Recherche avancée       Liste groupes



      
TECHNO-THRASH  |  STUDIO

Commentaires (14)
Questions / Réponses (1 / 13)
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


1987 1 R.I.P
1988 1 Punishment For Decadence
1989 2 No More Color
1991 2 Mental Vortex
1993 3 Grin
1995 Coroner
 

- Style : Sadus

CORONER - Grin (1993)
Par DEADCOM le 30 Août 2009          Consultée 1281 fois

Dernière rotation du triangle.
Ultime côté de cet objet géométrique qui nous éblouit et nous enivre de son essence des plus précieuses. Ici et maintenant, CORONER frappe très, très fort !

Les Suisses élaborent à leur guise leur musique. Ils ont enfin les pleins pouvoirs et s’expriment sans contrainte en donnant libre cours à une inspiration située entre la glace et le feu. Homogènes et suivant une ligne directrice stricte, les titres passent sous différents aspects : le vital ("Dream Path"), le pervers ("Internal Conflicts"), le sinueux ("Serpent Moves"), l'inquiétant ("Lethargic Age"). Le bain de vapeur de "Host" clôt cet ultime chapitre, qui sera aussi marqué par la force et l'acoustique d'une peau frappée à l'infini ("Grin"). Les doigts du soliste suivent et se détachent du rythme pour embellir le tout de leur magie. Arpèges sournois, soli cristallins couplés aux riffs charnus, "Grin" est plus monumental que ce prédécesseur.

"Grin" c'est aussi l'horizon, le lointain, l'insondable cosmos d'un artiste unique en son genre. Etonnamment moderne pour l'époque, l’emprise des 90’s n'est plus. L'hypnose est à son comble. La saturation est divine, les percussions exquises, les mélodies… sublimes. Le son est froid, très froid, aussi glacial que l'espace et son immensité. Le concept est là. Glauque, l'ambiance est travaillée dans les moindres détails. C'est clair et limpide comme du cristal qui tinte à chaque instant. Ca ronronne, ça gronde, ça frémit, ça bouillonne, en un mot : ça explose. Nous sommes imprégnés et retenus prisonniers de cette litanie perverse.

La voix a un timbre étrange ; agressif, torturé voir mortuaire. L'orateur est un fantôme qui nous conte de bien obscures histoires. La rondeur des basses caresse du bout des doigts notre sensibilité et décuple une chaleur inespérée. La caisse résonne de toute sa clarté et donne le tempo. A ce moment précis, notre esprit devient un esclave de cette romance fantomatique venue de nulle part.

Voici le chef-d'œuvre de toute une carrière.
R.I.P.

A lire aussi en THRASH METAL par DEADCOM :


DEMOLITION HAMMER
Epidemic Of Violence (1992)
De la démolition pure et dure !




CORONER
Coroner (1995)
Un cœur s'est arrêté de battre...


Marquez et partagez




 
   CANARD WC

 
   DEADCOM
   ERWIN
   POSSOPO

 
   (4 chroniques)



- Marquis Marky (batterie, spoken word)
- Ron Royce (basse, chant)
- Tommy T. Baron (guitare, clavier)
- -----
- Kent Smith (claviers additionnels)
- Tim Chatfield (didgeridoo)
- Roger Dupont (intro, programmation sur 2)
- Paul Degoyler (chant additionnel sur 9)
- Bettina Klöti (chant additionnel sur 10)


1. Dream Path
2. The Lethargic Age
3. Internal Conflict
4. Caveat (to The Comming)
5. Serpent Moves
6. Status : Still Thinking
7. Theme For Silence
8. Paralized, Mesmerized
9. Grin (nails Hurt)
10. Host



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod