Recherche avancée       Liste groupes



      
GRUNGE BIEN CRADO  |  STUDIO

Commentaires (20)
Questions / Réponses (1 / 3)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1989 Bleach
1991 Nevermind
1992 Incesticide
1993 In Utero
1994 Mtv Unplugged In New Yor...
2009 Live At Reading
 

- Membre : Foo Fighters
 

 Site Officiel (229)

NIRVANA - In Utero (1993)
Par POSSOPO le 2 Avril 2004          Consultée 15247 fois

La révolution est terminée et le pouvoir a changé de mains. Il est désormais temps de consolider des bases encore fragiles et la responsabilité en revient aux premiers jacobins. Kurt Cobain, Krist Novoselic et Dave Grohl ont, par leurs discours d’un ton nouveau influencé par les précurseurs PIXIES, KILLING JOKE et autres séditieux, rallié à leur cause des millions d’adeptes. Libérés des chaînes concrétisées par des règles morales absurdes, ceux qui n’ont jamais pas pu se résoudre à la séparation des deux pouvoirs, metal et rock, ont trouvé les plus grands des porte-parole. Deux ans ont passé depuis la déflagration "Nevermind" et les nouveaux dirigeants des charts internationaux sont déjà ébranlés par des orateurs au verbe fort venant des mêmes contrées. PEARL JAM est le premier de ces factieux déjà arrivés aux portes d’un pouvoir aux assises encore fragiles. "In Utero" doit montrer à tous que ce gouvernement de mal vêtus est capable de durer et possède des reins suffisamment solides pour éviter le retour de la royauté glam. Il doit aussi asseoir la position de leader de NIRVANA au sein de son propre parti, face à des prétendants dangereux.

La rumeur a couru que Geffen aurait demandé au trio de revoir sa copie juste après avoir écouté un florilège de chansons censées figurer sur le successeur du multi platine "Nevermind". Si celle-ci s’avérait basée sur une certaine réalité, je dirais que le premier brouillon devait être sacrément sale vu l’aspect désordonné du résultat final.

Voilà d’ailleurs bien la première caractéristique de ce disque difficile. Ce troisième album est aussi rugueux et crasseux que le deuxième était poli et verni. L’aspect noisy de "Bleach" est retrouvé pour le plus grand bonheur des fans de la première heure et sous le regard circonspect des retardataires.
La courte intro superbement dissonante de "Serve The Servants" atteste de cette volonté délibérée de jouer à rebrousse-poil. Les compositions sont également moins évidentes, jouant perpétuellement sur ce côté garage qui ne fut certainement pas la meilleure des surprises pour une maison de disques consciente que cette galette rebutera plus d’un converti à "Nevermind". "Scentless Apprentice" et "Milk" ne sont que deux exemples musicaux de l’abrasivité de la galette. Certes, "Rape Me" réutilise la suite d’accord qui a permis au groupe de grimper les monts de la popularité avec un piolet dénommé "Smells Like Teen Spirit" mais les paroles provocantes en disent long sur la noirceur qui imprègne chacune des pores de l’opus au point de gêner la respiration de l’auditeur habitué à une plus grande aisance d’écoute. La dernière illustration de mon propos est "Francis Farmer Will Have Her Revenge On Seattle", morceau pop, mélodique mais à la production malpropre et dont le refrain «I miss the comfort in being sad» met un nouvel accent sur l’attitude de Kurt Cobain et de ses deux sbires, de leur amour de la douleur et de leur rejet d’une gloire mille fois méritée compte tenu du talent d’écriture du blondinet dépressif.

"In Utero" est un suicide commercial réussi, qui n’empêchera pourtant pas l’opus de se vendre par pelletées, cependant trop peu volumineuses pour pleinement satisfaire Geffen qui voit d’un très mauvais œil d’autres artistes étiquetés grunge faire de l’ombre à son poulain.

NIRVANA ne connaîtra pas le sort de Robespierre mais il doit, en cet an de semi disgrâce 1993, composer avec d’autres aux idées qui soulèvent encore davantage les foules. "In Utero" est moins compris que "Dirt" et moins rassembleur que "Vs". Le pouvoir devient donc polycéphale et le trio par qui tout a commencé n’est plus que l’un des membres d’une chambre qui voit chaque jour le nombre de ses sièges s’accroître. La différence avec Robespierre, vous l’aurez compris, est que NIRVANA se fout de ce pouvoir qui lui collait finalement très mal à la peau.

A lire aussi en GRUNGE par POSSOPO :


NIRVANA
Live At Reading (2009)
Ze live légendaire of Ze Nirvana




SOUNDGARDEN
Down On The Upside (1996)
Grunge bien crado


Marquez et partagez



Par STEF




 
   POSSOPO

 
   FENRYL
   T-RAY
   THE MARGINAL

 
   (4 chroniques)



- Kurt Cobain (chant, guitare)
- Krist Novoselic (basse)
- Dave Grohl (batterie, chant)


1. Serve The Servants
2. Scentless Apprentice
3. Heart-shaped Box
4. Rape Me
5. Frances Farmer Will Have Her Revenge On
6. Dumb
7. Very Ape
8. Milk It
9. Pennyroyal Tea
10. Radio Friendly Unit Shifter
11. Tourette's
12. All Apologies



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod