Recherche avancée       Liste groupes



      
TECHNO-THRASH  |  STUDIO

Commentaires (18)
Questions / Réponses (1 / 13)
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


1987 1 R.I.P
1988 1 Punishment For Decadence
1989 2 No More Color
1991 2 Mental Vortex
1993 4 Grin
1995 Coroner
 

- Style : Sadus
- Membre : Tar Pond

CORONER - Grin (1993)
Par POSITRON le 16 Septembre 2020          Consultée 447 fois

Il est toujours intéressant d'observer comment les opinions peuvent changer en fonction du temps et de l'espace et je ne suis nullement surpris d'observer que la plus récente des chroniques de "Grin" fête ses dix ans. En effet, il est aujourd'hui communément admis entre gens de bonne compagnie que CORONER a signé son pire album (*) en s'essayant au Groove Metal comme bien d'autres groupes de l'époque.

Alors évidemment CORONER c'est la classe, la lucidité, l'intelligence et cela leur permet de s'en sortir avec honneur. Il n'y a pas chez "Grin" ce sentiment de gêne intense qu'on peut ressentir à l'écoute de "Dissident Alliance", "Humanize Human" ou "Promise", pour ne pas vous distraire avec des choix plus controversés. Non, même dans les passages les plus bancals, on sent qu'il y a encore un cerveau aux commandes.

Alors forcément je dois vous irriter avec cette mention du Groove Metal dans un album classé sur le site en Thrash Technique (**). Hélas votre colère ne changera rien à la disparition presque totale du Thrash sur ce disque, remplacé par quelque chose qu'on voudrait à tort appeler Indus parce que c'est mécanique, psychédélique parce que c'est répétitif, et Avant-Garde parce que ça n'est pas très commun. Je pourrais appeler ça du Groove/Prog pour le plaisir de vous titiller mais ça ne me satisfait pas non plus.

Comme s'il désassemblait PRONG pour en reconstruire à l'envers une version malade, CORONER tente de développer une atmosphère de malaise en posant dans sa production froide et clinique des grooves mécaniques sous des leads et des effets qu'on qualifiera d'atmosphériques pour éviter d'avoir à trouver un réel adjectif. Et si l'ennui n'est jamais très loin je pense que c'est d'avoir réellement réfléchi à un projet plutôt que "gggnnnn moi pantera moi chugggg" (globalement le discours de tous les autres albums Groove par des groupes de Thrash) qui permet au disque de rester intéressant même dans ses erreurs.

Évidemment même si son idée de départ est déjà très critiquable la plus grande erreur de "Grin" est de vouloir proposer des pistes deux fois plus longues que sur "No More Color" avec plutôt moins de matériel. Le groupe souhaiterait sûrement justifier ces longueurs par une volonté de nous hypnotiser par la répétition, un projet louable mais très délicat à réaliser correctement. J'ignore tout de vos inclinations naturelles à la transe mais je suis bien obligé d'en constater l'échec chez moi.

À ce stade de méchanceté vous pourrez vous demander pourquoi ne pas s'abîmer dans les délices de la cruauté et retirer plus d'étoiles avec la vilenie qui me caractérise. J'y ai bien réfléchi et j'ai choisi de ne pas le faire pour la raison suivante : malgré toutes mes critiques, "Grin" est bien un album où il y a quelque chose. Je n'ai pas cru bon de prendre le temps de souligner ses qualités tant il y a déjà quatre chroniques encensant le disque. Si les écoutes nécessaires à ce texte ont assez vite fini par m'en lasser, il me semble qu'avec le temps le désir de retrouver même pour une poignée de pistes ce quelque chose me reviendra, et la simple existence de cette aspiration me semble assez peu compatible avec une note de deux étoiles.

Et puis quand même, c'est CORONER, quoi. Un peu de tenue.

_ _ _

(*) Oui, oui, moins bon que "Punishment For Decadence" curieusement sous-estimé sur ce site.
(**) Pardon "Techno-Thrash", l'occasion de pisser sur la Techno qui fait boom boom pour montrer qu'on a bien tout compris à la musique comme si la Techno n'avait pas fait bien mieux que cet album.

A lire aussi en THRASH METAL :


SODOM
'til Death Do Us Unite (1997)
Thrash-punk




IRON REAGAN
Worse Than Dead (2013)
On s'éclate à l'ancienne !


Marquez et partagez




 
   CANARD WC

 
   DEADCOM
   ERWIN
   POSITRON
   POSSOPO

 
   (5 chroniques)



- Marquis Marky (batterie, spoken word)
- Ron Royce (basse, chant)
- Tommy T. Baron (guitare, clavier)
- -----
- Kent Smith (claviers additionnels)
- Tim Chatfield (didgeridoo)
- Roger Dupont (intro, programmation sur 2)
- Paul Degoyler (chant additionnel sur 9)
- Bettina Klöti (chant additionnel sur 10)


1. Dream Path
2. The Lethargic Age
3. Internal Conflict
4. Caveat (to The Comming)
5. Serpent Moves
6. Status : Still Thinking
7. Theme For Silence
8. Paralized, Mesmerized
9. Grin (nails Hurt)
10. Host



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod