Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL OLD SCHOOL  |  STUDIO

Commentaires (4)
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Fueled By Fire, Metallica, Slayer, Lazarus A.d
 

 Site Officiel Du Groupe (1157)
 Myspace Officiel Du Groupe (744)

EVILE - Five Serpent's Teeth (2011)
Par FENRYL le 31 Octobre 2011          Consultée 3083 fois

"Quand on se casse la gueule en vélo, on sert les dents et on se remet de suite dessus..."

L'histoire de EVILE était plutôt honnête depuis leur percée sur le label EARACHE. Un premier effort Thrash old school en pleine vague "revival" avant le ratage presque complet de sa suite ("Infected Nations" en 2009). Un petit sentiment d'espoir ou d'un "je-ne-sais-quoi" qui donnait à ce combo anglais un côté attendrissant qui m'a fait les suivre depuis 2007 (bon, il faut avouer que le groupe fait partie de mes premières découvertes en arrivant sur le site, donc nostalgie toussa, hein...).

Pourtant, c'est bien un drame qui a frappé le groupe à la suite de la parution de ce second opus : la mort tragique, à 32 ans, sur scène au cours d'une tournée scandinave en compagnie d'AMON AMARTH, du bassiste Mike Alexander. Pour un combo trop souvent comparé à METALLICA, on ne pouvait que voir ici un parallèle avec la tragédie qui a frappé Cliff Burton...

Malheureusement, une fois encore, cette comparaison avec l'histoire des Four Horsemen s'arrêtera bien sur cet événement. Car si leurs illustres aînés ont su renaître de leurs cendres (durant un temps, Cliff devant encore parfois se retourner dans sa tombe à l'écoute de quelques albums !), force est de constater que EVILE n'arrive pas à décoller véritablement.

3e effort, tout à l'honneur une fois encore de EARACHE qui ne lâche pas ses poulains, qui une fois encore ne déroge pas à la règle : en bons fans du Thrash "made in Bay Area", EVILE ne fait pas évoluer la sauce. Toujours des gros morceaux de SLAYER, mais une proportion de METALLICA qui ne cesse de croître (était-ce encore possible ?).
C'est bien simple : le mimétisme de la voix de Matt est saisissant ! Si certains avaient entendu James Hetfield sur le "The Crusade" de TRIVIUM par exemple (pas moi fondamentalement) et bien ici, ceux-là seront servis/consternés (rayez la mention inutile) ! Son chant est calqué sur le frontman. Une superbe référence certes, mais un poil de cul d'originalité n'aurait fait de mal à personne, surtout pas au groupe !

Côté guitare, Ol, le frangin, continue d'envoyer la sauce et du bois : des soli de cinglé bien plaisants ("Descent Into Madness", "Five Serpent's Teeth" mais surtout mon chouchou sur "Xaraya"). Rien à redire : toujours aussi technique mais avec de plus en plus de feeling. On est plus que jamais dans le revival Thrash d'une grande époque révolue.
La section rythmique n'est pas prise en défaut de son côté même s'il faut bien avouer que les plans de batterie sont relativement classiques, pour ne pas écrire "quelconques", avec une basse bien discrète.
Petite nouveauté : on a le droit à une ballade qui vous fera penser inévitablement à un "The Unforgiven", en hommage à Mike. Touchant, et pas trop mal troussé que ce "In Memoriam" de circonstance. Mais trop guimauve sur le long terme...

"Five Serpent's Teeth" est un album sérieux mais beaucoup trop homogène et compact. Lorsque l'on multiplie les écoutes, c'est un sentiment de redondance qui plane très vite.
Certes, l'intro en fade qui ouvre le title track est sympa, l'énergie du titre est visible et communicative, mais le défaut d'originalité est criant et rédhibitoire à la longue.
SLAYER (ah, le solo de "In Dreams Of Terror" !), METALLICA, ANNIHILATOR, EXODUS... Autant de nom que vous allez citer car le seul jeu qui vous vient à l'esprit est le dérangeant "celle-ci, elle sonne trop comme …." (complétez l'espace laissé libre). Un sentiment des plus déplaisants quand on veut se faire un nom, du moins une petite place au soleil du Thrash.

La hargne semble au rendez-vous mais ne suffit pas à faire quitter à ce "Five Serpent's Teeth" l'étagère des "trop classiques, trop influencés"...
Rassurant après les errances du passé mais pas fondamentalement encourageant pour la suite de l'aventure...

Note réelle : 2,5/5.

A lire aussi en THRASH METAL par FENRYL :


HATCHET
Fear Beyond Lunacy (2015)
Bon pour la tête...




SODOM
Bombenhagel (2021)
Remise aux goûts du jour à 4 d'un titre culte...


Marquez et partagez




 
   FENRYL

 
  N/A



- Matt Drake (chant, guitare)
- Ol Drake (guitare)
- Joel Graham (basse)
- Ben Carter (batterie)


1. Five Serpent's Teeth
2. In Dreams Of Terror
3. Cult
4. Eternal Empire
5. Xaraya
6. Origin Of Oblivion
7. Centurion
8. In Memoriam
9. Descent Iito Madness
10. Long Live New Flesh



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod