Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  DEMO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Ferndal
- Style + Membre : Cradle Of Filth

ANCIENT - Eerily Howling Winds (1993)
Par JULIEN le 10 Mars 2006          Consultée 1847 fois

Bien, vous savez ce qu’est un démo ? Oui, bien sûr vous le savez. Une démo, c’est généralement pas très bien enregistré. Une démo, ça propose parfois des morceaux que les groupes s’empresseront d’enterrer dans leur jardin tant leur premier enregistrement adoptera un visage différent. A contrario, une démo ça peut aussi contenir des titres que le groupe s’emploiera à ressusciter sur son premier album. Une démo, ça doit attiser la curiosité, susciter l’espoir, et démontrer à l’auditeur que la formation vaut le coup, elle qui s’échine sur du matos pourri avec le son de garage qui fait accourir les voisins accompagnés par la police. Une démo, c’est généralement difficile à trouver sauf dans les milieux spécialisés. Et le fan ayant pu dégotter l’objet ne sera pas peu fier de vous l’agiter sous le nez en arguant de sa dévotion pour un groupe suivi depuis l’âge des couches souillées…

Bref ! ANCIENT, comme tant d’autres groupes, a fait ses premiers pas en sortant une démo. Eh oui. Même qu’elle s’appelle « Eerily Howling Winds ». Récapitulons : Entre les deux options susdites, c’est la seconde qui prévaudra : les excellents "Eerily Howling Winds", "The Call Of The Absu Deep" et "Det Glemte Riket" auront droit à une seconde existence sur le premier album d’ANCIENT, j’ai nommé le grand « Svartalvheim ». Et dans des versions quasiment identiques, si l’on excepte les légères différences de "Det Glemte Riket", et quelques touches de claviers que le groupe ajoutera. Pour suivre, la démo sera affectée d’un tirage limité, et s’avère donc quasiment impossible à dégotter dans sa version originelle. Sauf si vous avez des sous. Beaucoup de sous. Et de la patience. Beaucoup de patience. Sans compter la chance ! Vous comprendrez donc qu’il sera préférable d’employer vos deniers à l’acquisition de « Svartalvheim ». Surtout que là, même pour une démo, le son est copieusement ingrat. Fluctuant. Avec du souffle. Et un gros bordel quand Grimm, le batteur-chanteur, s’attaque à ses cymbales. Du vrai travail maison, en somme !

Alors bien sûr, l’amateur de préhistoire Black que je suis vous dira que ce son généreusement pourri est généralement inaudible pour toute personne pourvue d’une oreille à peu près pure. Et l’argumentation éventée comme quoi « esprit des origines », « Black = malsain = son de garage où croupissent des cadavres de trolls », « j’emmerde le confort auditif, et pouet pouet pour les fausses notes d’abord » et autre « la cave aux araignées, pour le Black, c’est le pied », bah, vous n’y croirez pas des masses. Surtout vos oreilles d’ailleurs. Et vous me direz peut-être que je suis aussi fortement nanti de sens musical que votre grand-mère de sex appeal (comment ça, et de « godemiché à vapeur » ?). Certes. Mais moi, voyez-vous, je suis un schtroumpf noir. J’aime le Black. Et je prête un certain charme à ces enregistrements primitifs, dégoupillant leurs ravages sonores qui égratignent les tympans à force d’imperfections. « Eerily Howling Winds » m’est donc plaisant. Les morceaux sont le fief d’une inspiration sensible et d’un travail de composition assez recherché, et le son particulier de l’ANCIENT pré « The Cainain Chronicle » est déjà là. Fort. Original. Plus mélodique que celui de beaucoup d’autres, sans pour autant sortir les pattes d’un bourbier Black malséant. Et habité d’une respiration obscure trempant son âme dans un monde fantasmagorique.

Mais voilà, je le reconnais, il n’y a là pas la moindre surprise pour qui connaît « Svartalvheim ». Et du coup, seuls les amateurs d’archéologie Black scandinave des 90’s, ceux qui aiment à exhumer les démos d’EMPEROR, SATYRICON ou ENSLAVED (chroniquées également sur le site), se pourlècheront les babines à l’idée de s’imbiber d’un tel brouhaha (d'où ma note). Alors, si ce n’est pas le cas, gardez vos oreilles bien au calme. Elles vous diront merci ! Les miennes, quant à elles, conserveront à cet enregistrement une certaine tendresse. Mais elles lui préféreront toujours « Svartalvheim »...

Note : 2.5/5

A lire aussi en BLACK METAL par JULIEN :


BLUT AUS NORD
The Work Which Transforms God (2004)
Expérience Black unique

(+ 1 kro-express)



OLD MAN'S CHILD
Revelation 666 (2000)
Black metal


Marquez et partagez




 
   JULIEN

 
  N/A



- Aphazel (guitare, basse, claviers)
- Grimm (chant, batterie)


1. Eerily Howling Winds
2. The Call Of The Absu Deep
3. Det Glemte Riket



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod