Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  E.P

Commentaires (10)
Questions / Réponses (1 / 4)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Membre : Fate, The Night Flight Orchestra , Illwill
- Style + Membre : King Diamond
 

 Site Officiel De King Diamond (331)
 Myspace (271)
 Chaîne Youtube De King Diamond (294)

MERCYFUL FATE - Mercyful Fate (1982)
Par JULIEN le 11 Janvier 2006          Consultée 8608 fois

Il est des formations qui ont acquis un mystérieux statut, celui de « groupe culte ». Une dénomination sous laquelle l’on rassemble généralement les créateurs ayant exercé une influence déterminante sur le monde du Metal, sans pour autant connaître de succès débordant. Alors imaginez ce que peut être un enregistrement culte de groupe culte ! Eh bien, ce « Mercyful Fate » est de ceux là.

MERCYFUL FATE, en provenance du Danemark, a débarqué au début des années 80 avec tout un cortège tant visuel que musical qui marquerait au fer rouge un genre musical en plein bouillonnement. Armé d’instrumentistes aussi jeunes que doués et d’un vocaliste légendaire, le grand King Diamond, MERCYFUL FATE avait tout pour installer durablement sa prestance altière à la table des seigneurs européens, où s’accoudaient essentiellement les hordes anglaises et allemandes. Alors, faut-il évoquer la voix caractéristique de King, aussi franchement abhorrée qu’adulée ? Serait-ce les constructions alambiquées et généreuses de MERCYFUL FATE ? Était-ce la pure infortune d’un split intervenant précocement, juste après la sortie de deux albums incontournables ? Toujours est-il que MERCYFUL FATE n’a pas recueilli un succès à la hauteur de sa contribution à l’univers Metal (demandez un peu ce que METALLICA en pense, ou bien consultez le nombre de groupes prestigieux rendant hommage au groupe sur le tribute de 1997).

De fait, comment ne pas pester contre les railleries d’un sort inique, après écoute de ce fameux premier Ep de MERCYFUL FATE, à la pochette assez osée pour l’époque ! En quatre titres magistraux, les cinq danois se façonnaient un univers Heavy Metal aux sonorités chargées d’un héritage Hard Rock, tissant sa matière brûlante et tout en feeling sournois autour d’une ossature complexe assez inédite. Une musique faite de changements de rythmes suffisamment fréquents pour épater ceux d’entre les auditeurs qui se lassent des schémas trop classiques et basiques. Parallèlement, les deux bretteurs de haute volée que sont Hank Shermann et Michael Denner s’en donnaient à cœur joie, en alignant moult solos spontanés stupéfiants. Une urgence à mettre sur le compte d’un enregistrement précipité et périlleux (deux jours de studio), faute de larges moyens. Alors ajoutez-y le jeu de batterie remarquable et personnel de Kim Ruzz, et les vocalises hallucinées de King, partagées entre envolées aiguës théâtrales, chant clair plus grave et frissonnant de douleur, et esquisses d'agression... et vous obteniez un faciès musical à l’empreinte inimitable. Et presque jamais imitée.

Quatre titres et vingt deux minutes donc pour écrire les premières pages d’une histoire qui, deux ans plus tard, viendrait à trébucher sur le split fauchant une carrière des plus prometteuses. Quatre titres où les tempos passent allégrement de la cavalcade au martèlement, du groove intraitable à la rythmique filant bon train, où le solos se disputent la palme du brio, où les structures nous réservent souvent des rebondissements comme seul le Metal des 80’s savait nous en gratifier selon moi, tout en les épiçant de folie. Quatre titres aujourd’hui cultes et qui demeurent source d’inspiration et d’admiration pour nombre de groupes de par le monde. En quelques mots, et pour ce qui me concerne : quatre titres tout simplement indispensables. Et un morceau d’histoire du Metal.

A lire aussi en HEAVY METAL par JULIEN :


IRON MAIDEN
The First Ten Years #2 (1990)
Heavy metal




MANOWAR
Hell On Earth Part Iii (2003)
Heavy metal


Marquez et partagez




 
   JULIEN

 
   AAARGH
   DARK SCHNEIDER

 
   (3 chroniques)



- King Diamond (chant)
- Hank Shermann (guitare)
- Michael Denner (guitare)
- Timi Grabber (basse)
- Kim Ruzz (batterie)


1. Doomed By The Living Dead
2. A Corpse Without Soul
3. Nuns Have No Fun
4. Devil Eyes



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod