Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

Commentaires (8)
Questions / Réponses (1 / 2)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Dream Theater, Dynamic Lights, Wastefall, Serdce

PAIN OF SALVATION - Be (2004)
Par FREDOUILLE le 29 Décembre 2004          Consultée 7405 fois

Voici déjà plusieurs semaines que "Be", cinquième album de PAIN OF SALVATION est dores et déjà sorti. Il est d'ordinaire déjà assez difficile de chroniquer un album de POS, tant la musique pratiquée par le groupe Suèdois sort irrémédiablement des sentiers battus. Unique, originale, il n'y a guère que la musique de WOLVERINE qui peut se vanter de s'en rapprocher actuellement.

Mais voilà, PAIN OF SALVATION nous prend quelque peu à contre pied avec ce "Be" et a vraisemblablement décidé de pousser le bouchon un petit peu plus profond. A vrai dire, ce nouvel album s'avère assez difficile à apprivoiser, tant PAIN OF SALVATION a décidé d'explorer de nouveaux horizons et de rendre sa musique quelque peu expérimentale.

"Be" est un nouveau concept album dont l'histoire repose sur des idées datant déjà de 1996. Bien entendu, c'est Daniel Gildenlow, qui a pensé, réfléchi et composé entièrement l'album - une fois de plus serai-je tenté de dire. Je ne m'étendrai pas sur le contenu de ce concept album, celui-ci étant détaillé avec précision dans le superbe livret de l'album.
A noter que pour cet album, PAIN OF SALVATION s'est adjoint les services d'un orchestre (violons, flûtes, clarinette sont au programme) lequel sévit assez subtilement tout au long de l'album, souvent avec brio ("Imago", "Pluvius Aestivus", "Diffidentia").

"Be" s'articule en 5 parties pour un total de 15 titres (au total 76 minutes!!!). Parmi ces 15 titres, riches en rebondissements, parfois déroutants, on pourra noter un (trop?) grand nombre d'interludes parlés (narrations) ou musicaux lesquels lient les morceaux les uns aux autres, mais qui ont une sérieuse tendance à ralentir l'album ("Vocari dei"). On a parfois la nette impression d'écouter une musique de film. Tant et si bien, que "Be" a un peu de mal à démarrer puisque l'on retrouve seulement la "patte" du groupe à la cinquième plage du CD ("Lilium Cruentus", premier titre réellement heavy de l'album!). Il était temps, on commençait à s'endormir!!!
Toutefois, et pour en revenir aux interludes, ceux-ci sont habilement intégrés à l'album et donnent à "Be" une atmosphère sombre, triste voire mélancolique telle que sur le lancinant "Pluvius Aestivus" qui d'ailleurs, traîne quelque peu en longueur.
Que dire également des escapades très risquées mais néanmoins très réussies du groupe dans des expérimentations de type folk médiéval (le splendide "Imago"), de type negro spiritual (sur le non moins splendide "Nauticus") ou de type musique d'église ("Omni" et les lamentations de Daniel). Il est clair que le groupe ne nous avait pas habitués à de telles surprises.

Néanmoins, on retrouve avec grand plaisir le POS que l'on connait tel que sur le très orchestral "Dea Pecuniae". Ce titre, divisé en trois parties, d'une durée de 10 minutes environ rappelle quelque peu l'époque de "One hour by the concrete lake" (notamment au début) et de "The perfect element". POS fait montre ici de tout son talent : passages bluesy et soul avec des soli plein de feeling, Daniel y chante d'ailleurs magnifiquement et des voix féminines "soul" viennent agrémenter le tout. Ce titre est un véritable régal!
On pourra également noter le très heavy et très pesant "Diffidentia" à l'introduction très Pink Floydienne (on croirait entendre le début de "High hopes") sur lequel les violons sont de sortie! Sortez les mouchoirs, car l'impression de tristesse se renforce à la fin du morceau surtout lorsque la voix de Daniel se fait plaintive.
On se délectera également de titre tel que "Nihil Morari" (qui reprend d'ailleurs la rythmique de "Deus Nova" du début de l'album), puissant à souhait et qui rappelle encore les albums que sont "One hour by the concrete lake" et "The perfect element" (même type de chant, même son de clavier). Enfin comment ne pas savourer le magnifique et ingénieux
"Martius / Nauticus II" (reprenant le thème de "Imago") et se terminant en apothéose avec ce jeu de batterie tribal. Mon morceau préféré.

Vous l'aurez compris, "Be" après un envol tardif, se termine avec plus de rythme et plus d'entrain. Entre douceur, tristesse, et sursauts rageurs, "Be" se révèle donc être un album assez déroutant au prime abord mais complètement intelligent au final. POS a pris certains risques sur cet album et risque d'en laisser plus d'un pantois.
Mais au final, et après une multitude d'écoutes, "Be" dévoile tous ses charmes et la magie opère alors. "Be" est en fait un album séduisant, riche et diversifié. POS a accompli un travail d'orfèvre sur cet album, ce qui en fait un véritable chef d'oeuvre!
POS nous démontre une nouvelle fois tout l'étendue de son unique talent. Car il faut bien le dire PAIN OF SALVATION est unique!

MAGNIFIQUE!!!!! Tout simplement!

4.5/5

A lire aussi en METAL PROG par FREDOUILLE :


VENTURIA
The New Kingdom (2006)
Une perle rare de metal progressif!




MAGELLAN
Impending Ascension (1993)
Grandiose tout simplement !


Marquez et partagez



Par RENAUD STRATO




 
   FREDOUILLE

 
   RENAUD STRATO

 
   (2 chroniques)



- Daniel Gildenlöw (guitares, chant)
- Johan Hallgren (guitares, vocaux additionnels)
- Johan Langell (batterie, vocaux additionnels)
- Kristoffer Gildenlöw (basse, vocaux additionnels)
- Fredrik Hermansson (claviers)


1. Animae Partus
2. Deus Nova
3. Imago
4. Pluvius Aestivus
5. Lilium Cruentus
6. Nauticus
7. Dea Pecuniae
8. Vocari Dei
9. Diffidentia
10. Nihil Morari
11. Latericus Valete
12. Omni
13. Iter Impius
14. Martius/nauticus Ii
15. Animal Partus Ii



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod