à 27 minutes.

Bref, si cet album contient de bons tubes (là-dessus, y a pas à chier), dans son ensemble il est moyen. La variété de The Heart Of Everything le place un petit cran au-dessus de The Silent Force. Mais trop de morceaux inutiles et quelques très bons morceaux mais qui ne résisteront pas au temps ...

L'EVOLUTION DE WITHIN TEMPTATION :

WITHIN TEMPTATION évolue, c’est indéniable. Evoluer est la prise de risque par excellence. Le fait est que les hollandais vont de plus en plus vers des styles appréciés du grand public. Une prise de risque contrebalancée par une simplicité musicale plaisante. Mine de rien, sur l’ensemble de leur carrière, ils ont couvert une large palette de fans, dont les goûts sont probablement antagonistes. Ce ne sont probablement pas les mêmes personnes que celles qui étaient là dès la première heure, amateurs de doom et de musique gothique. Pour preuve, je ne ressens absolument pas les mêmes émotions à l’écoute d’Enter et de The Heart. Moins poétique, plus accrocheur.

Le vrai débat est là. Alors, évolution ou démarche mercantile ? Opération de conquête mûrement réfléchie ou inspiration nouvelle ? A en croire les interviews, les membres sont restés finalement assez humbles. Voire naïfs : comment peut-on oser dire que « What Have You Done » est un morceau complexe (cf Rock Hard de février) ?!

A en écouter l’album, qu’on aime ou pas, il est incontestable que le groupe a voulu se faire plaisir. Il est incontestable que ça transpire l’honnêteté. Ils auraient voulu reconquérir le public de la première heure qu’ils en auraient été incapables. C'est ça leur créneau désormais et c’est donc un adieu définitif aux fans des débuts.

Le verdict est là. WITHIN TEMPTATION fait aujourd’hui une musique très moyenne, moins travaillée, qui fait moins vibrer. Mais le groupe assume son évolution et son nouveau style : c’est bien de la musique et non du fric.

A lire aussi en METAL SYMPHONIQUE :


EVIL MASQUERADE
Welcome To The Show (2004)
Heavy néo-classique E-N-O-R-M-E !!!




EPICA
The Holographic Principle (2016)
Peut-on encore parler de confirmation ?


Marquez et partagez



Par VOLTHORD




 
   VOLTHORD

 
   METAL-O PHIL

 
   (2 chroniques)



- Sharon Del Aden (chant)
- Robert Westerholt (guitare)
- Jeroen Van Veen (basse)
- Martinus Johannes... (clavier)
- Rudolf Adrianus Jolie (guitare)
- Stephen Van Haestregt (batterie)


1. The Howling
2. What Have You Done
3. Frozen
4. The Heart Of Everything
5. All I Need
6. Our Solemn Hour
7. Hand Of Sorrow
8. The Cross
9. Final Destination
10. Forgiven
11. The Truth Beneath The Rose



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod