Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK METAL EXTREME  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Skyclad

CRUACHAN - Pagan (2004)
Par POSSOPO le 26 Juillet 2004          Consultée 3150 fois
The Middle Kingdom m’avait amusé…quelques instants. Les très nombreux et très envahissants instruments folkloriques ne satisfaisaient pas vraiment mon oreille qui avait l’impression de vagabonder au sein d’une fête foraine dont le thème serait le monde celtique. Comme je n’aime pas, mais alors pas du tout les fêtes foraines, l’album a vite été évacué de ma mémoire. Fasciné par quelques-uns des premiers disques de la bande à Martin Walkyier, je devais me rendre à l’évidence, CRUACHAN n’est pas SKYCLAD et redoutant un nouveau et peu digeste patchwork gaélique, j’ai soigneusement évité de poser une oreille sur Folk-Lore.

Pourtant, je me retrouve aujourd’hui de nouveau nez à nez avec le quartette. Je crierai toute mon existence que seule la musique compte sur un disque et qu’uniquement les plus sombres idiots peuvent se laisser berner par un visuel attrayant. La pochette de John Lowe, illustrateur depuis longtemps reconnu et passé au statut de quasi-vedette des médias depuis qu’un certain réalisateur néo-zélandais au physique inutile lui a demandé de travailler avec son collègue Alan Lee afin de l’aider à adapter au cinéma un obscure ouvrage de science-fiction médiévale, écrit dans une prose pesante, ne m’a donc pas le moins du monde émoustillé.

Le titre de ce disque, le douloureux et trop lourd de sens Pagan, ne m’a pas plus intrigué, vacciné que je suis de ces tentatives de reconnaissance au travers d’une image devenue poncif, lieu commun pénible, presque affligeant. J’ai même évité de lire la tracklist et notamment ce premier titre, Michael Collins, du nom d’une icône de l’indépendance irlandaise, dont le thème devrait, selon les apparences, devenir un passeport pour l’authenticité et la respectabilité. J’admets alors que la raison qui a prévalu à mon choix de poser mes deux esgourdes sur cette galette, est le simple accident, le pur hasard.

Lorsque que j’annonçais que CRUACHAN n’était pas SKYCLAD, beaucoup ont senti poindre une once de dédain, au mieux un certain regret. Ils avaient raison et ont désormais tort. Oui, je désirais, en découvrant ce groupe, retrouver l’atmosphère thrash rouillée de The Wayward Sons Of Mother Earth et A Burnt Offering For The Bone Idol. Ce qui m’importunait était autant cette voix féminine que je raillais bêtement que la multiplicité des sons produits par cornemuses, batterie, claviers, flûtes, guitares et tous leurs amis. La pochette niaise achevait de nourrir ma faim d’à priori.

Mea culpa, CRUACHAN n’est pas SKYCLAD mais il ne lui est en aucun cas inférieur. Plus varié, jouant mieux encore la carte celtique (ce qui tombe sous le sens lorsqu’on sait que SKYCLAD est anglais et cette troupe auteur de Pagan de pure souche irlandaise). Le groupe revendique ses origines, sait de quoi il parle (il suffit pour s’en convaincre de zieuter les livrets très informatifs des albums) et sait alterner les ambiances de manière bien plus intelligente que ce qu’une écoute trop rapide de The Middle Kingdom m’a fait croire.

Trois types de morceaux constituent cet ensemble bigarré. Les titres non-metal et folkloriques (march to cluain tairbh, lament for the wild geese, summoning of the sidhe) permettent de reprendre une respiration souhaitable entre les brûlots vengeurs mâtinés de black (pagan, viking slayer ou comment intelligemment inverser les rôles sous un prétexte historique, the fall of gondolin) et des comptines plus difficiles à labelliser, nourries de la voix de Karen Gilligan, de violons ondoyants, et de riffs heavy.
Tout le monde n’appréciera pas cet amalgame étonnant, cette versatilité déroutante. Tout le monde ne se satisfera pas de quelques mélodies trop légères. Tout le monde ne se délectera pas de cette énième version de some say the devil is dead, classique irlandais au climat de pub enfumé. Je ne saurais les blâmer. Il y aura aussi ceux qui maudiront une production au clinquant insuffisant, et qui ne comprendront jamais les esthétiques rustiques. Ceux-là ne gagneront pas ma compréhension.

Que le résultat de l’écoute de Pagan se solde par une nausée causée par ce submergeant folklore ou que le charme irlandais opère instantanément, la musique de CRUACHAN (qui n’est pas SKYCLAD, il est important de le souligner) reste une expérience à essayer.




Marquez et partagez






 
   POSSOPO

 
  N/A



- Karen Gilligan (chant, percussions)
- Keith Fay (chant, guitare, claviers)
- John Clohessy (basse)
- Joe Farrell (batterie, percussions)


1. Michael Collins
2. Pagan
3. Gael
4. Ard Rí Na Heireann
5. March To Cluain Tairbh
6. Viking Slayer
7. 1014 A. D.
8. Some Say The Devil Is Dead
9. Summoning Of The Sídhe
10. Thousand Years
11. Lament For The Wild Geese
12. Erinsong
13. 1014 A. D.
14. Fall Of Gondolin



             



1999 - 2014 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod