Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD FM / A.O.R   |  STUDIO

Commentaires (7)
Questions / Réponses (1 / 3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Bon Jovi, Hotcakes, Steel Panther, Reckless Love, CrashdÏet, Tigertailz, Shameless, Kiss, MÖtley CrÜe, Enuff Z' Nuff, Faster Pussycat
- Membre : Forty Deuce, Blues Saraceno , Richie Kotzen , Over The Edge, The Winery Dogs
- Style + Membre : Bret Michaels

POISON - Open Up And Say ... Ahh ! (1988)
Par MULKONTHEBEACH le 9 Avril 2014          Consultée 2752 fois

Ahh cet album… Eté 1989, dans le jardin de mon Val d’Oise natal, je me prélasse au soleil sur un transat. Dans mon walkman tout neuf auto-reverse dont j’ai fait l’acquisition il y a peu, j’écoute POISON.

Pour le jeune homme de 17 ans que j’étais (snif !), quelle révélation…
La Californie est à portée de main, et d’un air décidé, j’enfourche mon MX 30 customisé avec cette précieuse musique dans mes oreilles, en traversant de long en large ma petite bourgade tranquille en espérant trouver des groupies bienveillantes à mon égard…

Bien évidemment je n’en ai pas croisé la queue d’une… Il faut dire qu’à l’époque, je ressemblais à un grand freluquet blondinet dépourvu de muscles et de conversation.
Toutefois, ce "Open Up And Say... Ahh!" me donnait l’impression d'être sur « Sunset Boulevard » avec cocktails et fans à gogo…

Les rêveries d’un adolescent, alors inconscient de sa condition de petit français lambda.
Toujours est t’il que ce disque m’a profondément marqué, et a, dans une certaine mesure, défini mes goûts musicaux, dans le sens général du terme.

Qui plus est, j’ai rencontré mes idoles lors d’une séance de dédicaces organisée au fameux Virgin Megastore des Champs-Elysées pour leur album suivant, à l’été 1990.
Inutile de vous préciser que je n’en menais pas large… Photos tolérées avec le groupe, poignées de mains, quelques échanges verbaux, c’en était fini ! j’étais rallié corps et âmes à la cause des glammers… Ma vie a changé à ce moment précis.

Oui, je sais, il va bien falloir que je parle de la musique, hummm, bon, ok !

Comment vous dire avec des mots simples de ce qu’il en est ? Ben il en résulte un Glam Us de bonne facture, tout à fait inscrit dans la pèriode d’alors.

Opportunistes les POISON ? je ne dirais pas ça non, plutôt à l’aise dans le style pratiqué. De toute façon, s’il n’y avait pas de passion, cela se serait senti vite fait bien fait… Combien de groupes de seconde zone ont essayé de reproduire la formule magique de nos quatre Californiens d’adoption sans rapporter un oscar ? ils sont nombreux et ils ne méritent probablement pas qu’on les cite.

La vérité à mon humble avis est que les gars de POISON ont bénéficié d’un contexte favorable à leur musique, et qu’ils ont dénoté de leurs confrères de par leurs personnalités atypiques, et aussi, il faut le souligner, de par la plastique irréprochable de leur chanteur Bret Michaels.

La production, bien lissée au peigne avec les rainures est parfaite, orchestrée par Tom Werman, responsable de trois méfaits du sulfureux MÖTLEY CRÜE. Sans pellicule aucune, celle-ci apporte un plus à la musique qui ne demandait que ça ! L’après-shampoing idéal avec soin et brushing à la clé !

Bah, la musique est ce qu’elle est, du Hair Metal comme ils disent, oui mais pas à la sauce SLAUGHTER, mon Dieu quelle horreur, non, du premier choix, de la vache limousine, quand bien même je ne mange pas de viande… Le must du must, là ou le CRÜE déverse ses lyrics de dépravés, POISON y va de sa bonne humeur, "Nothin’ But A Good Time", ou bien "Love On The Rocks", bon sang que ça fait du bien…

C’est simple, en écoutant cet album, on ne pense à rien, si ce n’est à des cocotiers, un soleil de plomb, et des bimbos à la chaîne… Mesdemoiselles, Mesdames, pardonnez-moi à l’avance, il ne s’agit en aucun cas de sexisme ici, mais d’un rêve lointain où les choses paraissaient bien plus simples qu’à l’heure où nous nous parlons, et il est tard je peux vous le dire…

On est franc ici alors voilà : Bret a une voix de mannequin, CC joue de la guitare comme il peut, et Bobby fracasse sa basse comme sur le premier album, oui mais… parce que oui mais, Rocky lance ses roquettes, comme sur "Fallen Angel", avec brio…

De musiciens, somme toute assez médiocres, découle un cri d’urgence : on veut du fun, bordel, du fun, on écrit des hymnes, on est là au bon moment alors on en profite !
C’est le 14 juillet, on sabre la veuve Clicquot, et on décharge tout…

Si en plus on a droit au quart d’heure américain, chips et coca offerts avec cette surprenante et sincère complainte amoureuse qu’est "Every Rose Has It’s Thorn", on a tout gagné…

Ouais ouais je sais bien… Il s’agit de chroniquer un album qui a façonné notre culture musicale, notre manière de voir la vie, tout en n'en retirant que sa substance musicale.
Mouais, qui est capable de ça ? Vous ? Allez dites-moi…

Vous commencez à me connaître, et vous savez bien que pour moi, l’intention prime toujours sur le rendu. Et se défaire d’un album qui fait remonter à la surface moult souvenirs personnels est de surcroît, difficile à noter.

Cependant, dans un souci de bien faire, ma note sera de 3/5, d’un point de vue strictement musical…

De toute façon, je suis allé 5 mois en Californie en 2000 et mon rêve d’adolescent s’est alors brisé… Vie de merde !

Quoi qu’il en soit, j’ai toujours mon poste à K7 dans ma voiture, je suis old-school, j’y peux rien ! Et pour ceux qui me rient au nez… Je vais aller pisser dans le jardin, ça c’est de la rébellion !!!

A lire aussi en HARD FM / A.O.R par MULKONTHEBEACH :


SURVIVOR
Eye Of The Tiger (1982)
Le futur du passé du présent, et merde ! Écoutez!

(+ 1 kro-express)



WHITE LION
Pride (1987)
Le Lion Blanc devient plus gourmet avec l'âge


Marquez et partagez




 
   MULKONTHEBEACH

 
   ALANKAZAME
   HARDMAN

 
   (3 chroniques)



- Bret Michaels (chant, harmonica)
- C.c. Deville (guitare)
- Bobby Dall (basse)
- Rikki Rockett (batterie)


1. Love On The Rocks
2. Nothin' But A Good Time
3. Back To The Rocking Horse
4. Good Love
5. Tearin' Down The Walls
6. Look But You Can't Touch
7. Fallen Angel
8. Every Rose Has Its Thorn
9. Your Mama Don't Dance
10. Bad To Be Good



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod