Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL INSTRUMENTAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Questions / Réponses (2 / 5)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Alain AimÉ , Satan Jokers
- Membre : Luca Turilli's Rhapsody

Patrick RONDAT - An Ephemeral World (2004)
Par NAUSICA75 le 22 Mars 2006          Consultée 4143 fois

Quatrième album solo du super guitariste français, Patrick Rondat, voici que sort cet album "An ephemeral world".
Son premier album solo : Just For Fun paraît dans les bacs en octobre 1989. Déjà il impose son style : heavy instrumental, et ses techniques particulières comme l'aller-retour. Très vite il va comprendre qu'il n'a pas beaucoup d'avenir en restant franco-français et dès son deuxième album (Rape Of The Earth) il se tourne vers des labels anglais qui vont le projeter sur la scène internationale, en 1991. A tel point qu'il fera la première partie d'AC DC et de Metallica pendant la tournée Monster Of Rock à Paris ! De 1993 à 95 il va ensuite travailler avec Jean Michel Jarre et les deux artistes sortent ensemble l'album Chronologie avant d'entamer une tournée mondiale.
Les années 1995 à 1998 vont représenter l'apogée de sa carrière, avec tout d'abord la sortie du célèbre album Amphibia qui comprend entre autres LA piste de Patrick Rondat : Vivaldi Tribute. L'album va connaître un succès international, surtout au Japon et en Allemagne. Patrick Rondat se lance alors dans une tournée de grande envergure avec plus de 13 dates en France ! Ce succès va le conduire à participer en 1998 au G3 (en France) aux côtés d'un certain Joe Satriani qui le qualifiera de « meilleur guitariste que je connaisse », venant de lui, quel compliment !
L'album suivant : On The Edge lui apporte à nouveau un franc succès, il y concilie jazz et heavy metal (il joue notamment aux côtés du violoniste Didier Lockwood et du très regretté Michel Petrucciani). Dans les années 2000, il noue contact avec Ian Parry du groupe Elegy et travaille sur plusieurs albums avec lui, comme le guitariste du groupe venait de partir.
Bon, après ce bref historique sur la carrière de notre guitar-heroe national, voici plus en détail la chronique de l'album qui nous intéresse tous, "An ephemeral world".

Aussi alors que l'on pouvait s'attendre comme sur la majorité des albums instrumentaux à des démonstrations techniques à n'en plus finir (seulement écoutés et appréciés par d'autres musiciens), cet album crée la bonne surprise en mettant prioritairement en avant des ambiances, des atmosphères presque progressives. Et pour arriver à ce résultat Patrick Rondat use bien évidemment de beaux passages de six cordes mais également d'un travail subtil sur les autres instruments. Voilà donc un album qui s'ancre dans la différence et c'est déjà un gros bon point. Malheureusement, si le tout s'avère très intéressant pour l'amateur de guitare pur et dur, il n'en demeure pas moins que les morceaux au final se fondent dans une masse, joliment construite, mais toujours peu accessible au novice en attente de points de repères.

Le point faible de cet opus, vient paradoxalement de sa richesse (comme souvent sur les albums instrumentaux). Oui car si cet album peut s'enorgueillir d'une richesse de composition peu commune avec des morceaux aux multiples variations de rythmes, c'est aussi cette profusion qui lui vaut de perdre l'auditeur dans un dédale de notes virevoltantes. Mes titres préférés... sans aucun doute le heavy "Donkeys island" aux allures néo-classiques, l'ethnique "Isaphan" ou encore la pièce de JS Bach "Partita n°1 in B minor for solo violin". Certainement parce qu'ils sont plus directs et ont des ambiances moins volatiles; mais croyez-moi le reste vaut également son pesant d'or... du moins pour tout gratteux qui se respecte. Attention aussi à la pièce maîtresse de 12 min alternant passage speed, prog et acoustique.... "Tethys" en passe de devenir un morceau instrumental d'anthologie. A noter à la fin de l'album la piste vidéo relatant le parcours de cet album...pour amateur curieux.
Voilà tout est dit, il ne reste plus maintenant qu'à acheter l'album (quoique moins réussi que l'excellent "Amphibia") afin de découvrir ou redécouvrir un de nos meilleurs guitaristes (qui se fait plus progressif que hard) sous ses plus beaux atours.

A lire aussi en METAL INSTRUMENTAL par NAUSICA75 :


Steve VAI
Real Illusions (2005)
Son meilleur album depuis bien longtemps ...




Jason BECKER
Perpetual Burn (1988)
Un phénomène !!!


Marquez et partagez




 
   NAUSICA75

 
  N/A



- Patrick Rondat (all guitars)
- Patrice Guers (bass)
- Dirk Bruinenberg (drums)
- Markus Teske (keyboards)


1. Welcome To The Donkeys Island
2. Donkeys Island
3. An Ephemeral World
4. Born To Buy ?
5. Tethys
6. Twilight
7. Avalonia
8. Ispahan
9. The Circle
10. 614hso
11. Partita N°1 In Bm For Solo Violin



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod