Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH MELODIQUE  |  STUDIO

Commentaires (6)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Wintersun, Children Of Bodom

KALMAH - 12 Gauge (2010)
Par MEFISTO le 21 Mars 2010          Consultée 5612 fois

Une gauge désigne le diamètre du canon d'une arme à feu et une "12 Gauge" est une carabine style « shotgun » fort prisée par les chasseurs. Tellement, que la 12 gauge rafle (pour ne pas dire « rifle ») 50% du marché du shotgun aux States. Une arme courante donc, fiable, puissante, pour ceux qui s'en magasinent une pour partir à la chasse à l'ours dans ces contrées froides de Scandinavie en compagnie du quintette de KALMAH, qui n'a pas lésiné sur la boue et l'imagerie naturaliste pour nous inviter à jeter un œil sur son sixième album. Après un génialissime et presque parfait "For The Revolution", "12 Gauge" ne devait pas rater la cible sous peine d'être fusillé sur-le-champ… de tir. Bon, ok, j'arrête.

KALMAH nous amène une fois de plus faire un tour du côté de ses marais, lieu inhospitalier et réconfortant à la fois, là où il s'est autoproclamé "Swamplord", là où il harponne le poisson comme ses ancêtres, là où il mange le fruit de sa pêche près du feu comme un animal, là où il tue à la fourche ou au mousqueton le gibier que la nature environnante a mis sur son chemin. Là où il rumine aussi ses idées noires et caresse la crosse de son 12 gauge à la recherche d'une facile porte de sortie. Où, dans son sommeil, il rêve qu'il achève un aigle à tête de poisson… Oui, elle est jolie l'imagination des Finlandais, elle est percutante et fait couler le bain pour une autre grande démonstration de talent.

Au menu ? Bah, c'est simple. De la bouche même des membres du groupe, c'est du « KALMAH-like » ! Une autre fusion des influences de COB et des plus grands groupes de Death Mélo (idem pour la voix), la digne continuité de "For The Revolution" ; même nombre de titres, même aplomb, même talent pour les atmosphères consistantes, mêmes putains de guitares tonitruantes et tournoyantes et même clavier à la COB qui contribue à sa manière à l'agression. Ah, la robustesse que possède cette formation, c'est pas croyable. Aucun temps mort, aucune longueur, des pièces directes, des soli de dingue, du riff de barbare dans un océan (un marais devrais-je dire…) d'airs enlevants.

Séduisant avec ses hymnes valeureux : "Godeye", une des meilleures mélodies de Death Mélo que j'aie ouïe depuis longtemps, et l'énorme pièce de clôture "Sacramentum", justement sacrée par les Dieux du Metal…

Décapant avec ses intenses descentes du coude dans les flancs : le mi« riffi »que et véloce "Bullets Are Blind" – wow, ce solo ! – "12 Gauge" qui détonne comme une décharge de carabine – appréciez-en toute la force avec ce clavier subtil qui agit comme une étoile polaire à travers ce grattement fort habile des frères Kokko (pas des « noix » les frangins !)…

Headbang assuré sur "One Of Fail", qui fait passer les chiures les plus offensives de COB pour des soufflements dans le cou, et sur "Hook The Monster" et sa cavalcade nerveuse entamée par Marco Sneck, encore une fois inspiré derrière son synthé.

Étonnant sur le coup d'envoi de cette anguille se faufilant à travers les quenouilles, "Rust Never Sleeps" (en tout cas, eux ne sont pas rouillés !) et son début tranquille, son riff belliqueux et son clavier martial, ainsi que sur la plus placide "Better Not To Tell" et son solo.

Tout est bien balancé, encore plus que sur "For The Revolution", qui souffrait de quelques passages mollassons. Pas "12 Gauge", qui assure durant ces 43 minutes plombées et symphoniques. Pareil à une grosse bombe larguée au fond d'un lac qui annihilerait la faune marine au complet ! Ne laissant que des arêtes flotter à la surface…

Ben écoutez… que vous dire de plus sinon que KALMAH continue de profiter du momentum gagné sur son album précédent ? Deux de suite pardi ! Ce "12 Gauge" est tout simplement excellent ; il se décrit par des qualificatifs supérieurs à « divertissant » ou « réussi », car ces mots sont trop faibles pour autant de panache.

Le chasseur des marais a tiré de nouveau au centre de la cible et espérons qu'il continuera longtemps de s'égosiller et de détonner pour nous ramener un beau gros dîner à faire rôtir sur la broche.

*Pour les collectionneurs et inconditionnels du groupe, la version japonaise de "12 Gauge" comprend un remake du titre "Cold Sweat" de THIN LIZZY. Pas mal comme idée !
**Pour ceux qui ont le sens de l'humour plutôt développé et qui veulent comprendre un peu pourquoi le Metal n'a pas toujours sa place parmi les grands réseaux de par son image et son manque de sérieux, jetez un œil sur le clip de la pièce-titre, enregistré à une température de -37° Celsius à quelque part, dans les bois finlandais… Drôle, mais drôle !

Note réelle : 4,5/5.

A lire aussi en DEATH MELODIQUE par MEFISTO :


WOLFHEART
Tyhjyys (2017)
Synthèse précoce d'un sous-genre ?




MERCENARY
Through Our Darkest Days (2013)
Ça se poursuit en beauté pour les Danois


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Pekka Kokko (chant, guitare)
- Antti Kokko (guitare)
- Timo Lehtinen (basse)
- Marco Sneck (clavier)
- Janne Kusmin (batterie)


1. Rust Never Sleeps
2. One Of Fail
3. Bullets Are Blind
4. Swampwar
5. Better Not To Tell
6. Hook The Monster
7. Godeye
8. 12 Gauge
9. Sacramentum
10. Cold Sweat (bonus)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod