Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD FM / A.O.R   |  STUDIO

Commentaires (5)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Bon Jovi, Hotcakes, Steel Panther, Reckless Love, CrashdÏet, Tigertailz, Shameless, Kiss, MÖtley CrÜe, Enuff Z' Nuff, Faster Pussycat
- Membre : Forty Deuce, Blues Saraceno , Richie Kotzen , Over The Edge, The Winery Dogs
- Style + Membre : Bret Michaels

POISON - Native Tongue (1993)
Par THE MARGINAL le 1er Février 2003          Consultée 7186 fois

"Native tongue" est le 1er album de Poison sans son guitariste C.C.Deville, à l'époque en proie à des problèmes de drogues. C'est Ritchie Kotzen, guitar-hero de son état, qui est recruté pour le remplacer.

Et ce changement de line-up se ressent dans la musique, voire l'identité de Poison. Car s'il n'y avait pas la voix de Bret Michaels, identifiable entre mille, on jurerait qu'il s'agit d'un autre groupe. En effet, sur "Native tongue", la musique tendrait à se rapprocher davantage de ce que font Mr. Big, Van Halen, voire Whitesnake(période 70's). Poison a nettement renforcé le côté hard-bluesy qui était déjà apparu sur "Flesh&Blood" 3 ans plus tôt(souvenez-vous de "Ball and chain", "Poor boy blues"), tout en injectant une bonne dose de big-rock.

Ceci dit, même si l'esprit glam des débuts a complétement disparu ici, il ne faut pas se méprendre. "Native tongue" est un bon album, très intéressant. Tout d'abord, le title-track, une intro de percussions aux sonorités africaines, annonce la couleur: Poison nous emmène dans des territoires qu'il avait peu ou pas explorés jusqu'alors. Et s'en sort avec les honneurs, que ce soit sur des titres à tendance big-rock("The scream", "Body talk", "Bring it home", "Strike up the band"), des titres rock plus groovy("Stay alive", "Ain't that the truth") ou des chansons à dominante bluesy("7 days over you","Bastard son of a thousand blues", titres sur lesquels Billy Powell joue du piano en tant que guest). Au menu de l'album, nous avons droit à 3 ballades, toutes magnifiques: "Stand", renforcé par une chorale gospel et de sublimes mélodies à la mandoline, "Until you suffer some(fire and ice)", "Theater of the soul", très bluesy roots dans l'âme. Seul "Blind faith", une hard/pop song, rappelle vaguement(mais de très loin) le passé du combo.

Sur "Native tongue", Poison a expérimenté dans le bon sens du terme. La section rythmique basse/batterie, déjà en progrès sur "Flesh&Blood", se montre impériale, Bret Michaels n'a jamais aussi bien chanté, tandis que Ritchie Kotzen confirme ses talents de musiciens. Cependant, ce dernier ne s'est jamais vraiment integré dans l'alchimie du groupe. Et cela se sent sur les backing-vocals où il étouffe parfois la voix de Bret Michaels, ainsi que sur l'instrumental acoustique au titre explicite("Ritchie's acoustic thang"), néanmoins intéressant pour les apprentis guitaristes. En outre, "Native tongue" a eu le malheur de sortir à une époque où le public ne jurait que par Nirvana, et rien d'autre.

Dommage que le succès n'était pas au rendez-vous car cet autre visage(ou visage caché?) de Poison présentait des facettes intéressantes.

A lire aussi en HARD FM / A.O.R par THE MARGINAL :


Vinnie Vincent INVASION
All Systems Go! (1988)
Hard fm / a.o.r




SLAUGHTER
The Wild Life (1992)
Hard fm / a.o.r


Marquez et partagez




 
   THE MARGINAL

 
   MULKONTHEBEACH

 
   (2 chroniques)



- Bret Michaels (chant, guitare, harmonica)
- Richie Kotzen (guitare, piano)
- Bobby Dall (basse)
- Rikki Rockett (batterie)


1. Native Tongue
2. The Scream
3. Stand
4. Stay Alive
5. Until You Suffer Some
6. Body Talk
7. Bring It Home
8. 7 Days Over You
9. Ritchie's Acoustic Thang
10. Ain't That The Truth
11. Theatre Of The Soul
12. Strike Up The Band
13. Ride Child Ride
14. Blind Faith
15. Bastard Son Of A Thousand Blues



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod