Recherche avancée       Liste groupes



      
STONER  |  STUDIO

Commentaires (6)
Lexique stoner
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Lucifer
- Style + Membre : With The Dead, Age Of Taurus
 

 Site Officiel (247)

CATHEDRAL - The Guessing Game (2010)
Par POWERSYLV le 3 Avril 2010          Consultée 6156 fois

L’annonce de l’imminence d’un nouvel album de CATHEDRAL dans les bacs est toujours en soi un événement qui provoque l’euphorie chez les doomers / stoners. Surtout quand le groupe a été absent pendant une bien longue période (le dernier album, le superbe "The Garden Of Unearthly Delights" date quand même de septembre 2005). Les apôtres des champignons hallucinogènes et autres éléphants roses se réjouiront donc de voir débarquer chez leur trafiquant de stup' préféré une nouvelle pochette colorée et énigmatique du dessinateur Dave Patchett, ainsi que la musique de Lee Dorian et de ses 3 compères en ce début de printemps. Car un disque de CATHEDRAL, ça se savoure mieux à l’époque des fleurs, des allergies au pollen, de l’urticaire et des éternuements (merci la morve dans les pochettes de CD) qu’en mangeant une raclette, non ? Enfin, moi je dis ça, les goûts et les couleurs …

Alors justement, quand on parle de goûts et de couleurs, tous ceux qui ont chez eux quelques éléments discographiques du combo de Lee Dorrian savent bien qu’à part quelques albums foncièrement mastodontes et taillés dans l’obsidienne (on ne présente plus ce chef-d’œuvre monolithique qu’est "Forest Of Equilibrium", mais on pourrait parler aussi de "Endtyme"), le propos navigue entre Doom et ce style authentique mais plus enjoué qu’est le Stoner. Avec des textures progressives aussi. Chaque album est donc un savant dosage de ces éléments, avec toujours l’empreinte du mentor BLACK SABBATH derrière, réalisé selon les inspirations du moment.

Je dois l’avouer : malgré de bons moments, "The Guessing Game" m’a d’abord surpris… puis légèrement déçu. C’est vrai qu’à la base, je préfère largement le CATHEDRAL plus doom à celui qui se sape en chemises à fleurs. Ici, malgré le gros son habituel, plus rares sont les titres ancrés dans la crotte de mammouth. C’est plutôt dans la deuxième partie de ce double album (eh oui !) d’ailleurs, avec ce "Requiem For The Voiceless" que ça taille carrément dans la partie la plus grasse du jambon (je vous en remets une, ma p’tite dame ?) : la voilà LA plongée dans les abysses, celle qui vous fait découvrir les fanges du bayou. Sinon, au cours de ces LONGS titres (une moyenne de 6-7 minutes au garrot, les plus longs dépassant les 10 minutes, les petits zobs pointant dans les 2 minutes), on peut trouver ces passages plus imposants également mais en nombre limité. Le reste, c’est du CATHEDRAL somme toute "gentil" et même… trop bizarre. Etre parfois décalé, c’est bien, mais encore faut-il trouver la limite avec le ridicule.

Et sur certains titres, cette limite est franchie. Après l’intro enfantine "Immaculate Misconception" (on reconnaît là le côté ironique des anglais avec ce joli jeu de mots), instrumental bizarroïde avec orgue Hammond et gargouillis infantiles en prime pour un nourrisson tout juste sorti de l’orifice nourricier, "Funeral Dreams" est trompeur. Moi qui m’attendais avec cet intitulé à me prendre un bon gros mammouth dans la gueule… c’est un titre à tiroirs énervant qui sort et surtout, c’est quoi cette voix de merde que nous fait Lee ? Malgré les quelques points positifs de ce titre, habituels chez CATHEDRAL (riffs Iommiens de Sir Jenkins, intervention de cordes), pas de quoi pavoiser. "Painting In The Dark" relève allègrement le niveau : basse ronronnante, riff irrésistible et refrain plus chantant. "Death Of An Anarchist" avec son début acoustique tranquille, débouche sur un gros riff et une rythme lent comme le groupe nous en a maintes fois offert, avec accélération 2 minutes avant la fin. "The Guessing Game" et ses synthés vintage est sympa aussi mais "Edwige’s Eyes", bien que lourd et sympathique, manque de panache pour un premier simple mis à disposition sur MySpace. Même pas mal !

Nous arrivons au deuxième titre, dont l’écoute s’est révélée plus que pénible, "Cat’s, Incense, Candles & Wine" : morceau ridicule, chant ridicule et 6 minutes d’ennui mortel à se taper. Du CATHEDRAL sur la plage avec ballon de baudruche, bouée à tête de canard et masquard de clown. A part une accélération plus rock’n roll à un moment, rien à sauver. Petit instrumental démarrant à la batterie, "One Dimensionnal People" permet à chaque instrumentiste de s’adonner à sa petite démonstration alors que "Casket Chasers", plus remuant, se rapproche du CATHEDRAL que j’aime. Après "La Noche Del Buque Maldito (Ghost Ship Of The Blind Dead)" et sa longue intro à la basse cosmique, "The Running Man", avec sa ritournelle facile à retenir et son magma final, nous entraîne vers un final meilleur que le début de l’album. Il y a "Requiem For The Voiceless" dont j’ai parlé plus haut (le meilleur titre du disque, sans conteste) et aussi "Journey Into Jade", dynamique mais avec ses 2 minutes qui ne servent à rien à la fin, si ce n’est entendre quelques mots de Mr Dorrian avant qu’il ne ferme à clef la porte du studio où vient de se dérouler l’orgie sonore.

Trop dispersé et parfois fouillis, "The Guessing Game" aurait pu être largement meilleur s’il avait été épuré de tous ses passages inutiles et de ses 3/4 titres chiants. Heureusement, de bons moments sauvent l’album du naufrage total. Cinq ans presque pour faire un double album en dent de scie finalement… un skeud à mon sens à réserver aux fans ultimes et que je ne conseillerai pas fondamentalement à ceux qui voudraient s’initier au groupe. Un disque qui semble gonflé à bloc à première vue mais qui laisse pantois par ses nombreux trous d’airs. CATHEDRAL peut largement mieux faire et être plus efficace (Hopkins rules !).

Note réelle : 2,5/5.

A lire aussi en STONER :


UNIDA
The Great Divide (2001)
Ou l'album fantôme.




DEVIL TO PAY
Thirty Pieces Of Silver (2004)
Pas un groupe à deux sesterces


Marquez et partagez




 
   POWERSYLV

 
   LONER

 
   (2 chroniques)



- Lee Dorrian (chant)
- Garry Jennings (guitare)
- Leo Smee (basse)
- Brian Dixon (batterie)


- cd1
1. Immaculate Misconception
2. Funeral Of Dreams
3. Painting In The Dark
4. Death Of An Anarchist
5. The Guessing Game
6. Edwige's Eyes
7. Cats, Incense, Candles And Wine

- cd2
1. One Dimensional People
2. Casket Chasers
3. La Noche Del Buque Maldito (aka Ghost Ship Of The
4. The Running Man
5. Requiem For The Voiceless
6. Journeys Into Jade



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod