Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Site Officiel Du Groupe (813)
 Myspace Du Groupe (936)
 Site Non-officiel Du Groupe (785)
 Site Du Label (720)

DANKO JONES - Never Too Loud (2008)
Par ZIONLEEMASTERSEB le 26 Août 2008          Consultée 4944 fois

Danko Jones est le leader du groupe du même nom et le moins que l’on puisse dire c’est que ce groupe ne laisse pas indifférent. Gravissant lentement mais surement les marches du succès, voici le nouvel album du trio. Une fois de plus, il devrait prendre de l’ampleur.
Danko Jones, l’homme, est Canadien et il offre un bon gros et gras hard rock des familles.
Il n’invente absolument rien et creuse son sillon dans la voie ouverte par ACDC il y a quelques 33 ans. Véritable encyclopédie de hard-rock sur pattes, il aime le riff simple et incisif. Il s’est ouvert au rock après que sa mère lui a offert le « Alive » de KISS. Et sur le chemin qui l’emmène jusque nous aujourd’hui, a enregistré un split en 2003 avec Peter Pan Speedrock et Gluecifer. Excusez du peu. Les hommes de l’ombre de Danko (le groupe) John Calabrese et Dan Cornelius sont discrets mais redoutablement efficaces. Après avoir rôdé leur style avec excellence, il semble normal que de façon naturelle, ils cherchent à élargir leur univers. Dont acte avec : « Never Too Loud ».

Danko, chanteur/guitariste est une véritable pile électrique, il est impossible à arrêter quand il parle de musique et le plus fort, comme tout vrai passionné, il hypnotise son auditoire. Une certaine joie de vivre communicative entoure le personnage et ça se ressent dans sa musique. Ici, on ne pleure pas toute la misère du monde ni recrachons la colère de nos ancêtres. Le discours est léger et contemporain. Les filles sont souvent au cœur de ses préoccupations et ça tombe bien parce que pour moi aussi.

Ca n’est un secret pour personne, Danko l’assume et l’a assez répété, il a beaucoup travaillé son chant sur ce nouvel album et s’est largement inspiré de la Légende Irlandaise qu’à été Phil Lynott. Sans être le hurleur du circuit le plus puissant, Danko a fait beaucoup d’efforts pour faire cohabiter son hard rock et ses nouvelles lignes de chant mélodiques. Le mélange quoique pas désagréable ne fait pas mouche à chaque fois.
Le premier morceau est à ce titre le moins perturbant de l’album, puisque rythmique carrée, préoccupation masculine en point d’orgue, « Code Of The Road » ouvre le bal. Titre pur jus estampillé Danko Jones. Vive la vitesse et les bagnoles. Gentiment et crescendo, les titres « City Streets » et « Still in Highschool » enfoncent le clou concernant le virage mélodique du chant. Single potentiel garanti « Take Me Home », tout en guitare folk voit Danko « chantouiller » gaiement. A ce stade du disque on devine qu’il ne pourra plus faire machine arrière, la voix prise ne peut souffrir d’une cassure radicale. S’enchaine avec un plaisir coupable mais un peu de déception « Let’s Get Undressed » au sujet Ô combien universel et que je souhaiterais pour ma part devenir quasi quotidien.

La semi surprise du disque nous vient avec « Forest for the Trees ». Semi surprise puisque Danko avait déjà tenté l’expérience sur son album précédent en invitant John Garcia (ex-Kyuss, ex-Unida et actuel Hermano) pour un titre Stoner. Cette fois ci, l’ami John se contente d’un petit featuring sur les chœurs et laisse place pour le duo central à Peter Stahl et Danko. Stalh est un mercenaire du stoner ayant participé entre autres aux groupes Goatsnake, Sunn O))), les Desert Sessions et Orquesta del Desierto. Le morceau en lui-même est une véritable réussite à l’ambiance musicale « Sabbathienne », Danko pousse toujours la chansonnette mais fait des merveilles. Le travail studio de superposition des chants nuit à l’hommage au Stoner. En effet, une prod plus brute aurait sied avec simplicité à la chanson. Les breaks de la fin du titre permettent aux vocalistes de montrer l’étendue de leur savoir faire et de donner de l’ampleur au morceau.

La fin de l’album s’enchaîne avec la même recette par laquelle il avait commencé. Les titres les plus réussis sont : « King of Magazines » et « Ravenous ». Un dernier sursaut électrique hérité des Australiens d’ACDC, nous vient avec le title track « Never Too Loud ».
C’est Nick Raskulinecz (Foo Fighters, Stone Sour) producteur qui a actuellement le vent en poupe qui s’est chargé de l’album. Son travail avec Danko n’est pas foncièrement mauvais, nous avons ici un album charnière dans la carrière des Canadiens. Selon moi, il faut considérer « Never Too loud » comme une éprouvette dont les essais seront payants à leur prochaine sortie discographique si tant est qu’ils enfoncent le clou. Pour un résultat mitigé, plutôt positif grâce à la personnalité sympathique de son leader, une chose est certaine, c’est sur scène que Danko nous botte le cul. Alors ne le loupez pas en première partie des Motörhead en novembre prochain.

A lire aussi en HARD ROCK par ZIONLEEMASTERSEB :


The COMPANY BAND
The Company Band (2009)
Le Them Crooked Vultures du pauvre !




Joe PERRY
Have Guitar Will Travel (2010)
Anonyme dans nos contrées!!!!


Marquez et partagez




 
   ZIONLEEMASTERSEB

 
   GEGERS
   MULKONTHEBEACH

 
   (3 chroniques)



- D. Jones (chant/guitare)
- J. Calabrese (basse)
- D. Cornelius (batterie)


1. Code Of The Road
2. City Streets
3. Still In Highschool
4. Take Me Home
5. Let's Get Undressed
6. King Of Magazines
7. Forest For The Trees
8. Your Tears My Smile
9. Something Better
10. Ravenous
11. Never Too Loud



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod