Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  E.P

Commentaires (1)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Style : Khonsu, Irreversible Mechanism, Orakle
- Membre : Thorns, Peccatum, Vond, Thou Shalt Suffer, Enslaved
- Style + Membre : Ihsahn, Thorns Vs Emperor

EMPEROR - As The Shadows Rise (1993)
Par JULIEN le 3 Septembre 2004          Consultée 4427 fois

On le sait, les musiciens d’EMPEROR, dans leur folle jeunesse de blackeux, en ont fait des vertes et des pas mûres. De l’Inner Circle jusqu’aux incarcérations de ses membres (Ihsahn excepté) en passant par diverses interviews que le groupe considère avec un sourire aujourd’hui, EMPEROR n’a pas toujours oeuvré dans la plus grande nuance. Et cet extrêmisme était des plus palpable sur la démo « Wrath Of The Tyrant » : Ultra crue, mal jouée, émaillée de vocaux franchement atroces et comiques... un vrai petit chef d’œuvre de second degré qui aspirait pourtant à impressionner durablement. Raté ! Et la deuxième et éponyme démo du groupe ? Elle marquait, elle, une étape importante en introduisant les claviers dans un black encore primitif mais déjà mieux interprété, le groupe ayant eu la bonne idée de remettre leurs instruments à l’endroit tout en bottant les fesses de Samoth pour qu’il lâche ses baguettes (il faudra que je soumette cette chorégraphie aux mecs de la Star Ac’, elle tue sa mémé), et les confie au dénommé Faust, batteur un peu halluciné mais plus apte à tenir le rythme que le (désormais) guitariste au nom de fromage. Et puis vint « As The Shadows Rise ».

En fait de démo, il s’agit plutôt d’une ultime parution proposée par EMPEROR peu de temps avant la sortie de son premier véritable album. Une partition en trois étapes, qui consolide les acquis de « Emperor » sans pour autant s’en affranchir fondamentalement : Le son bien crade est encore de la partie, avec cet espèce de grésillement fantômatique des guitares, une batterie pas très propre, et la voix caricaturale d’Ihsahn qui ne ménage pas sa peine pour emporter le concours de celui qui imitera le mieux le cri de la gargouille musquée du troisième étage, aile sud, du château de Vlad Tepes. En outre, les claviers ont encore gagné en emphase ici, nimbant les trois titres d’une ambiance à la fois atmosphérique et morbide. Dans ces nouvelles versions, ces trois titres tous issus de « Wrath Of The Tyrant » s’offrent une modeste mais belle robe symphonique, et laissent à nouveau entrevoir le potentiel cendrillonnesque esquissé avec « Emperor », sans pour autant susciter mille remous intraitables.

En réalité, ce qui demeurera pour moi l’élément le marquant de ce Ep, n’en déplaise à ceux qui ne jurent que par ces débuts encore brouillons, c’est le fossé qui le sépare de « In the Nightside Eclipse »... A croire qu’à force de compulser les grimoires de mère grand et d’invoquer le démon, EMPEROR a bien fini par trouver la bonne formule. Et il faut croire que celui-ci est plutôt bien disposé à l’égard des peinturlurés : « As The Shadows Rise » est, certes, un bel enregistrement de Black Metal atmosphérique à tendance symphonique et aux teintes parfois mélancoliques ("The Ancient Queen"), avec ce petit côté Underground plein d'ambiances charbonneuses ("Witches Sabbath" et ses accalmies fortes en émotions)... mais celui qui arguait qu'à ce brouillon de dix minutes succéderait quelques mois plus tard l’inénarrable majesté de l’immortel « In The Nightside Eclipse », celui-là n’aurait pas manqué de gagner un aller simple pour le bûcher d’où s’élevaient les hurlements des hérétiques et autres adorateurs du démon, il y a de cela quelques centaines d’années. Car pour rendre compte de cette progression étonnante, il faut bien supputer... et j'en suis persuadé (attention : allégorie ! n'allez pas me prendre pour un illuminé) : EMPEROR a vu la bête, hérité de ses forces titanesques, et pris son envol pour s’en aller se percher là haut, dans le ciel lourd du Black. Et personne ne viendrait jamais l’en déloger.

A lire aussi en BLACK METAL par JULIEN :


CHILDREN OF BODOM
Are You Dead Yet ? (2005)
évolution dans la continuité pour ce très bon crû

(+ 2 kros-express)



MARDUK
Fuck Me Jesus (1991)
Singulier coït pour naissance d'un géant du Black


Marquez et partagez




 
   JULIEN

 
  N/A



- Ihsahn (chant, guitare, claviers)
- Samoth (guitare)
- Mortiis (basse)
- Faust (batterie)


1. The Ancient Queen
2. Witches Sabbath
3. Lord Of The Storms



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod