Recherche avancée       Liste groupes



      
VIKING METAL  |  STUDIO

Metalhit
Lexique viking metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Bathory
 

 Site Officiel (912)

SIG:AR:TYR - Sailing The Seas Of Fate (2006)
Par VOLTHORD le 6 Septembre 2006          Consultée 4325 fois

[Un épais brouillard nocturne. Seule la pleine lune illumine encore quelques formes diffuses à travers les nuées. Un homme, seul depuis la mort de ses camarades. Ou peut être l'a-t-il toujours été, seul dans cet immense bateau dont la proue imite la tête d'un dragon, voguant sur les mers du nords, les mers du destin.]

Marin, païen affirmé..guitariste, percussioniste...poète?
Seul maître à bord, Daemonskald remplit toutes les fonctions, dans ses fictions comme dans son studio. Mais ici pas d'homme Orchestre qui entendrait faire des prouesses et tricher par-ci par-là pour se vanter ensuite d'être plus technique à lui tout seul qu'un groupe complet. La démarche est beaucoup plus personnelle, le langage, plus intimiste. Le concept est finalement très simple, très sobre: allier longs passages folk acoustiques puis partie métalliques de guitares, riffs et solos où l'habituelle batterie est remplacée tantôt par le silence du vent, tantôt par quelques percussions discrètes. Quelques nappes de claviers "vocaux" arrondissent les angles, mais le viking canadien préfère laisser libre court aux guitares plutôt que d'abuser de ce genre de sonorités qui pourraient vite tourner au ridicule. Pas de gros hurlements black, pas de chants clairs, mais une narration poétique chuchotée et aérienne, parfois un peu plus torturée sur la fin de l'album.

Le concept est plutôt original, consistant en un dialogue entre deux figures mythologiques (pourtant mineures, mais c'est là tout le charme du truc!), avec véritable démarche derrière. Pour plus de renseignements, un tour sur le site officiel est indispensable, j'ai rarement vu un musicien s'investir autant dans son concept, en expliquer chaque recoin. Quant au livret... une perle tout simplement. Les textes sont souvent appuyés par des citations de poèmes eddiques et scaldiques, ainsi que de superbes illustrations. Bref, le genre d'oeuvre où l'on a envie d'y perdre corps et âme.

L'écoute de l'album nous projette dans un ailleurs où renaissent quelques paysages froids et oniriques, marécageux ou enneigés, sentiments de tristesse, de peine ou de gloire. Quelques pensées pour le défunt Quorthon nous viennent en tête. La distorsion brumeuse évoque sans prétention ni vulgarité (ni plagiat!) des sonorités propres au seigneur BATHORY (pour sa partie moins heavy), ou d'autres groupes de black lent tel BURZUM. Les passages acoustiques évoqueront...n'importe quel album entièrement acoustique où priment des arpèges entrelacés prenants. Impossible alors de ne pas songer à des groupes tels ULVER ou EMPYRIUM qui ont tenté l'experience acoustique. Un BATHORY où la batterie est remplacé soit par les silences, soit par de discrètes (et parfois quasi inutiles) percussions, allié au EMPYRIUM de "Where At Night..", voilà qui pourrait tracer une esquisse à peu près correcte de cet album. Difficile cependant de retranscrire la particularité de l'ambiance, intimiste et unique qui l'imprègne. Car autant dire que j'ai l'impression d'avoir écrit au moins trente fois dans mes chroniques la première phrase du paragraphe, mais je ne trouve toujours pas de substitut, la sensation est différente à chaque fois, et les mots qui me viennent sont les mêmes. La musique de SIG:AR:TYR diffère de celle de ses camarades par ce souci de sobriété.

S'immerger, se confondre dans la musique, textes à l'appui, voilà quelque chose qui me manquait depuis le dernier SUMMONING (pas si lointain quand même). Sailing the seas of fate est une oeuvre passionnée respirant la fierté et l'honnêteté, provoquant un ressenti particulier. Si "Snowborn", "Verdandi" ou encore "Uld" sont tout simplement magnifiques et nous laissent entrevoir un bel avenir pour le groupe. On regrettera peut être certains passages un peu faciles et quelques longueurs.

Pour ce premier essai, Daemonskald bouscule les conventions d'un genre qui a sans cesse besoin d'un nouveau souffle. Certains verront la naissance d'un nouveau génie (d'un second Quorthon si l'on considère ce dernier comme un génie), d'autres trouveront ça mou et longuet, mais je parierais que l'avis de la plupart (en estimant qu'ils soient comme moi un minimum fan du genre) se situera un peu entre les deux.

Pas toujours d'une justesse transcendante (mais j'ai aussi un peu trop tendance à projeter mes caprices sur ce genre d'oeuvres qui me touchent personnellement ), mais franchement passionnant.

A lire aussi en VIKING METAL par VOLTHORD :


ENSIFERUM
Ensiferum (2001)
Viking metal, mode d'emploi




SORGSVART
Fortapt Fra Werden I Wakkert Selvmord (2006)
Quelque part entre viking, black et dérives folk


Marquez et partagez



Par VOLTHORD




 
   VOLTHORD

 
  N/A



- Daemonskald (tout)


1. Dreaming Of The Dawn
2. Frost On Dead Leaves
3. Under The Dragon Star
4. Snowborne
5. To Cronia
6. The Dead Giant's Tale
7. Urd
8. Verdandi
9. Skuld



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod