Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (8)
Questions / Réponses (1 / 3)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


CIRITH UNGOL - One Foot In Hell (1986)
Par DARK SCHNEIDER le 16 Août 2007          Consultée 6532 fois

1986, CIRITH UNGOL sort son troisième et avant dernier album. La discographie de ce combo hors du commun peut paraître bien maigre, surtout compte tenu de la carrière relativement longue de ce groupe. Mais une chose est sûre: CIRITH UNGOL n’a jamais refait le même album. Avec One foot in hell, le ton est donné dès l’écoute du morceau d’ouverture : cette foi-ci pas de quartier, on aura droit à une boucherie du début à la fin.

« Blood & Iron », le titre d’ouverture, ne se pare même pas d’une intro, du moindre riff, rien. Il débute directement sur un couplet où Tim Baker délivre comme d’habitude une prestation sanguinolente sous fond d’une rythmique galopante bien affûtée: du sang et du fer. Ils nous avaient prévenus.
La différence avec l’album précédent, King of the dead, se fait aussitôt sentir. Cette foi-ci, CIRITH UNGOL a décidé de simplifier ses compositions, de les raccourcir, pour aboutir à des morceaux plus carrés et nettement plus rentre dedans. Le côté heavy du groupe est beaucoup plus mis en valeur, le son se fait un peu moins garage, mais l’aspect épique est toujours aussi présent.
CIRITH UNGOL continue de jouer du heavy metal pour warrior, les textes abordent systématiquement des thèmes de fantasy, de sword and sorcery, à la seule exception de « 100 mph », un titre à la gloire du heavy. Bref, une bande son idéale pour les parties de Warhammer. Les plus anciens et nostalgiques d’entre nous, pourront aussi y trouver leur compte pour mieux se plonger dans une ambiance « claustrophobique » durant leurs parties de Dungeon master ou Eye of the beholder. Un titre comme « Nadsokor », avec ses couplets abyssaux, et la voix trollesque de Tim Baker, semble avoir été spécialement conçue pour! Et la pochette de l’album le suggère encore plus.

« 100 mph » est la seule accalmie de ce déluge de sang et de fer. Il ne s’agit absolument pas d’une ballade, ni même d’un mid-tempo, il s’agit en fait d’un des titres les plus speed de l’album. Mais ses paroles, et son atmosphère plus légère, permettent de souffler. Un répit temporaire car « War eternal » nous replonge aussitôt dans un monde de furie.
Il faut vraiment souligner la prestation de Tim Baker, décidemment quelle voix! Les notes présentes dans le livret de l’album précédent, présentait ce chanteur, et sa voix de troll, comme un véritable précurseur de la scène extrême. C’est assez compréhensible. Ne sonnant ni death, ni black ; sa voix aigue, criarde mais puissante, a très bien pu influencer nombre de futurs vocalistes de musique extrême. D’autant plus que la musique de CIRITH UNGOL est également agrémentée de passages à l’ambiance nettement plus doom (BLACK SABBATH étant très certainement une de leur influence majeure). C’est évident sur les très puissants et lourds « Chaos Descends » et le bien nommé « Doomed planet ». Il s’agit seulement d’une touche doom, le rythme reste bien plus enlevé qu’un CANDLEMASS de la même époque.
Je disais que la voix de Tim Baker était aigue et criarde, certes, mais sur ce One foot in hell notre brailleur introduit une nouvelle facette de son chant: le chant caverneux et rauque, présent sur quelques refrains (« War eternal », « Doomed planet », « Chaos descend ») et lignes de chant (« One foot in hell »). Et oui, Tim Baker a plus d’un troll dans sa besace. Cet aspect de sa voix accentue encore plus l’ambiance souterraine ou troglodyte de l’album.*

Vous l’aurez compris, pour moi ce One foot in hell est une tuerie, un album majeur du heavy metal épique. Court, mais d’une rare intensité. Et qui plus est, peut être leur album qui a le mieux vieilli. Jamais CIRITH UNGOL n’a aussi bien mérité son nom (le seigneur des anneaux, l’antre de Shelob l’araignée, ça doit bien vous dire quelque chose non?).
Mais nos quatre guerriers n’avaient pas encore dit leur dernier mot : le chapitre final de leur saga sera tout aussi magnifique.


* Rappelons au passage qu’un album forme un tout : musique, pochette, et paroles. La musique de CIRITH UNGOL gagne vraiment en profondeur quand l’on a sous les yeux la pochette et les paroles, d’une puissance évocatrice qui rehausse l’intérêt de la musique. Ce « tout » est indispensable pour se plonger pleinement dans l’ambiance de cette musique épique. Et ça, jamais un stupide fichier mp3 ne pourra le remplacer.

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK SCHNEIDER :


SORTILÈGE
Larmes De Héros (1986)
Le meilleur album de Heavy Metal français !!!!




BLACK SABBATH
Tyr (1990)
Un SABBATH différent, tant mieux !


Marquez et partagez




 
   DARK SCHNEIDER

 
  N/A



- Tim Baker (chant)
- Jerry Fogle (guitares)
- Robert Garven (batterie)
- Michael 'flint' Vujea (basse)


1. Blood And Iron
2. Chaos Descends
3. The Fire
4. Nadsokor
5. 100 Mph
6. War Eternal
7. Doomed Planet
8. One Foot In Hell



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod