Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER PROG  |  STUDIO

Commentaires (2)
Questions / Réponses (2 / 5)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Death
- Membre : Pharaoh, Kamelot
- Style + Membre : Sadus

CONTROL DENIED - The Fragile Art Of Existence (1999)
Par HROTULF le 5 Mars 2007          Consultée 4788 fois

Le moins qu'on puisse dire c'est que le projet Control Denied a été controversé parmi les fans de Death en son temps. Peu après la sortie de l'album Symbolic, "evil Chuck" Schuldiner décide de laisser de côté un groupe culte fondateur de toutes les branches de Death Metal pour aller faire du Prog'. Ce n'est finalement que quelques années plus tard que paraît le premier opus du nouveau groupe "The Fragile Art of Existence", la maison de disques n'ayant accepté de le sortir qu'après un dernier album de Death (The Sound of Perseverance en l'occurence). Son arrivée prend une tournure tragique puisque Chuck apprend à la même époque qu'il est atteint d'une tumeur au cerveau dont il décèdera fin 2001. Le titre de l'album, ainsi que certains textes, prennent donc une signification a posteriori très particulière.

Difficile donc d'oublier les à-côtés et de se contenter d'écouter la musique pour ce qu'elle est. Un mot du style pour commencer. J'ai opté pour la dénomination "Power-Prog" mais il ne faut pas s'attendre à quelque chose de conventionnel. Les morceaux ont une structure complexe et travaillée (d'où l'appellation prog) et des rythmiques souvent lourdes et puissantes (d'où l'adjectif power). On se rapproche beaucoup plus de certains titres de "The Sound of Perseverence" avec du chant clair que du dernier Adagio ou de Symphony X. Pas l'ombre d'un clavier à l'horizon, les emprunts sont plutôt piochés dans le jazz que dans le classique.

Il faut noter que pour un premier essai, Chuck s'est entouré d'une brochettes de musiciens particulièrement talentueux. Le chant de Tim Aymar est particulièrement caractéristique. Il peut être aïgu (jamais trop) ou éraillé parfois à la limite du chant death mais toujours expressif et bien placé et il faut reconnaitre qu'il est particulièrement bien adapté aux compos. Les guitares de Chuck et de Shannon Hamm sont irréprochables (bien qu'un mixage un peu plus travaillé n'aurait pas fait de mal). Il ne faut pas chercher de solo démonstratif, chacun d'entre eux faisant partie de la structure des morceaux. Rien à redire non plus sur la batterie, il suffit de regarder la liste des groupes au sein desquels a officié Richard Christy pour se douter du talent du bonhomme.

Le monsieur plus de ce line-up c'est Steve DiGiorgio. Ses lignes de basse (très audibles d'ailleurs) sont impressionnantes de bon goût et de technique. Le son de la fretless amène certaines compos dans une autre dimension. Prenez "Breaking the Broken" par exemple. Les petits veinards qui ont pu écouter la version démo pourront confirmer que ce titre ne ressortait pas vraiment au départ. Rajoutez la ligne de basse et vous obtenez une petite perle.

Certains titres sont vraiment incontournables: "Breaking the Broken" justement, mais également "Consumed", "Believe" ou "What if...". L'équilibre est vraiment remarquable, les riffs bien trouvés et la complexité structurelle ne trouble pas l'oreille, bien au contraire. Il est dommage que d'autres morceaux ne soient pas complètement à la hauteur ("Cut Down" par exemple), l'osmose n'étant plus là et certains passages laissant un petit arrière-goût de remplissage. Dommage, avec 2 titres de moins et un mixage un peu plus soigné, cet album aurait mérité 5/5.

Vous aimez Death période post-Human, ou le power-prog? Jetez une oreille à cette galette dont la recette devrait vous allécher. On aimerait avoir droit à une petite part supplémentaire qui viendra peut-être un jour car Chuck avait écrit la quasi-intégralité d'un nouvel album avant de nous quitter et il semblerait que les autres membres du groupes ne ferment pas la porte à un enregistrement sous forme d'hommage... à suivre. En tout cas, encore une fois merci à Mr Chuck R.I.P.

A lire aussi en METAL PROG :


FATES WARNING
Parallels (1991)
Power prog




EVERGREY
In Search Of Truth (2001)
L'abduction vue depuis Göteborg

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez



Par JEFF KANJI




 
   HROTULF

 
   BIONIC2802

 
   (2 chroniques)



- Chuck Schuldiner (guitare)
- Steve Digiorgio (basse)
- Shannon Hamm (guitare)
- Tim Aymar (voix)
- Richard Christy (batterie)


1. Consumed
2. Breaking The Broken
3. Expect The Unexpected
4. What If...?
5. When The Link Becomes Missing
6. Believe
7. Cut Down
8. The Fragile Art Of Existence



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod