Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL INSTRUMENTAL  |  STUDIO

Commentaires (8)
Questions / Réponses (1 / 7)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Alain AimÉ , Satan Jokers
- Membre : Luca Turilli's Rhapsody

Patrick RONDAT - Amphibia (1996)
Par JULIEN le 21 Septembre 2003          Consultée 4692 fois

C'est l'histoire d'un guitariste doué qui mit ses qualités au service de Jean-Michel Jarre, enregistra un premier album "Just For Fun", puis un deuxième, histoire de quêter l'attention de quelques amateurs éclairés... mais rien de très spectaculaire, juste une bonne grosse dose de talent... prêt à éclater à la face du monde.

Et puis vint "Amphibia", et là plus personne ne put échapper à Patrick Rondat ! "Amphibia", ou la beauté aérienne d'une guitare poussée sur le fil de la mélodie qui ébranle le coeur, réveille les frissons et transporte dans les sphères de l'imagination, sans autre passeport que celui de la béatitude. C'était bon, on en tenait un, un vrai "guitar hero" français, un maestro qui eut la bonne idée de tremper sa haute et imparable technicité dans un révélateur à bévues : d'assommantes prouesses se reposant sur leur seul fard, il ne serait pas question. De dextérité mise au service d'un ego qui étend les bras pour mieux embrasser la cohorte de fidèles venue idôlatrer le seigneur du manche, nous n'en verrions pas trace. Une ligne de conduite qui confinait à la sagesse, et qui culmina avec cet "Amphibia" au faite de la musique instrumentale de qualité, avec la guitare comme seule égérie.

"Amphibia", ou les vingt huit minutes du pavé éponyme qui ouvre l'album sur une lente immersion dans le monde de Rondat, où chaque syllabe de guitare, d'une intensité qui évite l'écueil de l'agressivité, se fait bulle d'oxygène qui se supplée aux branchies. Vingt huit minutes pour s'abandonner dans une superbe errance aquatique, sans peur, sans angoisse, mais pas sans émotion forte.

"Amphibia" ou une superbe collection de six pièces pour compléter le monument précité : mélodies en cascade, somptueuses et divinement inspirées, tapant dans une gaieté jamais, oh combien jamais mièvre, mais aussi guitares qui affirment une vivacité et un caractère indéniable, déscendant dans les graves qui soulignent une ouverture d'esprit qui a su "rondatiser" les influences du Power Metal. Et je n'ai pas parlé des solos proprement dit. Mais peut-on véritablement parler de solos lorsque nous sommes assis à la table d'un banquet guitaristique aussi fin qu'opulent ? Non, bien sûr que non, car ici tout est solo, tout renvoie à la sensibilité d'un musicien doté d'une telle science de la composition que tout apparait lié, limpide, sans cassures qui égratignent l'oreille et dénoncent la maladresse, l'incurie. Chaque titre de cet "Amphibia" est une petite merveille de touché, de technicité flamboyante enflammée de feeling. De force aussi, et de beauté pour dire les choses.

"Amphibia" ou un disque touchant, souriant et profond. L'oeuvre d'un artiste qui n'oublie pas d'honorer ses influences : Vivaldi avec une superbe version du "concerto en sol Mineur L'été, 3ème mouvement " Presto"", et bien sûr Jean-Michel Jarre avec un "Equinoxe IV" qui épouse à merveille le vocabulaire éthéré, nuageux et liquide du jeu de Patrick. Rien que ça.

"Amphibia", ou un disque magnifique. Tout simplement.

A lire aussi en METAL INSTRUMENTAL par JULIEN :


CASTLEVANIA
Dracula Battle 1 (1994)
Les thèmes du jeu vidéo en version hard et metal




Joe SATRIANI
Crystal Planet (1998)
Metal instrumental


Marquez et partagez




 
   JULIEN

 
  N/A



- Patrick Rondat (guitare)
- Patrice Guers (basse)
- Tommy Aldrige (batterie)
- Phil Woindrich (claviers, piano)


1. Amphibia
2. Camouflage
3. Vivaldi Tribute
4. Dreamstreet
5. Backhand
6. Shattered Chains
7. Equinoxe Iv



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod