Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (6)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Manowar, Majesty
- Membre : Riot
 

 Site Officiel (263)
 Myspace (234)
 Chaîne Youtube (223)

VIRGIN STEELE - Noble Savage (1986)
Par DARK SCHNEIDER le 12 Juin 2013          Consultée 2307 fois

"Noble Savage" ouvre une nouvelle ère dans la carrière de VIRGIN STEELE. Jack Starr, guitariste fondateur (qui a vendu le nom du groupe à David DeFeis), s’en est allé mener sa propre carrière et cela a des conséquences directes sur la musique pratiquée par le groupe. David DeFeis a désormais les mains libres pour faire ce qu’il veut de VIRGIN STEELE. Il recrute alors le guitariste Edward Pursino : un choix pertinent qui permet d’assurer une stabilité au line-up du groupe. Un guitariste qui n’a pas l’ambition de son prédécesseur et qui trouve donc rapidement sa place au sein du combo. Adepte d’un jeu sobre, Ed Pursino est bien loin de la flamboyance de Jack Starr. Ce jeu plus sage, centré sur les riffs et les rythmiques bien plus que sur des soli flashy, permet au groupe de recentrer quelque peu son propos. Avec "Noble Savage", VIRGIN STEELE durcit son Heavy et opte un peu plus pour un style épique, mais conserve encore des velléités résolument commerciales.

Parfois considéré comme un album culte, "Noble Savage" est bien loin à mon sens de mériter ce qualificatif. Ce n’est pas parce que le groupe s’affirme dans un Heavy épique que cela le rend meilleur que ce qu’il proposait sur "Guardians Of The Flame". La faute à l’incapacité évidente du groupe de maintenir un haut niveau qualitatif sur l’ensemble des compos. "Noble Savage" est de fait un album très inégal.

Pourtant cet opus commence avec un morceau qui a tout d’un classique : "We Rule the Night" est un parfait manifeste de Heavy Metal guerrier et fédérateur, au refrain imparable qui donne forcément envie de brandir le poing, à l’image de l’horrible pochette de l’album. Forcément avec une telle entrée en matière le niveau apparaît d’emblée très relevé. Oui mais voilà que le soufflet retombe aussitôt avec deux titres bien loin d’être aussi convaincants et efficaces (le quelconque "I’m On Fire" et le trop maniéré "Thy Kingdom Come") : du Heavy de bonne facture, mais qui n’en reste pas moins du Heavy d’usine.
Heureusement que surgit ensuite l’épique et somptueux "Noble Savage", un superbe classique, cette fois-ci jouant la carte du lyrisme, mettant bien en avant les claviers de DeFeis notamment dans un final orchestral savoureux. Quand elle atteint un tel niveau, la musique de VIRGIN STEELE est irrésistible.
Sauf qu’une fois encore la suite est bien moins mirobolante ! "Fight Tooth And Nail" tente de faire dans le Heavy méchant à la "Eat Me Alive" de JUDAS PRIEST : sympa, mais les new-yorkais n’ont pas du tout le mordant du groupe de Birmingham. Les trois titres suivants ne valent guère mieux, c’est toujours mi-figue mi-raisin, fade. Un "The Evil In Her Eyes" peu convaincant qui singe encore JUDAS PRIEST et sur lequel DeFeis agace avec ces screamings poussifs. Le groupe s’essaye ensuite à une tentative de Hard commercial typique de cette époque, avec le raté "Rock Me" et une ballade qui ne suscitera pas d’émotion, "Don’t Close Your Eyes". Deux titres aux paroles biens moisies en plus.
Mais les gars de VIRGIN STEELE sont suffisamment malins pour terminer l’album avec un morceau à nouveau de très haut niveau : "Angel Of Light", titre épique orientalisant, qui nous réconcilie totalement avec le groupe, et qui renoue pour le coup avec des paroles fantastiques et épiques qui correspondent bien mieux au groupe que les niaiseries des 2 titres précédents (car n’est pas WHITESNAKE qui veut).

"Noble Savage" vaut avant tout pour trois morceaux, très judicieusement placés dans la tracklist pour relancer l’intérêt de la galette. Trois morceaux d’une telle qualité qu’ils prouvent que VIRGIN STEELE est décidément un groupe on ne peut plus digne d’intérêt. Il est cependant fort dommage que les autres titres ne tiennent pas la dragée haute face à ces trois classiques et que l’on passe parfois du coq à l’âne en termes d’ambiance musicale. Au final, "Noble Savage" me paraît même un peu moins plaisant à écouter que "Guardians Of The Flame".

***

Évoquons maintenant les bonus de la dernière réédition parue en mai 2011 de "Noble Savage", qui mériteraient une seconde chronique à eux seuls, tant David DeFeis a rempli ras la gueule cette réédition de bonus tracks en tous genres qui font plus que doubler la durée de l’album !
On trouvera donc 6 morceaux d’époque (dont 1 instru anecdotique). Une bonne chose que d’inclure ces morceaux qui n’avaient pu trouver leur place sur le vinyle, (d’autant qu’un titre comme "Obsession (It Burns For You)" est le premier titre composé par Pursino et DeFeis ensemble). Ces morceaux bonus d’époque valant largement les morceaux moyens de l’album. Mais chose incompréhensible, David DeFeis a carrément décidé d’y inclure également 5 nouvelles compositions datant de 2011, des titres enregistrés spécialement pour cette réédition. Pourquoi ne pas avoir gardé ces morceaux pour un nouvel album ? D’autant que ces morceaux montrent un certain regain d’énergie de la part du groupe après les deux derniers albums studio en date (qui étaient plutôt poussifs). Des titres relativement concis, plutôt bons, mais rien de véritablement marquant non plus. Tout cela n’a quand même pas grand-chose à voir avec "Noble Savage", d’autant que le son du groupe a évolué depuis !
Comme d’habitude on trouvera également tout un tas de remix aux noms parfois carrément farfelus. Je vous laisse par exemple découvrir le parfaitement inutile "Roman Sword remix" de "Fight Tooth And Nail" qui, comme son nom l’indique, inclue des bruits d’épées qui s’entrechoquent. David DeFeis est décidément une personne hors du commun. On se serait bien passé en tout cas de tout ce remplissage, la démarche du groupe est bien difficile à cerner…

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK SCHNEIDER :


DIO
Holy Diver (1983)
Premier album solo du lutin à la voix d'or

(+ 1 kro-express)



ARIA
Hero Of Asphalt (1987)
Aria entre dans la cour des maîtres du heavy


Marquez et partagez




 
   DARK SCHNEIDER

 
   KRISTOF

 
   (2 chroniques)



- David Defeis (chant, claviers)
- Edward Pursino (guitare, basse)
- Joe O'reilly (basse)
- Joey Ayvazian (batterie)


1. We Rule The Night
2. I`m On Fire
3. Thy Kingdom Come
4. Image Of A Faun At Twilight (instru)
5. Noble Savage
6. Fight Tooth And Nail
7. The Evil In Her Eyes
8. Rock Me
9. Don't Close Your Eyes
10. The Angel Of Light
- bonus Tracks
11. Obsession (it Burns For You)
12. Love And Death
13. Where Are You Running To
14. Come On And Love Me
15. The Spirit Of Steele
16. The Pyre Of Kings
17. The Devil A Daughter
18. God Of Violence Kill
19. Viking
20. Ase's Death (instrumental)
21. Bitches From Hell
22. Fight Tooth And Nail (roman Sword Re-mix)
23. Tales From The Hammer
24. We Rule The Night (live Pre-production)
25. I'm On Fire (live Pre-production)
26. Fight Tooth And Nail (live Pre-production)
27. Rock Me (live Pre-production)
28. We Rule The Night (bigger Gongs & Bombs)
29. Noble Savage (flanging To Eternity)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod