Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (5)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Skyclad, Tanith
- Style + Membre : Blitzkrieg, Pariah [uk], Blind Fury
 

 Site Officiel (557)
 Myspace (307)

SATAN - Life Sentence (2013)
Par DARK SCHNEIDER le 13 Octobre 2013          Consultée 3359 fois

Depuis quelques années c’est Le Retour des Morts-Vivants dans le landerneau du Heavy Metal traditionnel. Les reformations se suivent, se suivent et ne s’arrêtent pas… Mais surtout les groupes ne se contentent plus uniquement de tourner occasionnellement mais produisent aussi de nouveaux albums (on pensera bien sur à ANGEL WITCH, un cas parmi d’autres). Si se reformer pour quelques concerts ne fait de mal à personne, quand il s’agit de retourner en studio la partie est alors loin d’être gagnée d’avance : on peut craindre à chaque fois le come-back tout moisi de vieux croulants sur le retour, à l’instar du cinéaste Georges Romero et ses récents films de zombies pourris, œuvres d’un (ex)-artiste totalement dépassé par son domaine de prédilection. Et chez les metalleux, parfois c’est un peu pareil, à l’image d’un TOKYO BLADE par exemple.

Tout ça pour dire que j’attends toujours fébrilement les nouveaux opus de ces groupes des années 80 qui n’ont pas eu le succès escompté à l’époque mais qui n’en étaient pas moins brillants. C’est bien évidemment le cas de SATAN. Un nouvel album dont la sortie était assez inattendue. Oh certes, ça fait déjà un moment que la carrière de Steve Ramsey et de Graeme English n’avançait plus beaucoup, leur groupe SKYCLAD étant sous perfusion, mais SATAN c’est surtout Russ Tippins, et lui semblait un peu éloigné du monde du Metal. En tout cas, avoir l’occasion de réécouter une des meilleures paires guitaristique du Heavy anglais ne peut que susciter joie et impatience. Pour ne rien gâcher, cette reformation reproduit le même line-up que le culte "Court In The Act", avec donc l’inusable Brian Ross au chant. Pas vraiment un zombie ce Brian Ross, lui qui s’est montré plutôt actif avec BLITZKRIEG. Plutôt un immortel : le type qui semble ne pas vieillir tant vocalement que physiquement.

Et donc avec ce "Life Sentence" le trip nostalgique est poussé assez loin. Une pochette et un titre d’album qui rappellent immanquablement leur aîné de 30 ans, un concept similaire tournant autour d’une histoire de procès et surtout ce line-up identique qui n’avait pourtant duré que quelques mois à l’époque. Trip nostalgique parfaitement incarné par la prestation vocale de Brian Ross avec sa voix qui n’a quasiment pas vieilli en 3 décennies, même un Biff Byford accuse le poids des ans en comparaison. Un chanteur qui était déjà considéré comme vieux en 1983… 30 ans plus tard il est toujours le même : à lui seul un argument parfait pour repousser l’âge de départ à la retraite. L’homme n’a jamais fait l’unanimité en tant que chanteur, avec sa voix medium et posée, distillant avec parcimonie des screamings à la justesse irréprochable, mais dont on peut lui reprocher un manque de hargne voir même une certaine monotonie.

Ce regard sur le passé est particulièrement conforté par le morceau qui fut mis en avant pour promouvoir cette galette : "Siege Mentality", véritable petit frère du fameux "Trial By Fire". C’est extrêmement bien exécuté et ce titre prouve que Tippins et Ramsey n’ont rien perdu de leur complémentarité, mais cet énorme clin d’œil à leur grand classique était-il vraiment nécessaire ? Pas vraiment.

Musicalement, on ne peut pas dire que le groupe fasse preuve de renouvellement. Trop tourné vers sa « gloire » passée, SATAN ne cherche pas à moderniser son Heavy. Oui mais là où certains rescapés de la NWOBHM peuvent sonner ringards, ce n’est pas le cas de la bande à Tippins qui se caractérisait à l’époque par sa haute technicité. Virtuoses, nos zicos soutiennent sans problème la comparaison avec les hordes de techniciens de la six cordes qui pullulent dans le Heavy actuel. Le tout sublimé par un niveau toujours élevé en matière d’écriture. Si "Siege Mentality" fait dans le clin d’œil un peu facile, des titres comme "Cenotaph" ou "Incantations" font office d’excellentes compositions d’un groupe qui n’a rien perdu de sa vélocité, de son efficacité, et de sa capacité à produire des mélodies diaboliques en twins guitares. L’intro du très Power Metal "Testimony" est d’ailleurs une belle preuve de la virtuosité de Tippins et Ramsey. Le concis title track "Life Sentence" est également franchement jouissif de par son côté catchy. SATAN continue donc de produire ce Heavy si personnel, avec talent. En témoigne le final épique "Another Universe", véritable sommet de l’album. Il y aurait aussi de quoi dire sur les très bons soli qui émaillent l’album.

Pour autant, il n’est pas certain que ce successeur de "Court In The Act" fasse l’unanimité chez les amateurs du groupe. On peut regretter que la violence supplémentaire qui était présente sur "Into The Future" et "Suspended Sentence" se soit égarée avec le temps. Bien que Brian Ross se montre plus pêchu que sur les derniers albums de BLITZKRIEG, l’agressivité vocale de l’oublié Michael Jackson peut manquer.

Enfin, le grand point noir de l’album : sa production. Pas que cela sonne brouillon, bien au contraire, mais le groupe a opté pour un son assez sec, très brut, avec peu de reverb. C’est bien à ce niveau que ce "Life Sentence" s’écarte le plus des anciens opus, et qu’il déçoit le plus ! Franchement, parfois on a l’impression d’écouter une démo. Ceux qui aiment ce genre de production rêche y trouveront leur compte, ce qui n’est pas mon cas. Une production un peu plus actuelle (sans tomber dans les outrances des prod' allemandes) aurait sans doute permis de mieux apprécier les morceaux de cet album. Le jeu des guitaristes, très mis en avant, n’est malheureusement pas magnifié par ce son sans ampleur. Vraiment dommage !

SATAN signe donc un très bon retour. "Life Sentence" est à la hauteur du passé du groupe et est sans doute plus enthousiasmant que les derniers albums de SKYCLAD ou de BLITZKRIEG. Pour autant, malgré la très bonne tenue de l’ensemble, cet opus s’avère légèrement en-dessous de ses illustres aînés, la faute en incombant en grande partie à la production. Mais quoi qu’il en soit, tout cela est extrêmement prometteur et l’on signera de suite pour un nouvel opus. Cette reformation de SATAN ne sent par le formol, loin de là.

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK SCHNEIDER :


DIAMOND HEAD
Four Cuts (1982)
Un EP esssentiel




VIRGIN STEELE
Wait For The Night (1983)
Le baroud d'honneur de Jack Starr


Marquez et partagez




 
   DARK SCHNEIDER

 
  N/A



- Brian Ross (chant)
- Steve Ramsey (guitare)
- Russ Tippins (guitare)
- Graeme English (basse)
- Sean Taylor (batterie)


1. Time To Die
2. Twenty Twenty Five
3. Cenotaph
4. Siege Mentality
5. Incantations
6. Testimony
7. Tears Of Blood
8. Life Sentence
9. Personal Demons
10. Another Universe



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod