Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Commentaires (6)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 



UNLEASHED - Sworn Allegiance (2004)
Par POSSOPO le 11 Septembre 2004          Consultée 3193 fois

Le contraste entre enfants de même sang est parfois frappant. Nés en 1989 de la scission du culte NIHILIST, qui a posé les premières pierres de l’édifice du death metal scandinave, UNLEASHED et ENTOMBED ont connu deux trajectoires bien différentes. Le deuxième est connu de tous, il est l’auteur du magnétique Left Hand Path, a flirté puis copulé avec le hardcore et constitue pour tous le symbole du death metal suédois.
Le premier a été délaissé, oublié et tente péniblement de survivre, après avoir résisté tant bien que mal à l’effondrement médiatique du genre musical qu’il affectionne le plus, subi au milieu des années 90. Luttant aujourd’hui contre une concurrence nombreuse et affûtée, UNLEASHED ne récoltera certainement, comme fruit de ses efforts, que le respect des historiens du metal et de quelques fans à la mémoire travailleuse.

Sworn Allegiance est le petit frère de Where No Life Dwells, Shadows In The Deep, Across The Open Sea, Victory, Warrior et Hell’s Unleashed. La famille est nombreuse et chaque gamin possède les même traits spécifiques hérités de leur père, le vénérable Johnny Edlund. Ce viking pur cru possède une caractéristique inconnue des autres musiciens qui ont contribué à hisser l’étendard d’azur à la croix d’or dans le ciel musical métallique. Si GRAVE, DISMEMBER et autres SEANCE (ENTOMBED fait évidemment partie de la liste) ont adopté à leurs débuts une imagerie horrifique empruntée aux grands de Floride, UNLEASHED s’est toujours exprimé sur une thématique mythico-historique aujourd’hui chère à quantité de combos de black metal. Ce nouvel opus parle donc de drakkars, de batailles et de Valhalla. La pochette représente ce fameux marteau de Thor, pendentif habituel du blond Johnny et dont le vol par le géant Trym fait partie des contes classiques de la mythologie scandinave.

Si, textuellement, tout cela sent bon le viking metal, le canevas musical est tout autre et plonge ses racines dans un terreau death classique dont les richesses sont méthodiquement pillées depuis plus de 15 ans. Ce sol autrefois fécond s’est naturellement épuisé et même les cultivateurs les plus appliqués peinent aujourd’hui à produire des fruits réellement savoureux.
Sworn Allegiance ne mènera ainsi pas l’auditeur à une jouissance extatique. Nos papilles sont trop habituées à ce goût, légèrement affadi par le temps, pour se laisser encore transporter à des hauteurs vertigineuses.

Winterland ouvre les hostilités de la même manière que dead forever (where no life dwells étant une courte intro acoustique), the final silence et to Asgaard we fly débutaient les trois premiers opus du groupe et le voyage visite les mêmes contrées que les précédents. Mais celui qui achète un disque d’UNLEASHED sait à quoi s’attendre, il ne part pas explorer de nouveau territoires. Sworn Allegiance répond à l’espoir de ce fan peu avide de nouveauté, qui se satisfait d’un opus bâti sur un moule tout juste mis au goût du jour, et qui ne demande qu’à headbanger tranquillement en laissant ressurgir une pointe de nostalgie sympathique. Il sera rassuré quand je lui aurai annoncé qu’UNLEASHED n’a toujours pas changé de maison de disques (merci Century Media), ni de logo et distribue toujours avec la même envie ces fameux riffs thrash mid-tempo si particuliers (i bring you death).

Ce n’est pas la faute d’UNLEASHED si le death metal est un genre terriblement saturé. Ce n’est pas non plus de sa faute si le genre a évolué et que les minima pour obtenir de bonnes notes on été sensiblement relevés depuis quelques années. Ce n’est toujours pas de sa faute si beaucoup se sont lassés d’un style trop écouté. Mais le fait est là, il faudrait un exploit artistique pour noter haut un album de death old school tel que celui-là. Garantissons tout de même du plaisir aux fidèles indéfectibles du combo, le cru de l’année est, grâce à une application qu’il faut souligner, nettement meilleur que la désagréable boutanche offerte en 2002. L’exploit n’est pas au rendez-vous mais le travail est sérieux, c’est déjà très bien.

A lire aussi en DEATH METAL par POSSOPO :


CADAVER
In Pains (1992)
Death metal gris




The MONOLITH DEATHCULT
Trivmvirate (2008)
Death metal


Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
  N/A



- Johnny Hedlund (chant, basse)
- Tomas Olsson (guitare)
- Fredrik Folkare (guitare)
- Anders Schultz (batterie)


1. Winterland
2. Destruction (of The Race Of Men)
3. Only The Dead
4. The Longships Are Coming
5. Helljoy
6. Insane For Blood
7. I Bring You Death
8. Attack!
9. Ceo
10. One Night In Nazareth
11. Praised Be The Lord
12. Metalheads
13. To Miklagård
14. Long Live The Beast



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod