Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Ferndal
- Style + Membre : Cradle Of Filth

ANCIENT - Proxima Centauri (2001)
Par JULIEN le 17 Décembre 2004          Consultée 1733 fois

Et voilà ! Après les ambiances des profondeurs distillées sur « The Halls Of Eternity », Aphazel s’attaque maintenant aux constellations ! Ce garçon semble éprouver quelque difficulté à se stabiliser, aussi bien musicalement que géographiquement (norvégien, Aphazel avait déménagé aux Etats-Unis le temps d’enregistrer deux albums, avant de revenir en Europe, en Italie cette fois, où il réside depuis). Mais le début d’un ancrage se dessinait avec ce « Proxima Centauri » assez différent de ses prédécesseurs.

S’il n’étouffe pas complètement la personnalité du groupe, il faut en effet reconnaître que ce cinquième album studio d’ANCIENT renouvelle considérablement sa texture musicale et s’éloigne du son d’origine du groupe : L’expérimental « Mad Grandiose Bloodfiends » est loin, je ne parle même pas du mystérieux « Svartalvheim », et le climat épais du pesant « The Halls Of Eternity » a disparu pour mieux accueillir la vigueur d’une consistance musicale plus Metal et aéré, plus technique aussi, où s’ébattent des guitares ayant conservé une saturation black indéniable... mais chevauchant dorénavant un esprit Heavy Thrash : les riffs Black en nappes franchement simplistes n’ont plus vraiment lieu de citer, et cèdent leur place à des attaques plus acérées, parfois plus lourdes (gros riffs et effluves lancinantes), d'autres fois plus classiquement Heavy et contondantes, avec des accalmies dressées ici ou là pour apporter un surplus de dynamique aux morceaux, qui respirent davantage. Un allègement auquel participent aussi les claviers, plus discrets, et ne venant plus qu’en support de quelques passages où les guitares donnent le ton d’un Heavy Black servi par un son de qualité et une batterie travaillée (le nouveau batteur, Grom, fait ici une belle entrée).

Ainsi fouetté par des guitares osant afficher un mordant qu’on ne leur connaissait plus, ANCIENT s’offre une petite cure de jouvence, et s’habille d’une certaine vivacité. Mais tout n’est pas parfait, et on sent bien qu’il faudra au groupe encore un peu de temps pour domestiquer son nouveau registre d’expression et y dénicher les arguments les plus probants : les riffs peinent parfois un peu à retenir l’attention, et quelques morceaux s’avèrent peu mémorables. On retiendra cependant plus particulièrement le morceau éponyme qui ouvre le disque sur une jolie touche Black percutante (avec quelques riffs orientalisants et un mini break atmosphérique), un très bon "The Witch" agréablement appuyé de claviers et habité d’intéressants riffs tournoyants, le mid-tempo entraînant "Satan’s Children" avec sa charge de riffs au léger parfum MERCUFUL FATE, ou l’enchaînement réussi entre un vivace et très efficace "On Blackest Wings" et l’original mid-tempo "Eyes Of The Dead" emmené par des riffs Metal bien balancés et des lignes de claviers simples et tout à fait plaisantes. Mais, sur la longueur, ce disque ne s’avère pas totalement convaincant, ANCIENT pêchant encore par son manque de discernement en faisant grimper le compteur jusqu’à cinquante cinq minutes, alors qu’on se serait bien contenté de dix minutes de moins, éjectant par la même quelques titres très moyens et qui s’appesantissent inutilement en ces lieux, comme un dernier titre long et moyennement marquant ou cet enchaînement malheureux entre le morceau ambiant "Audrina, My Sweet" qui plagie misérablement CRADLE OF FILTH, et un pataud "Beyond The Realms Of Insanity" étirant désagréablement sur plus de six minutes son tempo lent et des ambiances peu éloquentes...

Il me reste dès lors à noter qu’avec ce disque, ANCIENT semblait trouver, au moins pour quelque temps, un équilibre peu entrevu jusqu’ici et une direction musicale à creuser : le line-up sera maintenu pour l’enregistrement suivant, l’excellent et enfin concis « Nightvisit », sixième disque qui reprendra les éléments de « Proxima Centauri » en les magnifiant... un peu comme si cet album avait servi de brouillon à « Nightvisit ». Cela restera pour moi l’intérêt majeur de ce disque néanmoins honorable, qui aurait pu être excellent s’il n’avait pas ployé sous la charge de maladresses à mettre sur le compte d’un changement de paysage sonore et de line-up. Restent que les morceaux précités valent le détour. A vous de voir donc... Comme toujours !

A lire aussi en BLACK METAL par JULIEN :


EMPEROR
Emperial Live Ceremony (2000)
Black metal




MARDUK
La Grande Danse Macabre (2001)
Accents funèbres pour colorer ce Black impitoyable


Marquez et partagez




 
   JULIEN

 
  N/A



- Aphazel (guitare, chant, claviers)
- Jesus Christ ! (guitare)
- Dhilorz (basse)
- Grom (batterie)
- Deadly Kristin (chant féminin)


1. A Lurking Threat (intro)
2. Proxima Centauri
3. The Ancient Horadrim
4. In The Abyss Of The Cursed Souls
5. The Witch
6. Apophis
7. Satan's Children
8. Beyond The Realms Of Insanity
9. Audrina, My Sweet
10. On Blackest Wings
11. Eyes Of The Dead
12. Incarnating The Malingnant Deity



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod