Recherche avancée       Liste groupes



      
STONER  |  STUDIO

Commentaires (3)
Lexique stoner
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Site Officiel (20)

CATHEDRAL - Endtyme (2001)
Par MOMO HEARTBREAKER le 17 Juin 2003          Consultée 4355 fois
Depuis le cultissisme « forest of Equilibrium » force est de constater que nos amis anglais ont fait du chemin. A l’heure de cette sixième réalisation, on sent les quatre de Conventry quelque peu déboussolés, recherchant un nouveau territoire à explorer après un passage plus stoner sur le sympathique mais pas essentiel « Caravan Beyond Redomption ». Faute de pouvoir proposer une nouvelle formule capable d’insuffler une seconde jeunesse à leur musique, Cathedral nous fait le coup du retour aux sources mais pas n’importe lequel celui du cultissime « Forest Of Equilibrium ». Donc point de révolution ou de tentative de redéfinition d’un genre, ici c’est d’une piqûre de rappel dont il est question.

"Endtyme" est donc un album 100% doom, jusqu’au boutiste. Constat de ce parti-pris : la variété n’est pas au rendez-vous. Les arrangements si importants sur « Forrest Of Equilibrium » se font rare ainsi que moins inspirés (vous savez cette sensation curieuse de déjà-vu, déjà entendu…) et le son concocté par Billy Anderson au Chapel studios est relativement plat, sans chaleur… C’est sûr les fans de heavy / groove de bombes tel « Ethereal Mirror » ou « Carnival Bizarre » ne manqueront pas d’être déconcertés. Vous trouverez donc au menu de grosses guitares, une basse terrifiante et une batterie ultra-lente. L'ami Dorrian a de son côté misé sur une voix inédite, avec pas mal d'effets utilisés à plus ou moins bonne escient selon les titres (Je dois vous avouer préféré son timbre de voix naturel made in hell si particulier et envoûtant). On retrouve comme d’habitude les magnifiques soli de sieur Jennings mais, s’ils sont toujours aussi intenses et explosifs, sont cette fois mois bien intégrés à la structure des morceaux. Ainsi bien souvent, on a un rythme assez lent tout en étant très extrême, un chant sombre, et d'un coup, pouf un solo venu d'on ne sait où...

Mis à part « Requiem For The Sum » et « Melancholy Emperor » qui sont les deux hits, véritable pièces maîtresses de l’album, où le groupe affiche une maîtrise instrumentale ainsi qu’un immense talent de composition imprégnée d’une ambiance sombre à souhait sur lesquels les roulements du génial Brian Dixon font un véritable malheur, il faut bien avouer que le reste est assez bancal et irrégulier. Malgré tout, les deux titres cités ci-dessus sont vraiment géniaux et je me lasse pas de me les repasser en boucle les soirs de pleine lune !

Pour résumer, Cathedral nous a pondu un album sans concession qui, du fait de son parti pris 100% Doom, s’adresse principalement aux amateurs de Doom hardcore. Cependant, il faut saluer la prise de risque du groupe de sortir un disque aussi extrême dans un genre musical très peu représenté de nos jours (contrairement au true / progressif métal qui inondent les bacs des confiseurs). Si dans leur globalité les compositions sont plutôt moyennes, on sent que les anglais entrent dans une période d’intense réflexion quant-à la direction artistique à suivre…
En bref, ils se cherchent, d’où cet album un peu bancal mais fan de métal sombre ne désespère pas, tu retrouveras tes héros au top de leur forme sur leur dernier opus en date « the VIIth coming » sorti à l’automne 2002.




Marquez et partagez




 
   MOMO HEARTBREAKER

 
  N/A



- Lee Dorrian (chant)
- Gary Jennings (guitare)
- Leo Smee (basse)
- Brian Dixon (batterie)


1. Cathedral Flames
2. Melanchly Emperor
3. Requiem For The Sun
4. Whores To Oblivion
5. Alchemist Of Sorrows
6. Ultra Earth
7. Astral Queen
8. Sea Serpent
9. Templars Arise! (the Return)



             



1999 - 2014 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod