Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH MELODIQUE  |  STUDIO

Commentaires (8)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Blood Stain Child, Arch Enemy, Scar Symmetry, The Duskfall, Darkane, Rise To Fall, Raintime
- Membre : Warrel Dane , The Defaced , Evergrey, At The Movies, Earthside, Artsonic, Lyzanxia, Phazm, Mortuary, Coldseed, Headline, Aborted, The Night Flight Orchestra , Scarve, Megadeth
- Style + Membre : The Arcane Order , Dimension Zero, Dark Tranquillity
 

 Site Officiel (727)
 Myspace (616)
 Chaîne Youtube (1200)

SOILWORK - The Panic Broadcast (2010)
Par AAARGH le 19 Janvier 2011          Consultée 6126 fois

On a tous un côté midinette.

Moi, le premier. Je suis preneur d'une ballade toute mignonne, d'une mélodie facile à retenir pour siffloter plus tard... Encore que c'est pas toujours évident.
Je ne parle pas ici d'homosexualité, via une métaphore lourdingue sur notre part féminine que nous avons tous, nous les hommes et que même que c'est pas tous les jours facile à assumer. D'ailleurs, ça me rappelle une anecdote. Je repense à la soirée "Voeux 2011 NiME", alors qu'un de mes bien estimé collègue, recouvrait son torse, qu'il venait d'épiler, d'huile, me dit que c'est pas parce qu'il "aimait bien prendre un gros coup dans la rondelle que ça fait de lui une tarlouze", subtilement il se défini comme "un hétérosexuel qui aimait les hommes plutôt que les femmes". Ce à quoi il ajouta : "Passe moi le string là. Non, pas celui-là! Le classieux. Celui en cuir rouge".
On voit bien grâce à cet éclairage que c'est pas évident pour tout le monde.

Et SOILWORK nous livra l'album pour les midinettes que nous sommes, en l'an de grâce 2010!
Le retour de Peter Wichers pouvait faire espérer un album faisant la part belle aux sacrosaintes racines. Mais c'était pourtant le même type qui a pondu le sirupeux "The Dawn Of It All" sur le "Out Of The Dark des 20 ans de Nuclear Blast. Et exécuté par son complice surnommé "Speed".
Et c'est donc une répétition d'un bon vieux schéma basique de violence, principalement dans les couplets "blastés" ou non, avec son coulis de voix claire et son lot de refrain popisant jusqu'à l'écœurement (Au hasard "Night Comes Clean").

Et pourtant ça pouvait bien se dérouler. A commencer par ce titre d'ouverture, alliance de "dansant" sur son refrain et d'un déploiement de violence. Malheureusement hormis cela le groupe a l'air de rechercher l'immédiateté au lieu de l'efficacité et cela s'en ressent. Un album et un groupe en phase avec la société actuelle.
Immanquablement, je vais faire une comparaison pour illustrer ce propos. Difficile, sur les premiers accords du single "Let This River Flow" de ne pas penser à "Dreaming Neon Black" de NEVERMORE et malheureusement cela s'estompe très rapidement. Propos superficiel avec cette fausse violence poussive et ce refrain lumineux surjoué, break trop long et trop centré sur la voix.

Le groupe est-il dans l'air du temps parce qu'on l'imite ou est-ce qu'il cherche à l'être? Le problème n'est certainement pas là mais à force d'avoir lissé sa violence pour la rendre présentable, les titres sonnent de moins en moins Metal et plus en plus musique d'ascenseur. OK, musique d'ascenseur pour un abattoir, certes. Mais musique d'ascenseur, néanmoins. Le processus d'américanisation ne s'est pas complétement arrêté.
Manque de profondeur, de breaks réellement intéressants, de vraies bonnes parties en voix claire, de riffs marquants, de soli dignes de ce nom. Les amateurs de longue date de cette entité qui a déjà atteint les firmaments, doivent désormais avoir abandonné le navire. Deux nouveaux guitaristes par rapport à l'album précédent? Difficile à croire tant la cassure n'est pas nette avec l'effort précédent.

J'aime à croire que la troupe a encore envie d'expérimenter comme le prouve le début de "Epitome" qui fait croire au meilleur de titre depuis longtemps, quand surgit le refrain qui fait lamentablement retomber le soufflé. Heureusement, on terminera sur une bonne note avec le dernier plus conforme aux attentes légitimes de l'entité qui a enfanté cet album.
C'est bien maigre. Malheureusement aussi homogène dans sa qualité qu'hétérogène dans ces idées, tout cela prend tout l'air de la grosse déception de l'année. Une sorte de rythme de croisière pour ce qui fût un grand espoir du Death Metal dit Suédois.


Epitomé : A force de tourner en rond, SOILWORK s'enfonce et donne l'impression de régresser. Nonobstant, le retour du génie-compositeur principal-prodige-usurpateur Wichers (rayer les mentions inutiles). A ne pas diffuser en cas de panique.


Le morceau qui a la première moitié qui fait espérer à un sublime instrumental : "Enter Dog Of Pavlov"
Le morceau qui n'est pas de la soupe mais du bouillon de légumes : "Night Comes Clean"

A lire aussi en DEATH MELODIQUE par AAARGH :


The CROWN
Crowned In Terror (2002)
Death mélodique brutal ou brutal death mélodique?

(+ 1 kro-express)



SUP
Hegemony (2008)
LOEZ soit SUP!


Marquez et partagez




 
   AAARGH

 
  N/A



- Björn 'speed' Strid (chant)
- Peter Wichers (guitare)
- Sylvain Coudret (guitare)
- Ola Flink (basse)
- Sven Karlsson (claviers)
- Dirk Verbeuren (batterie)


1. Late For The Kill, Early For The Slaughter
2. Two Lives Worth Of Reckoning
3. The Thrill
4. Deliverance Is Mine
5. Night Comes Clean
6. King Of The Threshold
7. Let This River Flow
8. Epitome
9. The Akuma Afterglow
10. Enter Dog Of Pavlov



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod