Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (5)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Skyclad
- Style + Membre : Blitzkrieg, Pariah / Satan, Blind Fury
 

 Site Officiel (170)
 Myspace (84)

SATAN - Court In The Act (1983)
Par DARK SCHNEIDER le 10 Novembre 2006          Consultée 6731 fois

Les années 80 demeurent la période la plus faste pour le heavy metal. Cependant, force est de constater que beaucoup des groupes de cette période bénie sont aujourd'hui oubliés et n'auront pas marqués les esprits, mais certains d'entre eux sont considérés comme des groupes "cultes". MERCYFUL FATE, DIAMOND HEAD, BLITZKRIEG en sont de très bon exemples (METALLICA les a bien aidés). Mais il existe aussi d'autres groupes qui auraient tout autant mérité ce statut. SATAN fait partie de ceux là.

Directement issus de la NWOBHM, SATAN stabilisa son line-up en 1983 en se dotant enfin d'un chanteur digne de ce nom : Brian Ross. Ce dernier n'est pas un inconnu puisqu'il n'est autre que le chanteur de BLITZKRIEG, groupe qui avait splitté quelques mois auparavant. Le leader de SATAN est Russ Tippins, talentueux guitariste et remarquable compositeur. A noter aussi que le second guitariste, Steve Ramsey, et le bassiste Graeme English, sont deux des cofondateurs du futur SKYCLAD. Doté d'un line-up solide, SATAN peut enfin enregistrer son 1er album. Celui-ci est marquant à plus d'un titre. Loin de faire dans le metal extrême comme pourrait le suggérer le nom du groupe, « Court in the act » verse plutôt dans un heavy metal alambiqué, lorgnant souvent du côté du speed metal. En 1983, le speed metal était encore embryonnaire et le terme désignait plutôt des groupes comme METALLICA ou SLAYER, ce que l’on appellera plus tard le thrash. Il faudra encore attendre un an avant que la scène heavy speed metal prenne de l’importance, avec des groupes comme RUNNING WILD en Allemagne et surtout de l’autre côté de l’atlantique avec notamment METAL CHURCH, HELSTAR... Avec « court in the act » SATAN apporte sa pierre aux fondations de l’édifice. Certes, la musique de SATAN reste marquée par la NWOBHM, son heavy metal est bourré de cette classe « british » qui étais alors un véritable gage de qualité. Mais les musiciens de SATAN sont également d’un niveau technique largement supérieur à la moyenne des groupes anglais de l’époque, ils n’hésiteront pas à complexifier leurs morceaux, à jouer des solos de bravoure et à accélérer le tempo. On pourra juste reprocher à Brian Ross un style de chant un peu daté et trop posé pour un chanteur de heavy.

L'album débute sur une intro bien sombre, au synthé, avant d'entamer le morceau « Trial by fire », un des classiques du groupe. Ce morceau est certainement connu des fans de BLIND GUARDIAN puisque ces derniers l'ont repris sur « Somewhere far beyond » (comme par hasard, un pur album de speed metal). Le rythme y est rapide et les mélodies distillées par les twins guitares sont particulièrement incisives. Le reste de l'album alternera entre morceaux heavy metal peu avare en riffs et en soli, et speederies mélodiques. Au rang des speederies impossible de ne pas citer l'excellent « Break free », mon morceau préféré de l'album, une bombe de speed mélodique, le riff d’intro est d’une rare vitesse pour l’époque, et son solo aux relents Priestien a du titiller les oreilles de plus d’un futur speed metalleux allemand. L'instrumental speed « the ritual » est également une grande réussite, c’est tout à fait le genre de morceau qui devrait plaire à n’importe quel fan d’IRON MAIDEN. Au rang des morceaux heavy le guerrier « Blades of steel » est une pièce de choix, avec ses break qui montrent tous le savoir faire des talentueux anglais. Un autre morceau à ne pas manquer : « Alone in the dock », une longue pièce alternant passages heavy et passages presque « planants » à la limite du prog, ce titre termine l'album en beauté.

Les refrains que propose SATAN ne sont pas toujours des plus accrocheurs, néanmoins cela ne dérange pas vraiment, ce petit défaut étant largement compensé par les autres qualités du combo. Le seul véritable point négatif vient du son. Les instruments sont tous parfaitement distincts (notamment la basse) mais globalement le son est faible, un peu sale, la production manque terriblement de puissance. Ce constat est bien sur aggravé par les années qui se sont écoulées. Cela affecte le plaisir qu'on peut avoir à l'écoute de l'album. Les habitués aux grosses productions actuelles (qui masquent souvent les carences de la composition) auront peut être du mal à rentrer dans cet album. C'est d'autant plus dommage car cet album n'a toujours pas fait l'objet d'une remasterisation, je crois même qu'il n'a jamais été édité en CD (chose étonnante alors qu’un live de la même époque est sorti il y a deux ans). Donc si vous voulez vous procurez cet indispensable du heavy 80's il va falloir fouiller les bacs à vinyles, il en vaut la peine!

Après cet album, Brian Ross quitta rapidement le groupe et reforma BLITZKRIEG, bien que j’apprécie ce groupe il faut avouer que ces derniers étaient loin d’avoir le potentiel de SATAN. La suite de la carrière de SATAN fut assez étrange : en 1984 ils changèrent de nom pour BLIND FURY et sortirent un album plus accessible, voyant que cela ne les menait nulle part ils reformèrent aussitôt SATAN et sortiront un EP en 1986 et l’album « Suspended sentence » en 1987. Cet album confirma tout le potentiel du groupe et montra que les anglais n’avaient rien à craindre de la concurrence et pas même des thrasheurs de la bay area! Ils continueront ensuite leur carrière sous le nom de PARIAH et splitteront définitivement à la fin des 80’s. SATAN n’a jamais connu le succès qu’il méritait, mais il n’est jamais trop tard pour se pencher sur un groupe, surtout quand celui-ci est aussi talentueux. Qu’on se le dise, « Court in the act » a tout d’un album cultissime, et soutient sans problème la comparaison avec les IRON MAIDEN et autres MERCYFUL FATE de l’époque !

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK SCHNEIDER :


ANGEL WITCH
Angel Witch (1980)
Un album culte des 80's!




TOKYO BLADE
Night Of The Blade (1984)
Jamais une lame ne fut aussi bien aiguisée


Marquez et partagez




 
   DARK SCHNEIDER

 
  N/A



- Brian Ross (chant)
- Russ Tippins (guitare)
- Steve Ramsey (guitare)
- Graeme English (bass)
- Sean Taylor (batterie)


1. Into The Fire
2. Trial By Fire
3. Blade Of Steel
4. No Turning Back
5. Broken Treaties
6. Break Free
7. Hunt You Down
8. The Ritual
9. Dark Side Of Innocence
10. Alone In The Dock



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod