Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Lynyrd Skynyrd, Molly Hatchet
- Membre : Ted Nugent & The Amboy Dukes , Msg, Dokken, Rainbow, Wami
 

 Site Officiel (211)
 Myspace (204)

Ted NUGENT - Craveman (2002)
Par SHAKESBEER le 20 Septembre 2006          Consultée 5854 fois

Sept ans…cela faisait sept ans que Ted Nugent ne nous avait pas mijoté d’album studio. C’est la deuxième fois qu’il nous fait patienter une telle durée, puisque « Spirit Of The Wild » (1995) était lui-même sorti sept ans après « If You Can’t Lick’em…Lick’em » (1988). J’étais impatient de savoir de quelle façon le Nuge avait passé le cap de l’an 2000…avait-il été atteint par le bug ayant sévi au passage de cette même année ? C’est ce que nous allons déterminer…

J’aime vraiment beaucoup Ted (il fait sans aucun doute partie de mes guitaristes préférés, ça y est vous savez tout !), mais j’ose vous avouer que quand j’ai vu que « Craveman » était garni de quatorze titres (!!), j’ai eu peur de me retrouver avec un disque inégal au possible, l’Homme des bois (The Wildman, en VO) nous en ayant déjà concocté quelques uns dans le passé, comme « Scream Dream » (1980), par exemple (qui, lui, ne contenait déjà que 10 titres, alors 14, je n’osais pas imaginer !).
Eh bien non, il ne fallait pas sous-estimer la bête, car à part deux-trois titres (l’infâme « Klstrphnky » se rapprochant un peu du néo-metal (beurk), le moyen « Wang Dang Doodle », et le non-inoubliable « My Baby Likes My Butter On Her Gritz »), le reste est plutôt très bon !

On a à la fois un produit bien typique du Nuge, composé d’un bon hard-rock plutôt pêchu, couplé avec une bonne dose d’humour (plutôt orienté sexe, plus que d’habitude…mais bon c’est le Nuge, et c’est pour ce qu’il est qu’on ne peut plus se passer de lui, n’est-ce pas ?), et le jeu de guitare formidable propre à Ted, mais sonnant tout de même très moderne, notamment grâce à la production on ne peut plus heavy (le Nuge n’a jamais sonné aussi heavy !), et à certaines compos (« Klstrphnky », « Crave » par exemple). Cette production convient parfaitement à ces titres, leur conférant une grande puissance (ahhh, « Crave » est vraiment une grosse tuerie, quel riff du tonnerre !), mais par contre, je trouve que la bonne vieille production habituelle aurait mieux convenu à des titres un peu plus old-school, comme « Damned if Ya Do », par exemple…m’enfin là je pinaille au plus au point, car ces titres sont quand même rudement bien mis en valeur ainsi !

Disséminées tout au long de l’album, on retrouve quelques traces du passé discographique de Nugent : par exemple le début de « I Won’t Go Away » est exactement le même que celui de « Just What The Doctor Ordered » (album « Ted Nugent », 1975), mais aussi un passage juste avant le refrain de « Damned If Ya Do » me rappelle un peu « Satisfied » (album « State Of Shock », 1979)…Panne d’inspiration, ou bien nostalgie ? On ne peut pas vraiment savoir, mais j’opterais quand même plus pour la deuxième solution.

Les titres que je préfère en particulier sont le massif « Crave », le tonitruant « Rawdogs And Warhogs », l’excellent « Damned If Ya Do », le beaucoup plus fin et doux, voire planant « At Home There », le délirant « Change My Sex », le génial « Goin’ Down hard » et le très sympathique instrumental « Earthtones ». Mais le reste n’est pas pour autant à oublier, par exemple un titre comme « Sexpot » (je vous avais bien dit qu’il s’agissait de sexe !) est vraiment bon lui aussi. Oui, en fait, à part les trois titres médiocres mentionnés plus haut, nous n’avons affaire qu’à du ((très) très) bon !

En conclusion, je dirais que si vous aimez le hard-rock bien énergique et assez moderne, tout en étant encore un peu old-school, il y a des chances pour que ce disque vous plaise. Nous sommes ici en présence d’un Ted Nugent en pleine forme (de toute façon, vous l’avez déjà vu de mauvaise humeur, vous ?), visiblement content de jouer, et c’est le principal, puisque nous sommes nous aussi content de l’écouter ! Non, l’increvable Ted Nugent n’a absolument pas été touché par le bug…ouf !

A lire aussi en HARD ROCK par SHAKESBEER :


BLUE ÖYSTER CULT
Heaven Forbid (1998)
Hard rock




ALICE COOPER
Dada (1983)
Le chef d'oeuvre inconnu d'Alice Cooper


Marquez et partagez




 
   SHAKESBEER

 
  N/A



- Ted Nugent (guitare, chant)
- Marco Mendoza (basse, percussion, chant)
- Tommy Clufetos (batterie, percussion, chant)


1. Klstrphnky
2. Crave
3. Rawdogs And Warhogs
4. Damned If Ya Do
5. At Home There
6. Cum N Gitya Sum-o-this
7. Change My Sex
8. I Won't Go Away
9. Pussywhipped
10. Goin' Down Hard
11. Wang Dang Doodle
12. My Baby Likes My Butter On Her Gritz
13. Sexpot
14. Earthtones



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod