Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH MELODIQUE  |  COFFRET

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Ce Coffret
 


 

- Membre : Hellfest Open Air Edition

MISANTHROPE - Recueil D'ecueils (2000)
Par JULIEN le 3 Août 2004          Consultée 4263 fois

Lorsqu’un groupe français à forte réputation, honoré d’un statut culte, cherche à fêter ses dix ans tout en témoignant de sa reconnaissance à son public dévoué et fidèle, ça nous donne un beau coffret très limité... Joliment intitulé « Recueil D’écueils », ce présent de MISANTHROPE adressé à son auditoire en l’an 2000 se présente sous la forme d’un package abritant un luxueux livret de 110 pages et un digipack garni de pas moins de trois disques : Une collection d’inédits, un Live ultra cru et enfin l’album « Libertine Humiliations » paru en 1998.

Assurément le plus intéressant des trois disques, le recueil d’inédits se nomme « Oeuvres Interdites » et rassemble en son sein pas moins de treize compositions inédites ou rares qui nous parlent de ce Death original, alambiqué et orchestral. Un ensemble assez hétéroclite, où la qualité cotoie le moins inspiré, le tout restant globalement de fort bonne tenue. Du côté de l’excellence, je rangerais bien volontiers le complexe et très bon "Le Lanceur D’âmes" (que l’on retrouverait dans une version un peu retouchée et anglicisée sur « Misanthrope Immortel » avec "The Soul Thrower"), l’inédit "Impermanence & Illumination" (session de « Visionnaire »), le génial "La Druidesse Du Gévaudan", un titre court et ultra accrocheur (déjà disponible sur « The Holy Bible Volume III »), avec ses solos de piano jazz et de basse slappée (Jean-Jacques Moréac reste une figure de la basse dans le monde du Metal), sans oublier la version allongée, et en français, du morceau culte de MISANTHROPE, à savoir "Le Roman Noir", qui apparaisait en allemand sur le très bon « 1666... Theatre Bizarre ». On appréciera également, avec une mention « plutôt pas mal » à la clé, la nouvelle version de "Courtisane Syphilitique" (un morceau marquant de « 1666... Theatre Bizarre » qui voit ici une certaine ambiance menaçante se substituer à la saveur plus capiteuse de l’originale) ainsi que les curiosités que sont "Movements For Hypochondriac Basses & Libertines Tempos" (instrumental à la "Anesthesia", intégralement joué à la basse par Jean-Jacques), "L’Ecume Des Solos" (version instrumentale d’un des titres phares de « Libertine Humiliations », agrémentée de nombreux solos), la version de "At 666 Days" (également extrait de « Libertine Humiliations » et déjà disponible sur « The Holy Bible Volume III ») avec Spiros de SEPTIC FLESH pour partager les vocaux avec SAS De L’Argilière (sic). Enfin, notons un autre inédit dénommé "L’Envol" - assez intéressant de par son ambiance oppressante et lourde, malheureusement gâtée par un refrain un peu poussif et trop répété – et une double reprise de PARADISE LOST, MISANTHROPE insérant des passages de "Shattered" au milieu de leur relecture en français du douloureux "Forever Failure" (une greffe réussie déjà disponible sur le tribute « As We Die For... PARADISE LOST »). Et on en termine avec une version live de "L’Erotique Courtoise" (passable) et deux courtes piécettes sans grand intérêt : La plage instrumentale qui ouvrait les concerts de MISANTHROPE ("Ouverture D’Avant Scène") et le poème "Les Litanies De Satan" de Charles Baudelaire, déclamé sur fond d'arrangements par un SAS un peu outrancier... Des moments à oublier, qui ne nous empêchent pas d’apprécier comme il se doit cette galette, dont on regrettera simplement qu’elle ne contienne pas que de réels inédits... Exigence quand tu nous tiens !

Pour suivre, MISANTHROPE nous invite à découvrir, avec son « Live Bootleg », l’ambiance de communion d’un concert en sa noble compagnie, directement capté depuis la fosse sur la tournée suivant la sortie de l’excellent « Libertine Humiliations » : Non masterisées et non mixées, les cinquante trois minutes de ce « Live Botleg » sonnent en effet de manière crue pour le moins, et se veulent ainsi un reflet pur de ce que peut donner le Death complexe de MISANTHROPE sur une scène française... La set list est en béton, le groupe est plutôt en forme et le public totalement déchaîné, répondant comme un seul homme à un SAS en maître de cérémonie harangueur de foule... On en finit même par s’habituer à l’inconfort auditif généré par l’âpreté de l’enregistrement et, dès lors nous est-il permis d’apprécier comme il se doit une performance scénique authentique et vraie, qui ne camoufle en rien les erreurs et égarements inévitables du Live... Une démarche assez courageuse en vérité que de présenter ce côté là du groupe, tant la musique de MISANTHROPE peut pâtir de l’incurie. Mais le résultat, à défaut d’être transcendant, est des plus honorables.

Pour terminer, le troisième disque ne présente malheureusement aucune nouveauté. Comment pourrait-il en être autrement, puisqu’il s’agit tout simplement de l’album « Libertine Humiliations » ! Un album que je vous invite à découvrir via ma propre chronique (un peu de pub ne fait pas de mal), lisible sur le site ! Paresseux ? Oui, c’est vrai ! Mais bon, comme je ne suis pas un affreux jojo, je vous en dirais tout de même quelques mots : Faisant suite au monumental et excellent « Visonnaire » qui dévoilait un MISANTHROPE plus structuré, riche et orchestral que par le passé, « Libertine Humiliations » se caractérisait lui par une suite de compositions plus courtes et directes, dégagées des ornementations poussées et parfois saugrenues qui soulignaient les précédentes réalisations de MISANTHROPE. Une excellente galette, moins folle et plus accessible à un large public avec son petit côté Death suédois, chaudement recommandée en tout cas.

On s’en aperçoit, je le pense, au crépuscule de cette longue chronique : Avec ce coffret seulement tiré à 1793 exemplaires, MISANTHROPE a délivré à son public une oeuvre de qualité et qui met en valeur toutes ses qualités : L’efficacité avec « Libertine Humiliations », les multiples facettes de son inspiration audacieuse avec « Œuvres Interdites », la brutalité de ses manifestations en public avec un Live sans retouches... Un bien bel objet donc que ce « Recueil D’Ecueils », indispensable aux fans (s’ils parviennent encore à le dénicher), et auquel il manque juste un parfum d’inédit plus marqué pour grapiller une cinquième étoile.

A lire aussi en DEATH MELODIQUE par JULIEN :


DISILLUSION
Back To Times Of Splendor (2004)
Death mélodique supérieur... Du grand art !




DARK TRANQUILLITY
Of Chaos And Eternal Night (1995)
Death melodique


Marquez et partagez




 
   JULIEN

 
  N/A



- S.a.s. De L'argilière (chant)
- Jean-jacques Moréac (basse, claviers)
- Jean-baptiste Boitel (guitare, claviers)
- Frantz-xavier Boscher (guitare)
- Alexis Phélipot (batterie)
- Bénédicte Archipiade Albhanac (claviers)
- Sergio Gruz (claviers)


1. Œuvres Interdites
2. Le Lanceur D’ames
3. L’envol
4. Courtisane Syphilitique 2000
5. Impermanence & Illumination
6. Les Litanies De Satan
7. La Druidesse Du Gévaudan
8. L’ecume Des Solos
9. L’erotique Courtoise
10. At 666 Days
11. Forever « Shattered » Failure
12. Movements For Hypochondriac Basses & Lib
13. Le Roman Noir
14. Ouverture D’avant Scène

1. Live Bootleg
2. Futile Future
3. Total Eclipse Chaos
4. L’ecume Des Chouans
5. 1666… Theatre Bizarre
6. Encore
7. Misanthrope Necromancer
8. Bâtisseur De Cathédrales
9. Humiliation Libertines
10. Le Roman Noir

1. Libertine Humiliations
2. Misanthrope Necromancer
3. Matador De L’extrême
4. At 666 Days
5. L’ecume Des Chouans
6. Total Eclipse Chaos
7. Sous L’eclat Blanc Du Nouveau Millénaire
8. Crisis Of Soul
9. Combattant Sans Sépulture
10. Antiquary To Mediocrity
11. Humiliation Libertines



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod