Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL ELECTRO-COSMIQUE  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Hypocrisy, The Abyss
- Style + Membre : Lindemann
 

 Site Officiel (704)
 Facebook (633)

PAIN - Rebirth (1999)
Par VOLTHORD le 27 Novembre 2010          Consultée 4708 fois

PAIN remet les compteurs à zéro.
Il essaie comme il peut de se débarrasser de l’influence du Thrash Mélo de HYPOCRISY et de la "patte suédoise" qui prévalaient peut-être trop sur un premier album juste satisfaisant. D’entrée de jeu, c’est le boum boum vrombissant et les guitares passées au mixeur de "Supersonic Bitch" qui nous cueillent, un Peter Tägtgren atone dans un premier temps, puis nous balançant un refrain pêchu et bien feune voyez-vous.

Après un passage sans embûche sur l'hypnotique de "Breathing In Breathing Out", on se prend en pleine tronche des "Delusions", "End Of The Line" ou "On And On" à la fois faciles d'accès, mais avec cette ampleur atmosphérique admirable. "Parallel To Ecstasy" nous prend à bout de souffle, presque oppressant. Et pourtant ses chœurs iront admirablement contre-balancer ce sentiment, lui donnant un certain charme d'apocalypse. Et jusqu'à la fin, on ne perd pas pédale, on est dans ce même univers qui hésite entre l’abattement et la fureur, le dancefloor et la porte de sortie vers une soucoupe volante en forme de grosses guitares dans la face.

La renaissance de PAIN, c’est celle qui fera tout le charme du groupe dans la suite de son existence : un Metal électronique ultra accrocheur, avec une tendance nouvelle pour le refrain hymnique, empruntant subtilement au Heavy Metal ses montées épiques, au Metal Gothique son sens de la mélodie et une amertume de fond forte en contraste, à l’indus son aspect robotique et répétitif, ou son groove. "Rebirth" dégomme à grand coups de beats électroniques, de claviers cosmiques qui nous font voyager nos balancements de tête dans un espace métallo-galactique délicieusement contradictoire. PAIN vous rentre dans la tête, vous envahit les sens.

Jamais aussi agressif que dans HYPOCRISY, majoritairement porté sur le chant clair, Tägtgren arrive pourtant à transposer une colère à fleur de peau, une énergie rebelle instinctive, et malgré un ensemble clairement easy listening, on ne doute à aucun moment de la sincérité du bonhomme.

Un de ses artistes-businessmen qui a du flair. Plus que ça, le mec qui a tout compris. PAIN vise en plein dans le mille, et, en y regardant bien par rapport à ce que le bonhomme sortira par la suite, est déjà bel et bien au sommet de sa formule. Une formule certes durable et que le bonhomme renouvellera assez pour rester toujours plus ou moins pertinent, mais qui deviendra pour le peu répétitive, un brin poseuse ("Shut Your Mouth", tube ridicule de "Nothing Remains The Same" restera à mon avis assez emblématique de la limite MTV-esque du bonhomme), et régulièrement baignée dans une philosophie adolescente de comptoir qui croirait en la fin du monde et ne trouverait pas mieux qu’aller remuer son fion sur le dancefloor. Mais j’arrête ici le petit coup de gueule pour tout de même rappeler que "Rebirth" est grandiose, énergisant et démentiel, et m'en vais me faire cuir un œuf, parce que j'ai aussi besoin de (vraies) protéines.

A lire aussi en ELECTRO par VOLTHORD :


TURMION KÄTILÖT
Pirun Nyrkki (2006)
Ebm électro metal bädäss finnois, dans ta face




QNTAL
Iv:ozymandias (2005)
Electro atmosphérique aux touches folk/médiévales


Marquez et partagez




 
   VOLTHORD

 
   DARK BEAGLE

 
   (2 chroniques)



- Peter Tägtgren (musique)


1. Supersonic Bitch
2. End Of The Line
3. Breathing In Breathing Out
4. Delusions
5. Suicide Machine
6. Parallel To Ecstasy
7. On And On
8. 12:42
9. Crashed
10. Dark Fields Of Pain
11. She Whipped



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod