Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Spiral Architect
- Membre : James Labrie
 

 Myspace (431)

ZERO HOUR - Dark Deceiver (2008)
Par FREDOUILLE le 3 Mars 2011          Consultée 2319 fois

C'est bien simple, en matière de Metal Progressif, ZERO HOUR est le groupe atypique par excellence ! Une musique hors norme à faire passer DREAM THEATER ou CANVAS SOLARIS pour des lilliputiens.
D'une complexité tout à fait impressionnante, d'une technicité absolument vertigineuse avec des avalanches de soli qui surgissent de partout et dans tous les sens (basse, batterie et guitare inclues), le Metal Progressif puissant, clinique et complètement assommant de ZERO HOUR est marqué au fer rouge par des riffs syncopés, des breaks et contre temps à n'en plus finir et par des rythmiques de mammouth tout à fait ahurissantes (je peux vous dire que derrière les fûts ça chôme pas vraiment non plus !). Bref, une marque de fabrique reconnaissable entre mille.

Si pour certains, la musique de ZERO HOUR peut paraitre géniale, pour d'autres elle peut tout simplement se résumer à un défilé de notes sans queue ni tête et/ou à des plans complètement incohérents qui à force peuvent réellement fatiguer. Ce que je peux d'ailleurs comprendre. En gros, on aime ou on n'aime pas. Encore un fois et je le répète, la musique de ZERO HOUR est difficilement accessible et bien loin des normes ou standards habituels que l'on peut retrouver dans le style dans lequel le groupe officie.

Pas toujours très mélodique, il faut bien le reconnaître, malgré un "A Fragile Mind" (2005) plutôt correct de ce coté là, ZERO HOUR possède par ailleurs et depuis l'album précédent, "Specs Of Pictures Burnt Beyond", un chanteur à la voix très puissante et très haut perchée en la personne de Chris Salinas (Ex-POWER OF OMENS). Une voix qui là aussi peut complètement rebuter les néophytes du genre et notamment sur les passages les plus virulents. Heureusement, le bonhomme est capable de moduler rapidement son chant. Il peut par exemple passer de quelques screamings à des tonalités beaucoup plus graves ("The Power To Believe", "Dark Deceiver", "Resurrection") en un rien de temps et est même capable d'officier dans un registre proche de celui d'un Geoff Tate (QUEENSRYCHE) sur les passages musicaux les plus calmes du groupe ("Inner Spirit").

Si ZERO HOUR avait un tantinet aéré sa musique sur l'album précédent, et bien il fait un net retour en arrière sur "Dark Deceiver". A l'image de la pochette, plutôt sombre et "violente" pour les yeux, le groupe californien a décidé de noircir et durcir le ton et bien profond. Que ce soit d'ailleurs avec le monstrueux "Lies" et son break pour le moins surprenant ou avec l'instrumental "Severed Angel", son intro plutôt malsaine et ses rythmiques de folie (- pour le coup on croirait presque à des tirs de mitraillette ! -).
Mais c'est bien "The Power To Believe" le titre d'ouverture qui illustre le mieux ce durcissement de ton. Si le début passe encore avec des riffs qui pourraient très bien être joués par DREAM THEATER, ZERO HOUR toujours aussi technique et complexe (bonjour les soli de basse, guitares de folie et breaks d'extraterrestres !) passe ensuite la vitesse supérieure : accélérations rythmiques hallucinantes, choeurs carrément stupéfiants et pachydermiques, chant grave d'un Chris Salinas presque inquiétant et malsain dans ses intonations, font de ce morceau un titre noir et d'une violence inouïe. Jamais ZERO HOUR n'avait été aussi inquiétant, tranchant, virulent et...écrasant jusque là.

"Dark Deceiver" qui suit cultive d'ailleurs cette sensation. Avec des riffs toujours aussi mastodontes voire carrément Thrash sur les bords et des rythmiques à couper le souffle, ZERO HOUR ne nous laisse encore une fois guère de répit malgré quelques mini passages atmosphériques.
Heureusement, le groupe américain nous offre par la suite un florilège de ce qu'il peut nous offrir de mieux et de plus varié avec "Inner Spirit" et ses quelques 12 minutes. 12 minutes qui nous font passer par différentes étapes. Un départ une nouvelle fois brutal et d'une complexité toujours aussi frappante mais qui laisse bientôt place à quatre minutes d'accalmie mélodique, sur lesquelles Chris Salinas montre là, toute sa polyvalence au chant (comme déjà dit, Geoff Tate n'est pas loin). Un très beau passage qui vous rappellera sans aucun doute un QUEENSRYCHE voire un FATES WARNING, avant que les choses sérieuses ne reprennent leurs cours avec un passage à la basse particulièrement jouissif puis un passage purement "DREAM THEATERien". Même Chris Salinas prend pour le coup des intonations à la James Labrie.

On pourra citer dans le même ordre d'esprit le morceau "The Temple Within" légèrement nuancé, qui entre quelques nouveaux coups de boutoirs, nous offre là aussi quelques moments plus calmes avec un Chris Salinas décidément très à l'aise dans ce registre. Et mon dieu que cela fait du bien pour les oreilles et...la tête.

Car comme je vous l'ai déjà dit, il vaut mieux prévoir sa dose d'aspirine avant d'enquiller un album de ZERO HOUR ! Et encore plus à l'écoute de "Dark Deceiver", véritable mur sonore épaisseur triple couche. De toute évidence, la violence musicale de ce disque, sa noirceur, sa complexité ou encore son univers torturé, presque étouffant, ne vous laissera pas indemne.
Si un groupe comme MESHUGGAH (dans un autre genre) vous cassait déjà la tête, vous n'avez encore rien vu. Ecoutez donc "Dark Deceiver" pour voir !


Disque à consommer en tout cas avec modération.


Note réelle : 3.5/5 (arrondie à 3/5 car mine de rien le groupe californien commence quand même et sérieusement à tourner en rond).

Instrumental démonstratif où le bassiste fait son show : "Tendonitis"
Morceau le plus varié : "Inner Spirit"
Morceau le plus noir et le plus violent : "The Power To Believe"

A lire aussi en METAL PROG par FREDOUILLE :


ELVARON
The Buried Crown (2005)
Pièce de metal progressif somptueuse et unique!




SUPERSCREAM
Some Strange Heavy Sound (2011)
Un album pas tout à fait comme les autres !


Marquez et partagez




 
   FREDOUILLE

 
  N/A



- Jasun Tipton (guitares)
- Troy Tipton (basse)
- Mike Guy (drums)
- Chris Salinas (vocals)


1. The Power To Believe
2. Dark Deceiver
3. Inner Spirit
4. Resurrection
5. Tendonitis
6. The Temple Within
7. Lies
8. The Passion Of Words
9. Severed Angel



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod