Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL ATMOSPHERIQUE  |  STUDIO

Commentaires (10)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Orphaned Land, Moonspell
- Membre : Avatarium, Sorcerer
- Style + Membre : Treblinka

TIAMAT - Wildhoney (1994)
Par POSSOPO le 7 Décembre 2003          Consultée 8811 fois

Je suis toujours impressionné par ces groupes encore rares qui osent aller au-delà des limites communément admises. Enfoncé dans la jungle death metal après un premier album oubliable, Johan Edlund a su, au lieu de se laisser emprisonner par la flore ambiante, sortir sa machette de son sac à malices afin de se délivrer de cette nature oppressante. Après un The Astral Sleep encore timide et un Clouds qui montre que le bonhomme s’est musclé le poignet, le suédois parvient finalement après quelques années de découpe à s’extirper des dernières lianes qui gênaient sa liberté de mouvement.
C’est alors qu’il se retrouve devant une clairière fraîche et aérée. Son cerveau respire, un sentiment de liberté l’envahit. L’homme dévoile alors à la face du monde ses pensées les plus secrètes, ses envies, sa vision du monde. Il veut voler, il veut rêver comme pour tourner définitivement le dos à un passé encombrant.

Wildhoney est l’album d’un artiste qui, enfin, se délivre de tous les carcans qui faisaient peser sur lui l’industrie musicale. Autrefois torturé entre son appartenance à une scène qui n’accepte pas les déviances et son goût pour des sonorités différentes, le chef d’orchestre de TIAMAT (du nom d’une divinité du panthéon babylonien) affirme désormais haut et fort sa passion pour…PINK FLOYD!
Ceux qui croyaient, à l’écoute du dispensable Sumerian Cry, que les membres de cette formation suédoise n’étaient que d’ignobles chevelus incapables de la moindre émotion en sont pour leurs frais.
Johan Edlund et l’unique rescapé du précédent line up Johnny Hagel dévoilent aujourd’hui toute leur sensibilité.

Le magnifique the ar semble destiné à attirer le chaland vêtu qu’il est de guitares puissantes et de chœurs féminins aguicheurs. Mais la partie médiane toute en accords arpégés cristallins et en effets sonores atmosphériques sur lesquels se pose la voix susurrante du chanteur apporte un climat éthéré régnant sur tout l’opus.
Le contraste permanent entre une certaine lourdeur, fruit du passé doom death du groupe et cette ambiance séraphique fait la magie de titres tels que whatever that hurts et visionaire, qui nous plongent dans un rêve balançant entre oppression et liberté. A ce propos, le producteur Waldemar Sorychta a parfaitement su jouer sur cette opposition, évitant de léser au mixage l’une des deux parties. La voix parfois rugueuse et les guitares grasses cohabitant parfaitement avec les éléments les plus aériens.
Les autres titres sont plus légers, et amènent l’auditeur à un état de demi-sommeil propice à la singerie (oops, je voulais dire songerie, j’ai du ripper).

Un léger essoufflement se décèle sur la fin, malgré quelques idées matérialisées avec succès, comme ce solo acoustique de do you dream of me?, mais ne boudons pas notre plaisir, sachons savourer Wildhoney et comprendre le délire très personnel de Johan Edlund.

A lire aussi en METAL ATMOSPHERIQUE :


WITHIN TEMPTATION
Mother Earth Tour (2002)
Metal atmospherique




ANTHEMON
Arcanes (2003)
Metal atmospherique


Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
   AAARGH
   BIONIC2802

 
   (3 chroniques)



- Johan Edlund (guitares, vocaux)
- Johnny Hagel (basse)
- Lars Skjöld (batterie)
- Magnus Sahlgren (guitares)
- Waldemar Sorychta (claviers)


1. Wildhoney
2. Whatever That Hurts
3. The Ar
4. 25th Floor
5. Gaia
6. Visionaire
7. Kaleidoscope
8. Do You Dream Of Me?
9. Planets
10. A Pocket Sized Sun



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod