Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2006 Rise
2009 1 Everyday Demons
2011 Revival
2013 New Horizon
2015 Raise A Little Hell
2016 Solas
2023 Sundowners
 

- Style : The Darkness , Scorpion Child

The ANSWER - Sundowners (2023)
Par GEGERS le 4 Avril 2023          Consultée 913 fois

Je suppose que vous l’avez remarqué comme moi. Depuis que THE ANSWER a cessé ses activités, il y a six ans déjà, les crises climatiques se sont renforcées (étés plus arides, hivers plus doux), les cours d’eau crachent un vulgaire filet là où ils étaient torrents il y a quelques années encore, et les inégalités sociales se sont creusées. La mise en retrait de Cormac Neeson et ses camarades ne s’est pas manifestée ostensiblement comme une plaie d’Egypte. Elle s’est faite discrètement, à l’issue d’une tournée européenne au mois de novembre 2017. Depuis, les quatre musiciens se sont retranchés derrière ces modestes forteresses que constituent les collines de la verte Irlande. Cormac a bien passé une tête, en 2019, à l’occasion de la publication d’un album solo. Mais pour le cas THE ANSWER, et malgré la beauté toujours intacte de l’album "Solas", beaucoup pensaient que le groupe était à ajouter à la longue liste des espèces disparues.

Et puis, aux prémices d’un printemps médiocre, à l’image de l’époque, THE ANSWER vient nous prouver qu’il bouge encore. Oh il ne s’agit pas d’une explosion ou d’un retour en fanfare. Le groupe revient discrètement, après s’être éclipsé sans plus de bruit. Avec un premier morceau, "Sundowners", qui donne son nom à cet album organique, qui sent l’humus, exhale l’odeur de la terre qui s’essore après une longue pluie, qui renvoie la chaleur des premiers soleils. Une intro portée par un harmonica, des percussions tribales, et la distorsion arrive comme l’astre lumière au jour 4 de la création du monde. Loin de ces considérations bibliques, nous sommes plutôt ici dans des ambiances païennes et la basse enivrante, comme une incantation, constitue ici la clé de voûte d’un cérémonial de résurrection qui rappelle ici la filiation naturelle avec un certain LED ZEPPELIN. Welcome back, boys !

Il semble maintenant évident que "Solas" avec ses ambiances folk prononcées, témoignage de l’héritage celtique du groupe, était une parenthèse (enchantée) que le groupe a très largement refermée sur l’album de son retour. "Blood Brothers" se fait ainsi le manifeste de volontés du groupe de renouer avec ses premières amours sur ce nouvel album, qui n’est pas pour autant une renaissance, mais bien un prolongement. La force tranquille du quatuor signe ici un riff impitoyable sur un tempo medium, le tout porté par une guitare crunchy qui ne laisse guère de place à la circonspection. La réaction de l’auditeur est à l’image de la prestation du groupe : plein et entière, sans demi-mesure.

Il faut s’habituer néanmoins à ce nouveau visage de THE ANSWER. Sept ans ont passé, et si l’odeur de nostalgie qui remplit l’espace est agréable, les musiciens ont grandi, vieilli, changé. Leur expression musicale ne passe plus par les mêmes canaux pour démontrer sa puissance et son intensité. Ainsi, là où la vitesse et la rage faisaient la loi sur "Rise" ou "Everyday Demons", les rythmes s’affolent ici beaucoup moins, et c’est plutôt par l’interprétation de Cormac Neeson, dont la voix est mise très en avant dans le mix, que transite désormais la force émotionnelle du groupe. "California Rust", un des morceaux les plus percutants de cet album, va ainsi plutôt chercher du côté des ambiances de "Revival" et "New Horizon" que des pierres fondatrices de la carrière du groupe. La construction des morceaux, comme toujours audacieuse avec THE ANSWER, joue pour beaucoup dans leur richesse. Avec "Want You To Love Me" par exemple, le groupe propose tout d’abord des ambiances big Rock riches en cuivres, qui évoquent l’univers de THUNDER. Et puis, dans sa deuxième partie, le morceau voit un changement de rythme et des claps de mains le transformer en une sorte de gospel Hard Rock survolté. Décoiffant.

C’est bien la voix de Cormac Neeson, encore elle, qui donne sa saveur à "Oh Cherry", par ailleurs porté par un harmonica trop discret, à "No Salvation", un Blues qui manque légèrement de puissance, ou à "Cold Heart", un excellent titre Hard Rock direct et sans fioriture, moins alambiqué que le très mélodique "Livin’ On The Line", qui rappelle le AC/DC de la deuxième moitié des années 80.

Le groove intact et toujours incroyable du groupe fonctionne toujours à merveille ("All Together"), de même que sa capacité à proposer des structures surprenantes qui donnent une saveur unique aux morceaux, à l’image de "Get Back", titre Funk qui se muscle à mesure qu’il progresse. La boucle est bouclée avec la ballade "Always Allright", qui donne un rôle d’importance aux claviers, et évoque de nouveau l’univers de LED ZEPPELIN.

"Sundowners" reste néanmoins un album difficile à appréhender. Mettant de côté les splendides ambiances de "Solas", s’éloignant de la force brute des premiers albums du groupe ou de la richesse mélodique des suivants, ce nouvel album est un amalgame réussi des différentes facettes qui constitue l’identité du groupe. Il persiste néanmoins un certain recul, comme une circonspection, qui nous empêche de nous jeter pleinement dans la délectation de ce retour inespéré. Un album difficile d’accès qui synthétise pourtant tout ce qui fait la saveur unique du groupe Irlandais. Célébrons le retour des quatre chevelus et laissons à chacun, en son âme et conscience, le soin de classer où bon lui semble ce nouvel album dans la discographie du groupe.

3,5/5.

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


ECLIPSE
Monumentum (2017)
Le hard rock 3.0




SHAKRA
Invincible (2023)
Le berger des Hard Rockers égarés


Marquez et partagez




 
   GEGERS

 
  N/A



- Cormac Neeson (chant)
- Paul Mahon (guitare)
- Micky Waters (basse)
- James Heatley (batterie)


1. Sundowners
2. Blood Brother
3. California Rust
4. Want You To Love Me
5. Oh Cherry
6. No Salvation
7. Cold Heart
8. All Together
9. Get On Back
10. Livin' On The Line
11. Always Alright



             



1999 - 2023 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod